Francis Bebey, troubadour de la litterature camerounaise

Francis Bebey fut presque simultanément écrivain, musicien, poète, responsable du département musique de lUNESCO, conferencier, chanteur, conteur et journaliste.

Francis Bebey fut presque simultanément écrivain, musicien, poète, responsable du département musique de l'Unesco, conferencier, chanteur, conteur et journaliste. Aux confluents de deux cultures, l'une occidentale, l'autre africaine, de deux langues, le douala et le Français, de deux modes d'expression, la littérature et la musique, cet artiste de génie balada son africanité avec autant de légèreté que sa bonne humeur.

 C'est à Douala, ville portuaire, située en bordure de l'océan atlantique, à l'embouchure du Wouri, que ce prince du fleuve voit le jour en 1929. Il devait devenir l'un des grands ambassadeurs culturels poussant jusqu'à l'extrême l'une des particularités des habitants de ces villes côtières, constamment tournés vers le large, en répondant à l'appel d'un horizon aux dimensions multiples.

Cet horizon semble d'abord être musical. Il découvre très tôt, sous l'égide dun père pasteur, la musique classique occidentale et le chant. Il rencontre celle qu'il fera voyager au-delà des rives du Wouri dans ses jeux d'enfants, sous la forme dune flute en pétiole de papayer:

"C'était la premiere chose que les enfants du village fabriquaient. L'inconvenient, c'est qu'elle ne durait qu'une journée. Le lendemain, le pétiole  était tout ratatine", Racontait-il.

Autodidacte, il s'initie ensuite, à l'adolescence, au banjo, puis à la guitare.

En 1950, quittant le Cameroun pour la France, il intègre la Sorbonne où il fera des études de langues. C'est à  cette époque qu'il rencontre Manu Dibango, avec lequel il monte une éphémère formation.

Des études de journalisme outre-Atlantique et une composition musicale plus loin (L'été du Lac Michigan), on le retrouve journaliste au Ghana, puis en France pour la Sorafom, actuelle RFI.

Cette aptitude à mener plusieurs activités artistiques de front devient rapidement une nécessité , comme si se complétant les unes les autres, ces approches différentes concourraient à un objectif commun qu'elles ne sauraient atteindre seules. Ainsi l'année 1968 marque à la fois la consécration de son talent d'écrivain avec le Grand Prix littéraire de l'Afrique Noire attribué  à son roman Le fils d'Agatha Moudio et ses debuts sur la scène parisienne au Centre Américain, où s'inspirant de mélodies bantoues et pygmées, il chantera en douala, en Français et en anglais. Il est aussi responsable du département musique de l'Unesco, poste qu'il ne quittera qu'en 1974 afin de se consacrer a la création artistique.

 

Entre les frontières….

Cette polymorphie artistique engendre une étonnante intertextualite. Ainsi l'infortune de Mbenda, héros de son premier roman dont l'épouse met au monde un enfant illégitime, est réinterprétée en musique dans une de ses chansons intitulées Agatha:

"Tu es noire des pieds a la tète comme moi, alors comment as tu pu mettre au monde un enfant blanc qui soit de moi"

C'est cette image d'un Mbenda amer, mais dont l'amertume ne se depart jamais de cette sagesse pratico-pratique, et de cette ironie mi-amusée mi- désillusionnée, que nous retrouvons dans la voix sarcastique de Bebey:

"Ma mère avait bien raison hein! (…)"Fils, ta femme là, elle t'en fera voir de toutes les couleurs! (…)Et elle a commencé par me faire un fils blanc."

Les traditions des chansons ironiques douala évoquées par ce dernier s'échappent de l'univers textuel du roman pour rejoindre l'univers lyrique du chanteur, élaborant un extraordinaire travail de tissage entre musique et écriture, mais aussi entre langue française et langue douala.

De même, le Français s'enrichit, parfois au détriment d'une traduction académique, des particularités sémantiques douala. Et par extension de sa culture: Tu es bien sortie exprime littéralement les salutations matinalesen langue douala: O bousi bwam, signifiant "Tu es bien sorti de ta nuit, de tes songes, de cet autre monde qui n'est ni tout à fait le nôtre, ni tout à fait un autre".

En veritable univers polyphonique, constitués d'éléments a la fois culturels, linguistiques et empiriques, le roman est un lieu d'interrogation et de confrontation privilégié.  

 

Condition de la femme dans l'univers romanesque de Francis Bebey

La condition feminine, en contrepoint de La condition masculine, (chanson humoristique qui connut un vif succès auprès du public anglophone) est constamment abordée dans les romans de Bebey:

Si dans cette chanson, l'émancipation exacerbée de la femme est parfois raillée, il nous en donne une vision plus nuancée dans ses romans:

D'une part, on assiste à une veritable montée des revendications des droits de la femme: Agatha se soustrait sans états d'âme à l'organisation sociale du groupe, et tout comme Edna, héroïne de La poupée Ashanti ou Nani, du Roi Albert d'Effidi, la jeune fille est en opposition avec ses parents, et la société.

Le plus souvent, ce conflit intergénérationnel s'illustre à travers l'affrontement avec un autre archétype féminin qui est celui des conservatrices qui tentent désespérément de préserver leurs us et coutumes, et qui est représenté par l'ancienne génération sous les traits de Maa Medi, mère de Mbenda dans le Fils d'Agatha Moudio, Mère mauvais-regard, la sorcière ou encore Mam, dans La poupée Ashanti

Paradoxalement, ce pouvoir auquel aspire la jeune generation est déjà détenu par ces femmes d'âge mur. Pouvoir certes non égalitaire, mais traditionnellement paritaire.

Ainsi Maa Medi, gardienne des traditions doualas, appartient à un "groupe social distinct de celui des hommes",  mais qui ne leur est en rien inferieur. Tandis que Mere mauvais-regard exerce son "pouvoir de sorcière" sur l'ensemble des habitants du village, hommes et femmes confondus.

Cette quête de droit et de liberté s'accompagne le plus souvent d'une perte de valeurs et d'une dégradation de la condition féminine. Agatha est ainsi une fille de mauvaise vie, et les femmes des villageois qui ont été empoisonnées deviennent des femmes adultérines, mères d'enfants naturels.

On ne saurait pourtant circonscrire la vision féministe de Bebey à  cette image réductrice et pessimiste. Résolument moderne, il nous dessine l'image d'une femme révolutionnaire, capable de s'élever contre les problèmes sérieux d'abus de pouvoir, d'injustice et de corruption des hauts fonctionnaires*. Dans La poupée Ashanti, les femmes s'organisent autour d'une lutte commune pour la défense de leurs droits. Elles sont de ce fait à  l'origine d'un changement de mentalité chez leurs pairs masculins. Afin d'intimider Mme Amiofi dont il désire la fille, l'inspecteur général du marché lui retire son permis de vente. Il exige la venue de Ruth, la fille de cette modeste vendeuse de Accra, afin d' "arranger les choses"

Les femmes du marché scellent leur union autour de ce combat contre les autorités qui selon elles, s'imaginent que "nos filles sont a vendre, de la meme façon que nos marchandises". 

Elle manifestent alors leur mécontentement devant le parlement où siègent les députés et obtiennent gain de cause.

Fidèle à sa formation initiale de journaliste, l'oeil aiguisé de Bebey traque souvent les travers d'une société africaine en mutation, tout en exaltant son dynamisme, le profond enracinement de ses valeurs et sa volonté de changement.

 

Observateur pris entre deux feux…..

C'est en cette qualité d'observateur que Bebey compose la condition masculine, qui évoque selon ses propres termes un "reportage". Il tentera de respecter, à défaut de l'objectivité journalistique, une certaine forme d'éthique et de responsabilité dans l'observation du monde qui l'entoure, et la restitution de celui-ci. 

Sa singulière appétence, la multiplicité de ses expériences et de ses rencontres le plonge plus que quiconque dans cette inconfortable ambiguïté, qu'il peindra sans fard. D'autant plus inconfortable qu'elle s'accompagne d'un rapport de force déséquilibré entre les deux cultures. Sa sincérité d'auteur intervient alors comme seule alternative possible a ce tiraillement perpétuel, évitant ainsi la condamnation ou l'apologie, excessive ou exclusive, de l'une ou l'autre de ces deux cultures.

Dans Le fils d'Agatha Moudio, les abus de pouvoir de l'administration coloniale sont dénoncés avec autant de causticité que les vices de la population locale: Mbenda est emprisonné sans procès pour s'être opposé à la volonté d'un blanc. Et si certains villageois sont envoyés en exil, c'est pour avoir tenté de mettre fin aux jours de l'un d'entre eux qu'ils soupçonnaient de sorcellerie. Sans procès. 

L'humour et la légèreté de ton de Bebey ne masquent pas le sérieux de son propos. Au contraire, par effet de contraste, ils en accentuent les angles: les beuveries lors des cérémonies de dot, l'avidité, la jalousie et la corruption sont ainsi mis en lumière. La superstition est souvent tournée en derision, mais ses conséquences sur la vie sociale sont crûment dévoilées, puisque dépassant le simple folklore ces croyances séculaires sont à l'origine d'une tentative de meurtre collective et de l'emprisonnement de plusieurs membres de la communauté.

Il montre par ailleurs une considération certaine pour l'organisation animiste du monde spirituel africain dans lequel vie et mort, monde visible et invisible, ne sont que les versants d'une meme dualité.

La perspicacité de Mere Mauvais-regard est confirmée par la naissance d'un enfant "tout blanc, avec de longs cheveux défrisés". Ce mysticisme éclairé se retrouve dans la relation que Bebey entretiendra toute sa vie avec l' un de ses instruments privilégiés, la Sanza, également appelée "petit piano africain", et dont il connaissait la dimension sacrée: le son pincé de cet instrument symbolise la création  au sens "biblique" du terme, chaque note étant un enfant qui voit le jour. 

Bebey est définitivement un Fils du fleuve: " Oui, pour nous les africains , le temps ne passe pas. Il est comme l'eau du fleuve qui passe mais est toujours la."

Il décède en 2001, emportant avec lui l' image d'un troubadour rieur. L'écho de son rire frondeur résonne toujours.

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.