Nana75105
Fondatrice d'une structure d'accompagnement vers l'emploi
Abonné·e de Mediapart

56 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 oct. 2021

DENI DE DROIT ET DE JUSTICE EXPLICITE

Le TGI de Bobigny vient de m'adresse une notification qui , concretement, me refuse le droit d'etre representee et d'acceder a mes droits.

Nana75105
Fondatrice d'une structure d'accompagnement vers l'emploi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le TGI de Bobigny vient de m'adresse une notification qui , concrètement, me refuse le droit d'être représentée et d'accéder a mes droits.
Cela s'inscrit dans un contexte particulier de terreur et menaces quotidiennes, que je lie a ce déni de droit, et que je vais d'abord résumer avant de présenter les récents documents que m'a adresse le TGI de Bobigny.

Les tortionnaires s'autorisent a aller de plus en plus loin parce que le pouvoir constitutionnel le leur permet.

Je suis victime depuis 4 ans d'un harcèlement en réseau, qui ne s'exerce même plus "en cachette". Les tortionnaires se sentent si légitimes qu'ils le font au grand jour:

Ils assument la fait de m'avoir drogue (GHB) avant de me violer, en prétextant que "je savais". Ce sont pas des loubards qui véhiculent ces horreurs, justifiant le pire...ce sont des gens lambdas issus des communautés qui m'ont cible, et qui ont pris parti pour le violeur comme il est coutume de le faire dans ces communautés ou  le poids de la responsabilité de l'"agresseur bascule vers la victime, surtout s'il lui est supérieur socialement.

Les tortionnaires assument le fait de vouloir par tous les moyens illégaux possibles et imaginables, me retirer la garde de ma fille pour la confier a ce violeur, dont je la tiens éloignée...car dans leur logique mortifère, ils ont tous les droits.

Les tortionnaires assumeront aussi de porter atteinte a ma vie, voire celles de mes enfants, puisqu'ils considèrent comme un "miracle" le fait que malgré ma résistance, je soit toujours en vie.

Bien que j'ai fui Aulnay sous bois ou suivant leurs propres termes "la moitie d'un quartier" a engage sa réputation en prenant aussi fait et cause pour le camps des tortionnaires et des violeurs, 

Ils continuent dans mon nouvel environnement de s'introduire a mon domicile. Ils ont force ma porte. Ils ont pirate mon ordinateur et efface des milliers de messages (de 2016 a 2021).

Ils ont vole l'ensemble du dossier relatif a la condamnation de Maitre Nk*unk*u, par le bâtonnier de Paris. Cet avocat m'a en effet escroque de plusieurs centaines d'euros...

J'ai porte plainte dans un commissariat, la plainte a ete perdue. J'ai pourtant ete auditionnée par un agent de la répression des fraudes a Paris....mais PAS DE SUITE.

Lorsque j'ai saisi le TGI de Bobigny pour avoir un avocat dans le cadre de ce dossier, en leur envoyant un dossier COMPLET....le dossier a ete instruit en janvier 2021.

DENI DE JUSTICE:

Alors que je les relançais régulièrement ET que je les ai avise par recommande de mon changement d'adresse, ils ont envoyé a mon ancienne adresse une demande de complément d'informations...pendant les vacances judiciaires. Je n'ai jamais reçu ce courrier.

(pdf, 1.5 MB)

Je leur avais AUSSI fait part des "difficultés" de distribution de courriers pour ne pas parler de "nuisances". 

Dans la preuve de distribution de courrier apportée par la poste, on voit que la signature apposée est contrefaite.

Ils ne m'ont pas appelé , ni envoyé de messages ou SMS. Mais ils se sont bases sur le fait que je n'ai pas complété un dossier déjà complet ...pour me refuser le droit d'être représenté, et protéger cet avocat qui en sait BEAUCOUP sur le réseau de harceleurs, qui me pourrit la vie depuis 2017.

DESTRUCTION DE PREUVES RELATIVES AU DOSSIER ENVOYE AU TGI DE BOBIGNY

En parallèle de ce déni de justice, et avec une implacable concordance, l'ensemble du dossier relatif a maitre Nk*uk*u a ete vole, probablement a l'occasion d'une des nombreuses intrusions a domicile dont ce réseaux de harceleurs communautaires locaux est familier.

Ma boite mail, qui contenait les messages échangés avec Maitre Nk*unk*u a aussi ete piratee, et les messages allant de 2016 a 2021 ont ete effaces adns leur ensemble.

Il est a noter que maitre Nk*unk*u est un avocat qui m'avait ete recommande par une personne qui s'est avéré etre probablement un membre de ce réseau de harceleurs, qui se targue d'agir en communauté. Forts de la leur et de ses alliances clientélistes, ils considèrent que le capital social qu'apporte le poids communautaire a supplante l'etat de droit.

Autre point intéressant concernant cet avocat: 

- C'est lui le premier qui a évoqué l'éventualité de viols sous GHB, suivant ses propres termes "pas parce que vous leur plaisez, mais parce que le viol chez eux, est une arme de guerre et de soumission."

- Cet avocat m'a demande d'entrer en relation avec les services sociaux d'Aulnay sous bois, afin de leur signaler ma situation, alors que je n'en voyais pas l'interet....ayant ete des annees auparavant, agressee sexuellement par un travailleur social, coutumier du fait (au moins 3 agressions recensées). J'ai donc signale ma situation a une travailleuse sociale. Maitre Nkounkou devait appuyer auprès d'elle ma demande de logement.

Il ne l'a JAMAIS fait. Il n'a d'ailleurs jamais fait aucune demarche, y compris aupres du TGI de Bobigny...ne serait ec que prendre de simples renseignements.

Or il se trouve que ce Maitre Nkounkou est aussi indirectement mêlé a de nombreux cas de "retraits d'enfants"

MISE A MORT SOCIALE ET MENACES TOTALITARISTES

Ayant finalement réussi a déménager par mes propres moyens, et échapper , du moins partiellement, a une emprise directe de ce réseau de harceleurs communautaires locaux sur ma personne et mes enfants (intrusions a domicile , mise a part), 

je me suis installée dans une autre commune du 93 ou j'ai scolarisée mes 3 enfants. 

Le réseau qui m'y a suivi (c'est pas non plus comme si je m'étais installée a l'autre bout du monde), s'organise pour récupérer pour un de ses membres (et sa famille) l'appartement que j'occupe.

Pour que vous compreniez leur logique: Ils vivent comme une injustice le simple fait que je puisse être dignement logée, dans un quartier correct. Ils souhaiteraient me voir habiter un foyer, et récupérer pour un des leurs, l'appartement que j'occupe.

Car encore une fois, leur organisation communautaire prévaut sur ce territoire en tout cas, sur l'etat de droit.

Surtout a 6 mois des élections présidentielles.

Ils ne reculeront devant rien: le TGI, garant de la justice sur ce territoire, leur en a implicitement donne le droit.

Je sais que de faux certificats médicaux établis sur la base de fréquentes usurpations d'identités sont en cours, et je sais qu'une campagne de calomnie et diffamation (y compris portée par des institutionnels) 

Je ne cèderai pas.

Malgré les menaces, malgré la solitude, malgré la paupérisation organisée, je ne cèderai pas.

"Elle n'a pas d'amis", se gaussent-ils...comme si dans l'etat de droit que nos vénérables anciens ont contribue, après guerre a mettre en place, le communautarisme influent pouvait supplanter l'idée de justice. C'est précisément parce que je n'ai pas d'amis que j'aurai gain de cause, puisque je n'ai besoin que de véritable justice, et non d'une cour des miracles.  Et encore moins d'un état totalitaire.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux