Mediapart ou le syndrome de la boîte de nuit

8_femmes_F_Ozon.jpg

Le nombre réel d’abonnés à Mediapart est une question récurrente à laquelle il est difficile d’obtenir une réponse.

Mais ce qui pêche davantage est non seulement le manque de diversité des opinions politiques (cf les billets et les commentaires) mais aussi la représentation féminine puisque la majorité des abonnés au site sont des hommes...

.

C’est au regard de cette double constatation que Mediapart vient d’être atteint par ce que j’appellerai « le syndrome de la boîte de nuit ».

En effet, suite à l’indiscrétion d’un journaliste de l’équipe - que je ne nommerai pas, même sous la menace de résiliation immédiate -, je viens d’apprendre avec stupéfaction que lors de la dernière réunion de l’équipe de direction avec les investisseurs partenaires, il avait été décidé que la gratuité de l’abonnement serait proposée aux membres de partis proches de la majorité présidentielle et aux femmes :

il suffira d’adresser au siège du journal la preuve de son adhésion à l’UMP ou pour les femmes, la photocopie de leur carte d’identité, et l’abonnement leur sera offert !
Concernant les militants, une mailing liste serait d’ores et déjà en place mais pour la gent féminine, la réflexion est en cours pour trouver la meilleure accroche sur la pub (en discussion : "Mediapart vous offre un pacte d’avenir")
Mediapart, entrée gratuite pour les femmes, comme dans les boîtes de nuit, et tous en piste !

.

PS : L’histoire ne dit pas les avantages proposés à une femme qui, de surcroît, serait adhérente à l’UMP, mais si un abonné à des infos, qu’il n’hésite pas à nous en faire part.

.
Dernière minute : pour plus d'infos, c'est ici.
.

Photo : 8 femmes, film de François Ozon.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.