LIBRES! J.P.JAUD ou l'insoutenable légèreté de l'atome.

 LIBRES! de J.P.JAUD .

L'insoutenable légèreté de l'atome, concept bien français, se heurte à la réalité japonaise des lendemains de Fukushima. Seuls les enfants continuent de chanter pour conjurer la catastrophe comme dans une tragédie grecque tandis que l'ancien premier ministre du Japon en charge de la gestion de la crise en mars 2011 confesse son effroi face à la démesure de l'aventure du nucléaire. Le Japon a su fermer ses réacteurs sans recourir à la bougie et les énergies renouvelables prennent le relais. L'île de Samso au Danemark qui s'alimente en 100% renouvelable sert de contrepoint tandis que les mélodies distillées par les enfants musiciens nous accompagnent dans notre devoir d'espérance et notre quête d'harmonie. Un film d'une poésie infinie qui nous aide à poursuivre nos engagements pour un monde et des hommes qui méritent mieux que l'imposture médiatique et politique qui participe au saccage de notre environnement en dévoyant la démocratie dans  un détournement de l'information. Bientôt les touristes du monde entier pourront d'ailleurs visiter les caves de Champagne comme celles de BURE en Champagne, grand centre de stockage de déchets nucléaires en Europe... Décidément, la Champagne était déjà terre martyre, terre des cimetières, dès la première guerre mondiale... La malédiction se poursuivra-t-elle?

Au delà de ces questions graves, le film nous emporte et nous invite à nous interroger sur la place du beau et du patrimoine dans nos sociétés. La beauté des paysages filmés ne saurait être complète sans la perception qu'en ont les enfants ou les adultes. Un paysage se donne non seulement à voir, mais aussi  à respirer, à écouter, à comprendre, à vivre. Même si la radiocativité est invisible à l'oeil , elle constitue un paysage puisqu'il résulte d'une construction mentale. Il a une histoire, il est vêcu. Or les paysages de la région de Fukushime, s'ils ressemblent à ceux de nos campagnes sont désormais relégués à jamais dans nos consciences collectives. Le beau est perdu sur l'autel des profits et de l'inconscience humaine. Or peut-on prendre le risque de vivre sans  la beauté du monde, sans l'émerveillement quotidien?

L'apparente légèreté de LIBRES! à savourer et à diffuser résolument comme un antidote à l'exception nucléaire française...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.