Un genou à terre

Un genou à terre ou la tête sous l'oreiller ? C'est le cœur meurtri que j'écris ce billet. Et dans meurtri, il y a meurtre.

Que fait-on quand on n’en peut plus ?

Que fait-on quand on a l’impression d’avoir essayé ? vraiment tout essayé ?

Que fait-on quand des évènements nous font vaciller et perdre un peu de notre foi en la vie et en l’être humain ?

Que fait-on quand malgré tout on y croit encore[1] ?

Que fait-on quand on n’a plus rien d’autre que l’amour, aussi ténu soit-il ?

Que fait-on quand on a que l'amour[2]
Pour vivre nos promesses
Sans nulle autre richesse Que d'y croire toujours ?

Que fait-on quand on a que l'amour
Pour parler aux canons
Et rien qu'une chanson Pour convaincre un tambour ?

Est-ce qu’on met un genou à terre ?

Est-ce qu’on prie ?

Est-ce qu’on crie ?

Est-ce qu’on casse ?

Est-ce qu’on pleure ?

Est-ce qu’on danse ?

Est qu’on manifeste ?

Est-ce qu’on reste prostré.e peut-être ?

Est-ce qu’on « cède » à la peur ? parce que, de fait, on a peur ?

Est-ce qu’on prend la parole ?

Est-ce qu’on se tait ?

Est-ce qu’on médite ?

Est-ce qu’on écrit ?

Ou rien ? Est-ce qu’on ne « fait rien » ?

Je ne sais pas. Je ne sais plus. Je suis perdu.e[3].

Un genou à terre ? OK …

Mais ensuite…

Faire comme l'oiseau ? puisque jamais rien ne l'empêche, l'oiseau
D'aller plus haut.

Mais je ne suis pas un oiseau, bon sang !!! je suis un être humain é-cœur-é… et mon cœur est blessé, meurtr/i de ce que peut produire l'être humain, la mise à mort, les mensonges, les manipulations, les malversations, la domination, le racisme, le sexisme, ou le silence, la lâcheté, j'en passe et des meilleur.es. 

L’amour EST la solution, j’en suis intimement convaincue, mais il y a des situations où mon cœur n’y arrive pas, vraiment pas… et où j'ai le sentiment que « rien n’y fera », rien, car il est trop meurtri.

Je peux juste, alors, prier, crier, casser, pleurer, danser, manifester, rester prostré.e, prendre la parole, me taire, méditer, écrire.... Pour ne pas céder à la peur, même si de fait, une part de moi est justement morte. Tuée par la peur.

Je peux juste alors me raccrocher à ça :  
Alors sans avoir RIEN QUE la force d'aimer
Nous aurons dans nos mains Amis le monde entier.

 

[1] Merci à Lara Fabian

[2] Merci à Jacques Brel

[3] Merci à Michel Fugain

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.