NAJWA E-H
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 déc. 2018

À Nice : un procureur aux curieuses méthodes...

Le procureur de Nice Jean-Michel Prêtre a été récemment perquisitionné, par des policiers de l’office anticorruption (OCLCIFF), selon une information du journal Le Parisien. Cette perquisition a eu lieu à son domicile et à son bureau au palais de justice suite à des soupçons d’atteinte à la probité dans l’affaire du palace Le Negresco situé sur la promenade des Anglais à Nice.

NAJWA E-H
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jean-Michel Prêtre - Procureur de Nice © DR

De quoi s’agit-il ?

Depuis le placement sous tutelle de sa propriétaire Jeanne Augier âgée de 95 ans, la gestion de l’hôtel de luxe est confiée depuis 2013 à une administratrice judiciaire. Mais en 2017, le procureur de Nice souhaita mettre fin au mandat de l’administratrice en saisissant le tribunal de commerce pour statuer sur l’avenir du célèbre hôtel.

Cette intervention est considérée comme suspecte par la direction et les salariés mais aussi par Me Jean-Phillippe Hugot. En effet, l’avocat de la seule héritière légale (cousine de l’ancienne gérante du palace) ne comprend pas que sa cliente rencontre autant de péripéties pour défendre et faire valoir les droits de sa famille (dépôt de plainte pour abus de faiblesse rejeté par le procureur de Nice, difficultés à se constituer partie civile pour se faire entendre dans le cadre de la succession du Negresco).

Les différents protagonistes pensent que le procureur de Nice aurait outrepassé ses pouvoirs peut-être pour favoriser un candidat à la reprise du palace cinq étoiles.

Une enquête a été, dans ce contexte, diligentée par le Parquet national financier.

Mais ce n’est pas la première fois que des avocats ont à se plaindre des méthodes du procureur de la République Jean-Michel Prêtre.

Me Noachovitch, avocate de l’ancien jardinier marocain Omar Raddad, dénonce le manque de transparence de la part de ce magistrat dans la gestion du dossier de son client. En effet, il y a plus de deux ans, une trace ADN trouvée sur la scène de crime avait matché en partie avec celle d’un individu inscrit dans le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG). Il a fallu attendre plus d’un an avant d’en connaître les résultats. Une fois connus, sans en informer l’avocate, Jean-Michel Prêtre convoqua la presse et annonça la clôture de ce dossier car les résultats d’analyses concernant la comparaison des deux ADN s’étaient avérés infructueux selon lui. Me Noachovitch n’eut pas accès en amont à ces derniers et apprit cette nouvelle non pas de la bouche du procureur mais en lisant la presse !

Me Noachovitch, convaincue de l’innocence de son client, décida, dans la foulée, de déposer un recours auprès du procureur général près la cour d'appel d'Aix-en-Provence contre cette position du procureur de Nice.  Elle obtint gain de cause. Le procureur de Nice a dû répondre à ses demandes d’actes c’est-à-dire la contre-expertise de la trace ADN qui avait coïncidé en partie avec celle d'une personne répertoriée au FNAEG, et la comparaison des ADN découverts sur les scellés avec ceux des proches de la victime Ghislaine Marchal.

Bizarrement Jean-Michel Prêtre, d’habitude si disposé à parler à la presse, passe sous silence, depuis le mois de juillet dernier, la réouverture du dossier. Or, de nouvelles comparaisons ADN sont bien en cours.

Ces deux affaires mettent en lumière les curieuses méthodes du procureur de la République de Nice Jean-Michel Prêtre...

Comme disait Voltaire : « un jugement trop prompt est souvent sans justice ».

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin
Journal
Sous-effectif, précarité, règles obsolètes : le tracing est débordé par le coronavirus
L’assurance-maladie et les ARS, chargées du tracing des cas contacts, s’appuient sur un personnel précaire, rappelé en catastrophe à chaque rebond épidémique. Les cas contacts et une partie des cas positifs ne sont plus interrogés. Des clusters passent inaperçus.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire : le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat