Le crime du comte Neville

Entre minuit et minuit 45, j'ai découvert le dernier Amélie Nothomb, le crime du comte Neville.

Il se lit facilement et rapidement parce qu'il semble rempli de vent.
Elle survole la question du destin et se noie dans des pages sans intérêt sur l'importance du paraître au détriment de l'être suivant sa condition sociale. Quelques jolies choses toutefois sur la conception de la normalité mais l'ensemble reste creux.
Je l'ai adorée avant mais parfois elle sort des livres que l'on sent bâclé ou relever de la commande qu'il fallait boucler.
Quel dommage d'écrire quand on manque d'envie et rien à dire.

Quel dommage surtout quand on a autant de talent !

 

 

Avis différent du mien : http://www.contrepoints.org/2015/09/05/220552-le-crime-du-comte-neville-damelie-nothomb

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.