nadja
Abonné·e de Mediapart

127 Billets

6 Éditions

Billet de blog 9 oct. 2014

Ma plus belle histoire de risque c'est vous..

nadja
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 « Précaution mortifère.Il n'y a pas de plus grand risque que celui de ne pas en prendre.Le risque zéro n'existe pas mais nous ne voulons pas l'admettre. Nous cherchons sans cesse des responsables et c'est bien la preuve de la non acceptation du risque. »

Gérald Bronner sociologue français auteur  de La démocratie des crédules et plus récemment de La planète des hommes, comment réenchanter le monde, PUF, était l’invité de Caroline Broué dans la grande table sur France Culture hier matin.

http://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-2eme-partie-avons-nous-tort-d-avoir-peur-2014-10-07

J’écoutais d’une oreille distraite entre deux tartines trempées dans  mon thé vert bio qui pourtant enchante mes petits matins. Je ne me suis pas risquée à couper la radio de peur de rater quelque chose d’essentiel : « la culture pense le monde, les idées nourrissent la culture »

 « Encore des nouilles ! » aurait dit Desproges s’il avait pu partager ce petit déjeuner avec moi et j’aurais volontiers approuvé la contrepèterie. Car nul doute que  l’indécrottable optimiste affiché qui  poursuit sa  quête héliocentrique d’un univers réenchanté où There is no alternative que de « fuir en avant » saura trouver des retombées médiatiques sonnantes et trébuchantes dans une France qui sonne l’hallali contre tout ce qui de près ou de loin s’apparente au  principe de précaution.

Un sentiment étrange à écouter cet homme  qui semble seul, pressé et tellement  angoissé par l’existence de  des  groupes, de ces  masses de croyants, d’incultes, de religieux , de radicaux parmi lesquels il place en vrac l’extrême gauche, l’extrême droite , les écologistes…. Un chercheur isolé( pléonasme) dans une vision macroscopique du monde forcément lacunaire qui l’amène à  parier exclusivement sur la science comme avenir de l’homme, une posture  des modernes éculée. Un démarche paradoxale qui évince le doute comme moteur du progrès et de la démocratie et revendique la prise de risque pour  mieux conjurer la peur.

 Chouette ! Le risque pour tous comme avenir de l’homme !? C’est juste oublier qu’une grande part de l’humanité connait le risque quotidien : la faim, la maladie, la guerre, la mort, la souffrance, le travail, l’incertitude des lendemains, la rue…  Je ne suis pas certaine que Gérald Bronner soit le bienvenu chez Emmaus, ni à Calais, ni  à Fukushima , ni en  Ukraine , ni en  Syrie où les progrès technologiques sont tels que les hommes assument la part de risque et où en effet, on tient davantage compte « des pertes que des bénéfices ». Chacun sera aussi  d’accord pour partager les bénéfices des prises de risque des laboratoires pharmaceutiques sur la vente des vaccins. Ou faut-il plutôt comprendre par le réenchantement du risque, le risque pour quelques-uns et non pas le risque en partage ?

Un rêve un peu déplacé, celui d’un trop jeune homme sans doute, pour avoir éprouvé une dimension essentielle du progrès celle du pari de l’intelligence humaine qui s’appuie sur le collectif et le partage. G.Bronner devrait orienter ses recherches vers les constellations partage et collectif. Il n’a semble-t-il qu’une connaissance lacunaire de la société civile, de l’inventivité,  des savoir et savoir-faire, des qualités d’expertise et de la part de risque qui irriguent l’économie sociale et solidaire, le tissu associatif et la société tout entière.

La pensée méthodique n’est nullement l’apanage des seuls scientifiques. Le marché scientifique n’est pas non plus le plus exigeant en matière d’information. Les scandales dans ce domaine sont légion (http://www.generations-futures.fr/pesticides/pesticides-des-evaluations-europeennes-incompletes/).

Il en oublie  également que la modernité pariait sur la circulation extraordinaire de la connaissance et des idées et non pas sur la seule étude de laboratoire des fonctions cérébrales. Sa vision emprunte quelque peu au totalitarisme qu’il redoute tant,  en ce qu’il considère l’homme en tant qu’entité d’une masse et non pas en tant qu’individu. Il n’a d’ailleurs pas su répondre à la journaliste qui lui demandait qui il pourrait emmener dans son univers réenchanté si la biodiversité disparaissait, ce qui témoigne d’un pessimisme mal assumé et

https://www.youtube.com/watch?v=pkeDBwsIaZw&list=RDg531uXKDUug
© 

d’un manque d’imagination.

Une petite envie de lui souffler que le plus grand risque c’est d’abord l’aventure humaine et que la technologie ou la science en comparaison sont de petits joueurs.

Des erreurs d’appréciation qui ne seraient pas trop dramatiques si au- delà de ces considérations l’offensive à l’œuvre contre l’écologie n’avait pas aussi bonne presse.

Bref,  une furieuse envie de reprendre encore un peu de nouilles avec mon thé. Même pas peur !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un complot a été monté par la droite toulousaine pour torpiller une candidate LREM
Manipulation du fisc, de la justice et des médias : une enquête judiciaire lève le voile sur le piège tendu à une candidate LREM à Toulouse. Des SMS consultés par Mediapart accablent la patronne de la fédération LR, Laurence Arribagé, un cadre du fisc et un magistrat.
par Antton Rouget
Journal — International
Exilés : « L'État n'est plus humain »
Combien de drames humains faudra-t-il pour penser autrement les politiques migratoires ? Dans notre émission ce soir : reportage à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. Et en plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint
Journal — France
IVG : les députés adoptent l’extension du délai, le gouvernement tergiverse
Dans une assemblée nationale clivée, la proposition de loi « visant à renforcer le droit à l’avortement » a été votée en deuxième lecture à l’Assemblée, mardi soir. Seulement, son adoption définitive reste incertaine dans cette mandature, faute de volonté du gouvernement.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI