" J'avais posé le monde sur la table" Le photographe Gérard Rondeau s'expose à REIMS.

" J'avais posé le monde sur la table" Gérard Rondeau s'expose avec sobriété et beauté à Reims dans les caves du Cellier tout nouvel espace culturel conçu dans un esprit de friche dans les anciens caveaux de la maison Jacquart.

Comme en écho à cette exposition, "Et l'image prit la parole" titrait Télérama, cette semaine, dans un dossier consacré à l'historien d'art Horst Bredekamp pour qui les images sont des actes à part entière.

Les photographies de Gérard Rondeau sussurent plus qu'elles ne parlent dans un souci d'humilité, de recherche, de recul nécessaire à l'homme en quête de sens.

Une distance de sécurité entre la scène, la photo et le photographe préserve l'observateur de toute forme de violence, d'engagement, de vulgarité, d'intrusion. Elle nous garantit une réserve, une niche d'intelligence où chacun peut y loger sa subjectivité, sa lecture, ses interrogations, son imagination. Ainsi devant la photo de la ferme de Navarin, Cendrars, Gisèle Bienne, peuvent surgir tout comme une certaine  sidération devant le portrait du nomade Paul Bowles ou une perception du tourment qui semble rapprocher Louise Bourgeois et Alain Bashung...

Comme si Gérard Rondeau avait posé le monde sur la table avec son objectif et s'était éclipsé, effacé, dans un souci d'humilité pour mieux nous laisser penser le monde d'après, une échappatoire au monde présent, comme un témoin sans prétention, une simple présence au monde.

Une exposition des profondeurs de l'âme et de l'histoire humaine tout en douceur dans une quête d'harmonie, d'apaisement à laquelle participe cette belle cave voûtée aux pierres crayeuses comme un écrin délicat, le plus beau des révélateurs pour les photographies en noir et blanc de Gérard Rondeau.

J'avais posé le monde sur la table. Et l'éclairage de Gérard Rondeau fut.

Celui d'un créateur soucieux de liberté, en quête d'un univers à déchiffrer.

Une exposition indispensable par ces temps où l'image s'impose souvent dans toute sa violence et son indécence.

 

EXPOSITION

Gérard Rondeau . J'avais posé le monde sur la table.

Du 6 novembre 2015 au 6 février 2016.

Le Cellier 4 rue de Mars Reims.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.