D'UN OISEAU A L'AUTRE : SIFFLER DANS LE DESERT ...

The Desert of the Tartars - A Tribute © doublebiceps
The Desert of the Tartars - A Tribute © doublebiceps

 

Ce matin le merle siffleur devait faire la grasse matinée, une pie tentait de s'intaller sur l'antenne du toît, vue imprenable sur la ville ... c'était sans compter une corneille qui l'avait repérée depuis la petite cheminée de l'autre côté de la rue ... et puis un pigeon qui ne connaissait pas le Désert des Tartares ... juste contemplateur ... le ciel s'était mis au gris clair : le soleil n'allait pas se lever aujourd'hui, pas ici ...

 

Pendant ce temps, pour protéger les populations civiles en Lybie, l'Italie avait fermé ses frontières pour éviter l'afflux des réfugiés ... la France bombardait ... protéger le pétrole ! Le Vénézuela décrétait la suspension de son programme nucléaire ... trouver de l'énergie ... la Syrie, le Yémen, la Côte d'Ivoire ... pas d'énergie à défendre ...

et puis le sport : l'énergie il en restait pour les matchs de foot et les courses automobiles ...

On appelait cela l'humanité.

 

Le merle venait d'arriver ... le soleil pointait tout doucement ...

 

--------------------------------

* Le "Désert des Tartares" est un roman de Dino Buzzati de 1940, adapté au cinéma par Valerio Zurlini en 1976 et tourné dans la forteresse de Bam au sud de l'Iran (citadelle détruite par le tremblement de terre de 2003).

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.