LE CANDIDAT DES POSSIBLES : VECTEUR HUGO 2017

L’ annonce de la candidature de Victor Hugo est tombée le 26 février dernier dans un quartier populaire de Paris et commence à se propager sur l’ensemble du territoire ! Les directeurs de campagne de ce candidat « surprise » 100% bio dégradable sont un homme et une femme qui, en citoyens de ce monde, se préoccupent de ce qui les regarde !

A l’endroit des Mondes allant vers (leur devise), Laurent Schuh (comédien, metteur en scène et Directeur artistique) et Nathalie Saïdi (Veilleuse active) sont en effet des vecteurs d’idéaux en actes ; ils oeuvrent en citoyens de ce monde pour insuffler une force vive animant et investissant leurs pensées, leurs paroles et leurs actes... pour fusionner le poétique avec le politique.

Avec Les Arts Et Mouvants, structure artistique et culturelle qu’ils co-dirigent, ces artisans du “Faire et du vivre Ensemble” mettent leurs utopies au service du bien commun. Leur démarche engagée est axée sur la création / transmission / participation, principes fondateurs qu’ils déclinent à travers des liens pluriculturels et intergénérationnels, sur un mode à la fois ludique et sensible.
Leur choix prédominant de la recherche, du "faire ensemble", du souci constant de réunir des identités multiples, du décloisonnement des langages génèrent des projets protéiformes qui mêlent dans un dialogue fécond le savoir et l'imaginaire.
Ils questionnent l'entre-deux, les frontières, l'ici et l'ailleurs, le privé et le public dans un constant aller/retour de l'intime au collectif.
Un point de vue singulier qui se conjugue au pluriel pour que la transversalité devienne matière et écho au monde. Ils mettent en lumière ce qui les préoccupe et tentent d'apporter quelques pierres à l'édifice sociétal : Une vision protéiforme et évolutive,  décloisonnée et sans frontières inscrite ici dans le présent pour les mémoires du futur.

« La pensée est POUVOIR, Tout pouvoir est DEVOIR… Penser EST UNE GENEROSITE ! »

Ces citations de Victor Hugo Les Arts et Mouvants les incarnent vraiment ; la genèse de cette candidature « surprise » vient de là !
Nomades, sans lieu attitré, Ils oeuvrent sur l’ensemble du territoire national pour faire bouger les lignes, « borderline », n’appartenant ni à l’ « élite » artistique, ni au champs social, ni publics, ni privés, ni encartés, ni partisans, ils sont à cet exact endroit de la faille de notre société actuelle ; essayant de faire la jonction (et la soudure) à partir des outils qui sont les leurs ; oeuvriers du décloisonnement des frontières, des langages, du lien pluriculturel et intergénérationnel. Atypiques et utopistes, non subventionnés (Pourquoi ?), on leur fait sans cesse savoir « qu’ils ne rentrent dans aucune case » (ceci expliquant peut être cela ?)


Ce sont précisément ces porosité et transversalité qui les interpellent et qu’ils investissent car ils n’exercent pas leur métier pour eux, mais suivent un chemin de vie, une philosophie, une vision qu’il mettent sans cesse en partage,  pour générer… du lien ! : PENSER est un pouvoir, un devoir mais aussi une générosité… qu’ils dispensent en êtres humains, citoyens du monde et professionnels artistiques et culturels.


Conscients de l’état de ruine dans lequel se trouve notre pays depuis de nombreuses années, ils répondent depuis toujours à un « état d’urgence permanent » pour faire « bouger les lignes ». La mise en place d’évènements d’ensemble ex nihilo, véritables fabriques urbaines à ciel ouvert, en « ZSP » (Zone de Sécurité prioritaire) ou en ruralité (Ô ! Le XXI° Cycle , Les Rendez-Fous du Roi René, etc..) participe de cette volonté de transformation allant vers… le grand Capital Humain !


Le manque de vision et de courage politique, l’inertie des institutions ont fini par paralyser l’ensemble de notre société.
Pourquoi doit –on attendre le chaos et les catastrophes (annoncés) pour bouger ?
La démocratie s’est peu à peu éteinte cédant sa place à une « Monarchie » et ses diktats.
Les mots, les termes, les notions ont été vidés de leur sens : les visions, les idées, les pensées ont été éradiquées pour ne pas être passées à l’acte !
L’amnésie (consciente ?) a supplanté le devoir de mémoire et généré une rupture engendrant de multiples fractures sociales, politiques, culturelles ; Notre société régresse nous ramenant vers le XIX° siècle. « On dirait qu’on a reculé. Il y a partout des augmentations de superstition, de lâcheté, de surdité, de cécité, d’imbécillité.»
Face à ce triste constat,  il leur est paru évident comme essentiel de remettre la curiosité, l’enthousiasme et l’invention au cœur du débat. D’où le symbolisme de faire appel au seul Homme de ce siècle d’alors, Victor Hugo*, capable de se remettre à l’ouvrage et reprendre ses combats (malheureusement toujours d’actualité) pour « ré-enchanter » notre XXI° siècle et en créer une matrice des possibles.
Un « retour vers le futur » qui convoque l’urgence de la métamorphose : « L’avenir presse. Demain ne peut pas attendre. »

*Pour mémoire, ce grand Homme visionnaire, artiste engagé (poète, écrivain, dramaturge, dessinateur, pionnier de la photo), philosophe mais aussi journaliste et homme politique milita pour la condamnation absolue de la peine de mort, pour le suffrage universel, le droit d'auteur, l'Europe des peuples, la paix, l'école laïque obligatoire, les droits de la femme et de l'enfant, l'amélioration de la condition pénitentiaire, l'amnistie des Communards. Il milita contre Napoléon le Petit, contre l'oppression. Il milita contre l'esclavage et il travailla, notamment par la «question d'Orient», sur le dialogue heurté des peuples et des cultures, sur l'identité et l'altérité, sur l'option d'autrui, sur l'hospitalité pour le différent dans le pluralisme.


Tout droit sorti du marbre du Panthéon, il est donc venu à nous pour 2 raisons :
« La première, la République. La seconde, le danger. Je viens ici faire mon devoir. Quel est mon devoir ? C’est le Vôtre, c’est le Nôtre, c’est celui de tous ! »
Victor Hugo croit en le peuple, en sa capacité de mobilisation, en la nécessité de la société civile de former une unité.
Nous avons tous un pouvoir d’agir à mettre en marche : Aimer c’est Agir ! son épitaphe doit être notre devise ; c’est à cela qu’il nous appelle !

et lancer son appel le 26 février dernier :

« J’appelle »

"Le temps presse. L'humanité n'a pas une minute à perdre". Cette urgence, je la pointais déjà il y a 150 ans et elle est plus que jamais d'actualité. Au lendemain d'attaques sanglantes contre les valeurs qui nous unissent, à la veille d'une élection présidentielle aux sombres augures, je le clame haut et fort : « Demain ne peut attendre ! », nous devons dès aujourd'hui préparer l'avenir. Il vient une heure où protester ne suffit plus ; après la philosophie il faut l’action ; la vive force achève ce que l’idée a ébauché.”

Je reviens aujourd’hui non point vêtu du marbre de la bonne conscience qu’on a voulu m’allouer, mais à contre courant des politiques actuelles.

J’engage ma candidature aux élections présidentielles 2017, pour construire ensemble un projet de société qui nous ressemble et nous rassemble. Car « Il reste autour de nous une quantité suffisante d’esclavage, de sophisme, de guerre et de mort pour que l’esprit de civilisation ne se dessaisisse d’aucune de ses forces. »

J'engage ma candidature pour un monde de l’être où dignité, authenticité, exemplarité pourront se conjuguer avec liberté, émancipation, épanouissement au singulier comme au pluriel !

J'engage ma candidature pour "Construire le peuple, le construire par le progrès, le construire dans la lumière ! ».

Liberté, égalité, Fraternité, Respect, laïcité, solidarité... ne sont pas de vain mots !

« Sauvons la liberté ! La liberté sauve le reste. »

  • J'appelle le peuple de France à réinsuffler ces valeurs au coeur de la cité, là où imagination et réalité se doivent de dialoguer
  • J'appelle le peuple de France à redonner corps à la devise républicaine en prônant l’art, la culture et l’éducation comme réponses essentielles à la question des frontières, du progrès et de la laïcité. Nous devons retrouver le chemin du vivant : l’art, la culture et l’éducation sont les vecteurs clefs pour y parvenir. Car « La liberté commence où l'ignorance finit. 
  • J'appelle le peuple de France, en cette période d'obscurantisme, à ce que « la civilisation ait une reine, la Liberté et que l’ignorance ait une servante, la Lumière ! »
  • J'appelle le peuple de France à faire des différences une richesse.
  • J'appelle le peuple de France à l'action "Tenter, braver, persister, persévérer, être fidèle à soi-même, prendre corps à corps le destin, étonner la catastrophe par le peu de peur qu'elle nous fait, tantôt affronter la puissance injuste, tantôt insulter la victoire ivre, tenir bon, tenir tête; voila l'exemple dont les peuples ont besoin, et la lumière qui les électrise"
  • J'appelle donc le peuple de France à AIMER ET AGIR 

"Aimer c’est agir"

Pas d'avancée sociale sans réponses économiques : au combat contre la misère et pour la dignité, j'ajoute les combats pour les libertés publiques, l’égalité des sexes, le droit d’asile, l’abolition de l’esclavage sous toutes ses formes

Cette vision régénératrice, pour être actée, doit s’appuyer sur la sémantique pour réinvestir le sens intrinsèque de ces valeurs.

J'APPELLE A :

  • « Une Europe des peuples »

Ne soyons plus anglais ni français ni allemands. Soyons européens. Ne soyons plus européens, soyons hommes. - Soyons l'humanité”

Le phénomène migratoire et la mobilité des peuples sont une richesse pour tous : circulation des idées, échanges complémentaires, croisement des cultures. Refaçonnons un modèle frontalier basé sur l'échange. « Transformons les frontières en soudure : les croisements ne sont pas moins nécessaires pour la pensée que pour le sang » et relevons les défis du XXIe siècle autour de valeurs partagées à l'échelle européenne.

  • Mettre l'économie au service des valeurs républicaines :

" La misère est une maladie du corps social. Détruire la misère ! oui, cela est possible. Les législateurs et les gouvernants doivent y songer sans cesse ; car, en pareille matière, tant que le possible n’est pas fait, le devoir n’est pas rempli."

Nous sortirons de la crise par l’invention sociale et la redistribution équitable des ressources. Défendons le grand capital...humain !

  • Rétablissons la laïcité au cœur de notre idéal collectif

« Quand il s’agit d’éclairer et d’être éclairé, il faut regarder où est le devoir et non où est le péril » « J’ai dit l’égalité. Je n’ai pas dit l’identité. ». Le Coran, la Torah comme la Bible prônent l’amour, la tolérance et condamnent la haine tout autant que le crime. Il nous faut combattre l’idéologie des dogmes, laisser en paix les religions et revenir à leur source ! Cette fraternité tournée vers le bien commun passe forcément par l’éducation et ne peut être acquise que par la connaissance.

C'est pourquoi, je confie ma direction de campagne à Laurent Schuh et Nathalie Saïdi co-directeurs des Arts et Mouvants.

Ces deux acteurs de terrain qui, à travers leur structure artistique et culturelle, défendent depuis toujours une démarche coopérative de création et de transmission et portent ces valeurs et ces combats au quotidien.

Je veillerai donc à leur prêter main forte dans toutes les initiatives qu’ils jugeront utiles de mettre en œuvre pour atteindre nos objectifs au service du bien commun !

Mais je compte également sur vous pour rejoindre ce mouvement et être nombreux au rendez-vous !

« Aimer c’est agir ! »

« Un peuple qui a la liberté, doit aussi avoir la volonté. »

« Au point de vue politique, il n’y a qu’un seul principe, la souveraineté de l’homme sur lui-même. Cette souveraineté de moi sur moi s’appelle liberté. »

Notre avenir commun NOUS appartient !

Vecteur Hugo 2017 © Olivier Perrot / Les Arts et Mouvants 2016 Vecteur Hugo 2017 © Olivier Perrot / Les Arts et Mouvants 2016

En réponse à cet appel et en toute conformité avec leur démarche, Les Arts et Mouvants ont donc élaboré ce “programme élect’Oral” intitulé “VECTEUR HUGO 2017” comme un outil de transmission intergénérationnel au service du bien commun.

Son but : promouvoir les valeurs et engagements de Victor Hugo dans le débat électoral de 2017 ! Ainsi, il s’adresse aux institutions, collectivités territoriales, instances éducatives, culturelles, associatives et avant tout aux citoyens.

Un Outil élect’Oral Vivant qui porte haut et fort la vision, la pensée et les valeurs de Victor Hugo à l’épreuve d’aujourd’hui et les partage avec le plus grand nombre sur l’ensemble du territoire.

Au cœur de cette « campagne » vers les présidentielles 2017, son manifeste extrait de « William Shakespeare » invite les citoyens à s’emparer de leur destin pour construire ensemble un projet de société novateur : un monde de l’être où dignité, authenticité, exemplarité pourront se conjuguer par liberté, émancipation, épanouissement au singulier comme au pluriel !

Un outil du vivant face aux multiples fractures évoquées en préambule (et notamment la fracture du numérique qui fabrique des consommateurs passifs, pas des citoyens éclairés), un outil apte à susciter la réflexion et le libre arbitre quant à la nécessité de la société civile de former une unité, un outil qui porte l’intérêt général face au culte des intérêts particuliers, qui prône le grand Capital Humain !

Vecteur Hugo 2017 défend un idéal sociétal ayant pour vocation fondamentale de redonner le goût de l’exercice de la citoyenneté et de la responsabilité.

Bref, un outil culturel, créatif, éducatif et participatif pour ancrer l’engagement citoyen dans nos réalités quotidiennes !

Car, comme le soulignait le Grand Homme, « L’utopie est la vérité de demain. » ! C’est son épitaphe qu’ils mettent en partage :

 « Aimer, c’est agir ! »

 Devise de VECTEUR HUGO 2017 déclinée en 4 volets ouverts sur le monde ; autant d’actions à mener sur le terrain pour participer activement à la recherche de solutions aux enjeux sociaux et sociétaux :

DEMAIN NE PEUT ATTENDRE ! Un Manifeste en tribun(e) qui synthétise la pensée d’Hugo dans une vision régénératrice de notre société et qui insuffle du désir à l’action.

La Presse en parle : #VH17

  • Génération(s) en Campagne © Olivier Perrot / Les Arts et Mouvants 2016 Génération(s) en Campagne © Olivier Perrot / Les Arts et Mouvants 2016

GENERATION(S) EN CAMPAGNE ! Ateliers éducatifs élect'oraux qui s’adressent en priorité aux 17/25 ans pour une réappropriation en mouvement de la parole publique dans une interaction avec les citoyens.

 

HU ! GO ! FOR EVER ! Des cabarets citoyens éclectiques pour renforcer le débat public, agiter les talents et œuvrer ensemble à une réelle démocratie

 

La Presse en parle : #VH17

L’HOMME QUI RIT Une création riche en enseignement politique, pour un état du monde en scène.

Le Théâtre n’est-il pas « un creuset de civilisation, un lieu de communion humaine où se forme l’âme publique » ?

 

Une façon de démontrer ainsi que la culture est un acte de transformation, engagé au service du bien commun, et que la politique est strictement l’affaire de tous !

La formule mathématique qui contribue à une « large ouverture des fenêtres »

(Sur un à venir possible ?) :

1 + 1 = 3

Toi + Moi = NOUS

II + Elle = EUX

 Vous-mêmes pouvez agir, il suffit de le décider!

L’heure est donc à l’action : Propagez à votre tour #VH17 le Virus Humaniste propre à rassembler les énergies au service du bien commun

Petite parenthèse d'actualité : Après avoir lancé l'appel de Victor Hugo et présenté ce programme élect'oral le 26 février, avoir proposé "le pouvoir d'inventer ensemble" lors de la nuit des débats le 2 avril dernier, provoqué un "happening" le 7 mai à dans la Cour d'Honneur du Palais Royal pour enclencher le J-365 de l'élection présidentielle et déclaré ENSEMBLE VECTEUR HUGO 2017 comme seul candidat des possibles, #VH17 notre Virus Humaniste prépare sa propagation sur le 70e Festival d'Avignon du 12 au 24 juillet prochains avant de partir en tournée à partir du 26 juillet et de faire sa rentrée à Paris dans des endroits où on ne l'attends pas !

Nota bene : Toutes les citations "en italique" sont, vous l'aurez compris, de Victor Hugo

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.