Mustapha Ait larbi
retraité
Abonné·e de Mediapart

159 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 mars 2022

De l'indifférence au Halal pour tous.

Tu n'écouteras pas les idoles...

Mustapha Ait larbi
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lorsque j'étais gosse , le samedi , mon père qui était musulman " à la petite semaine" m'emmenait au marché mais pas dans n'importe quel marché.

Il s’habillait comme pour aller à une noce et nous quittions sans bruit le bidonville. On prenait le bus puis le métro et , on se rendait à Barbès dans le quartier Maghrébin de Paris. Sur ce marché se trouvait un fruit merveilleux qui s'appelait la grenade .On y trouvait aussi des nèfles , la pitaya et autres épices dont le souvenir à totalement disparu de mon esprit . Pour mon père  Barbés c'était Bougie , sa ville de Kabylie .C'était aussi sa sortie de la semaine et l'oubli de son labeur imbécile dans une usine à la con , ( il peignait des tubes au pistolet toute la journée ).Il en rêvait nuit et jour de son bled perché sur son monticule . Le marché comme tous les marchés était bruyant , coloré , odorant. Les prix variaient en fonction de la tête mais surtout de la capacité du client à ouvrir sa grande gueule ensuite , il m'emmenait dans un café et on sirotait peinard un thé à la menthe et une limonade en même temps.

Mon père qui avait oublié d'être un musulman régoriste et malléable  buvait parfois de l'alcool en fumant une cigarette. C'était le fameux thé Irlandais. Le patron du bar ajoutait une dose de " ouisky " dans le chaud breuvage comme ça , le petit noir était baptisé . Puis , le père achetait tout ce qu’il y avait de moins cher vu qu’on était raide de fric le 20 du mois.

Je voyais aussi des drôles de filles qui avaient du rouge aux lèvres et du rouge aussi sur les ongles .Elles regardaient anxieuses dans un coin  les hommes sur le trottoir .J’appris plus tard que c’était des filles plus que bien qui tentaient de sauvegarder de la misère humaine des gars célibataires qu’une houle trop forte avait rejeté sur les côtes de Provence .

Personne dans le bidonville ne mangeait , ne parlait du Halal. Cette mode était sans doute encore inconnue . On allait à la mosquée mais uniquement pour les grandes occasions. Et là , un grand moucheti nous racontait des salades à n’en plus finir. En sortant , mon père allumait sa clope et allait boire une bière , ( faut se remettre des émotions …)

Près de quarante ans plus tard , des barbus qui gagnent maintenant des milliers de milliards en imposant cette façon de consommer expliquent que tout doit être Halal et , des gens qui ne connaissent même pas le bled , sacrifient une partie de leurs maigres revenus à cette mode si lucrative.

Pourtant , je n’ai jamais lu dans le coran que tout devait être halal. 

Jean Dutourd écrivait au bon beurre..

ps : très vite je suis devenu athée et pas qu'un peu  ( grâce à dieu bien entendu ...)

addendum : bizarrement chez nous les poupées avaient de la gueule . Ma soeur en avait quelques une en chiffon. Mais bon ! On me dira que l'ange Gabriel est revenu sur terre pour faire des ajouts au bouquin.

Et tu verras beaucoup d'entre eux se précipiter vers le péché et l'iniquité, et manger des gains illicites. Comme est donc mauvais ce qu'ils œuvrent! » (Sourate al-Ma'idah. 62)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Révélations sur une usine à intox
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud

La sélection du Club

Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay