Naissam JALAL
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 juin 2021

Pour les prisonnières syriennes

Française d'origine syrienne, je connaissais déjà l'horreur des prisons du régime syrien, l'utilisation systématique de la torture et du viol. Mais en plus de la violence subie par ces femmes dans leur corps et leur intégrité, j'ai été révoltée par les témoignages anonymes de ces femmes, comme une parole silencieuse. Ces femmes sont des héroïnes. Nous devons leur rendre hommage. J'ai demandé au rappeur et chanteur palestinien Osloob de raconter l'histoire d'une prisonnière politique.

Naissam JALAL
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a quelques années, j'ai été sollicitée pour composer la musique du film Syrie, le cri étouffé de Manon Loizeau et Annick Cojean (à visionner ici).

Française d'origine syrienne militant pour la liberté du peuple syrien et son autodétermination, je connaissais déjà l'horreur des prisons du régime syrien, l'utilisation systématique de la torture et du viol comme moyen de destruction du peuple syrien, et ces frissons d'horreur en pensant que le corps d'une femme pouvait être un terrain de guerre. 
Mais en plus de la violence subie par ces femmes dans leur corps et leur intégrité, j'ai été révoltée par les témoignages anonymes de ces femmes, comme une parole silencieuse, étouffée, par leur refus de témoigner à visage découvert, comme si elles devaient avoir honte de leur sacrifice, comme si elles étaient coupables d'être victimes. 
Cette double violence, cette double peine, de nombreuses personnes en ont parlé lors du mouvement contre le viol et les violences sexuelles #metoo. Je comprends cette humiliation, cette douleur indicible. Je comprends la difficulté extrême de dénoncer des proches ou des amis de la famille ou des collègues de travail mais la parole et la justice sont absolument nécessaires pour réparer les blessures et c'est notre devoir, en tant que société, d'encourager la parole et d'être à l'écoute de cette souffrance. Je suis révoltée quand en France, une jeune femme victime de violences sexuelles peut mettre une vie à se débarrasser du poids de cette violence. 
Mais que penser alors de la situation des prisonnières syriennes qui n'ont pas été violées par des proches, mais par notre ennemi à tous, par les soldats d'un régime dictatorial qui cherche précisément à briser notre société en souillant le corps des femmes, en humiliant leurs maris, leurs familles, en punissant la société entière pour son affront au travers de ce qu'ils ont de plus sacré, le corps de leurs mères ou de leurs filles.

Refuser la parole à ces femmes, refuser leur témoignage, c'est non seulement infliger à ces femmes une souffrance supplémentaire, mais c'est aussi offrir la victoire au régime de Bashar al-Assad.
Ces femmes doivent obtenir justice comme toutes les victimes de tortures dans les prisons syriennes, rescapés ou morts en martyrs. Et nous continuerons à nous battre pour que ces crimes abjects soient jugés et que leurs auteurs soient punis.

En attendant ce jour qui finira bien par arriver, il me semble absolument nécessaire de reconnaître à ces femmes, à leur force, à leur sacrifice, le droit de dire, de dénoncer et de crier. Ces femmes sont des héroïnes. Nous devons leur rendre hommage.
J'ai demandé au rappeur et chanteur palestinien Osloob d'imaginer l'histoire d'une prisonnière politique « Mariam » et de raconter son histoire qui pourrait être celle de nombreuses, beaucoup trop nombreuses femmes syriennes depuis 10 ans et que j'ai mise en musique accompagnée du contrebassiste Claude Tchamitchian.

MARIAM - Naïssam Jalal, Osloob, Claude Tchamitchian (Fr & En Sub) © Naissam Jalal

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal
Le parti républicain poursuit son offensive contre le système électoral
Un an après l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier 2021, ses adversaires cherchent à faire pencher les prochaines élections en leur faveur en modifiant, avec une ingéniosité machiavélique, les rouages des scrutins. En ligne de mire, le vote de mi-mandat de novembre, grâce auquel une grande partie du Congrès sera renouvelée.
par Alexis Buisson
Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement