À toi, indécis, à toi électeur de Benoit Hamon

À toi, électeur de Benoit Hamon, je t'exhorte à ne pas faire aboutir le plan du Parti Socialiste dont le vrai candidat est Emmanuel Macron. Voter Hamon, c'est barrer la route du second tour à Mélenchon, et donc c'est voter Macron.

À toi, électeur de Benoit Hamon.

Parmi les gens du PS, Hamon fait partie de ceux que je trouve plutôt sympathiques, plutôt francs et plutôt honnêtes pour autant que ce soit possible en politique. Son programme d'inspiration frondeuse par rapport à la ligne majoritaire au PS est bien de gauche, même s'il a dû en improviser les grandes lignes, tout surpris qu'il a été de remporter la primaire du PS. En cas de primaire fermée, Valls aurait été élu dans un fauteuil, mais manque de bol, les sympathisants de gauche ont voté pour éjecter Valls. Ainsi, le pauvre Hamon s'est retrouvé dans la chaîse inconfortable de l'erreur de casting qui se fait torpiller sa campagne par ses propres "amis" du PS qui renient tous leur parole donnée, ne reculant décidément devant aucune traîtrise.

Eh oui, car l'offre de gauche représentée par Hamon a provoqué le départ d'un grand nombre de cadres du PS tels les rats quittant un navire condamné. Le Drian, Valls, Collomb, Castaner, etc. misent sur le cheval En Marche. Mais le PS ne s'en tient pas là, Cazeneuve et Sapin refusent de soutenir clairement Hamon, ils disent qu'il n'aiment pas sa campagne ni son programme et qu'ils voteront pour lui uniquement par discipline de parti. Hollande, Royal, Le Foll, Cambadélis et les autres ne participent même pas à la campagne de leur candidat. Hollande attend que Hamon se plante pour soutenir Macron, ce qu'il rêve de faire depuis le début. Le PS attend que Hamon se plante pour recadrer le parti, car les Vallsistes ne lâcheront jamais l'appareil, Filoche et Aubry peuvent toujours rêver. L'aile droite majoritaire au PS compte juste sur les 5% pour le remboursement des frais de campagne, puis compte faire une alliance de gouvernement avec Macron aux législatives, puis ils changeront le nom du parti en Les Démocrates comme en rêve Valls afin d'assumer au grand jour le virage socio-libéral de feu le Parti Socialiste, c'est à dire une politique économique libérale (comme Macron) agrémentée de temps en temps d'une loi sociétale qui coûte que dalle comme le mariage pour tous pour faire semblant d'être de gauche. Ces gens-là ne sont pas de gauche, le libéralisme, la loi du marché, n'est pas de gauche.

Dans ces conditions, jamais Hamon n'aura la moindre chance de mettre en œuvre sa politique avec des députés du PS. Clairement, le PS lui a planté un couteau dans le dos. Ce parti inspire aujourd'hui un tel rejet généralisé, une telle haine viscérale, précisément parce que dès qu'il est au pouvoir il pratique une politique économique libérale contraire aux promesses. Les gens ne sont plus dupes.

Alors à toi, l'électeur du PS, toi le fidèle citoyen de gauche, toi le soutien déclaré de Benoit Hamon, et à toi aussi l'indécis, je te demande de réfléchir jusque dans le secret de l'isoloir dimanche prochain. Depuis Miterrand (ça fait quand même un sacré bail), le peuple de gauche a toujours été forcé vers un vote utile, jusqu'à voter Chirac en 2002, ou poussé vers un vote par défaut étiqueté "PS", beaucoup plus centriste (libéral en fait) que ses aspirations réelles. Tous les éléphants socialistes, Hollande en tête, crient au vote utile pour faire barrage au FN. C'est un écran de fumée, en réalité, c'est un vote d'adhésion au libéralisme. Le vrai candidat du PS, c'est Macron, pas Hamon. Le PS est mort et ce n'est même pas Mélenchon qui l'a tué, le PS s'est flingué tout seul. C'est pourquoi aujourd'hui, voter Hamon c'est voter Macron.

Macron n'en a rien à faire des gens, souvenez-vous de ses déclarations lors de l'affaire de la chemise du DRH d'Air France qui n'avaient qu'un objectif: rassurer les marchés et chouchouter le CAC 40. Les salariés d'Air France, il s'en foutait royalement. Macron ne défendra jamais les gens, il défendra les banquiers, les assureurs et les gestionnaires de fonds de pension. Macron emballe son discours dans un joli packaging VIDE pour mieux embobiner son monde, mais c'est un fidèle défenseur de l'austérité et de la mort programmée des services publics. Macron signera tous les accords de libre-échange qu'on lui mettra sous le nez. Il mettra en œuvre la retraite à points qui fonctionnera à merveille pour les cadres sup', mais tous les autres auront une retraîte "surprise", bref une retraîte de merde. Au même titre que Fillon, Macron est un danger pour la France, il vendra nos infrastructures au privé, offrant sans vergogne nos ports, nos aéroports aux capitaux étrangers, il renforcera la politique du chiffre dans les hopitaux et le système scolaire. Macron est pour l'Europe des multinationales championnes de l'évasion fiscale, des travailleurs détachés, de la compétition entre les États, des paradis fiscaux. Cette Europe-là qu'on nous impose au mépris de la volonté du peuple qui avait pourtant dit NON en grande majorité en 2005, va finir par tomber aux mains de l'extrême droite, ne le vois-tu pas ? En Autriche, en Hongrie, en Pologne, et demain aux Pays-Bas, en France, l'extrême droite est aux portes du pouvoir. Si Le Pen n'est pas élue dans 15 jours, rien ne pourra l'arrêter dans 5 ans si on ne change pas l'Europe. Voter Macron aujourd'hui, c'est l'assurance absolue de voir l'extrême droite l'emporter demain.

Voilà pourquoi j'affirme que même si on est convaincu par Benoit Hamon, ou si on est indécis, il n'y a pas d'autre choix que de voter Mélenchon. Pas besoin de renier ses convictions si l'on vote par nécessité. Pas besoin de culpabiliser outre mesure à force d'indécision si l'on vote par nécessité. Pourquoi le vote utile de gauche s'accompagnerait-il toujours d'un recentrage vers la droite ? Le recentrage d'une candidature s'ouvre sur la droite mais dilue le programme dans une soupe centriste qui fait le jeu du FN et tarit les espoirs. Sans compter qu'il s'accompagne toujours d'une tambouille d'appareil insupportable. Pourquoi, pour une fois, le vote nécessaire ne serait-il pas de voter plus à gauche, vers Mélenchon, sans tambouille d'appareils, sans dilution du programme de Hamon mais au contraire avec un renforcement de son programme ? Au terme des campagnes respectives, malgré l'argument de "centralité" invoqué par Hamon pour appeler au rassemblement derrière lui, ce n'est pas faire injure à Hamon que de dire qu'il y a une dynamique forte en faveur de la France insoumise. Alors, pour une fois, c'est vers la gauche que s'impose le vote nécessaire.

Personnellement j'irai voter Mélenchon par conviction, mais je ne vais pas tenter ici de te convaincre. Fais-toi ta propre idée. N'attends pas le filtre des médias pour avoir un aperçu objectif du programme l'Avenir en commun. Tiens, le voilà, on peut cliquer sur les mesures pour avoir le détail, c'est très bien fait.

https://laec.fr/sommaire

Écoute un discours de Mélenchon, n'importe lequel, ils sont tous sur YouTube. Lille, Châteauroux, Rennes, Marseille, Toulouse... tiens, le meeting de Dijon et des 6 hologrammes était remarquable dans son contenu, le voici en lien. Le buzz de l'hologramme on s'en fout, il faut écouter ce que dit Mélenchon et te faire ta propre idée.

https://www.youtube.com/watch?v=_oqWpFFS8dI

Aller, courage les gens.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.