Nancy Bélart
Être humain
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 sept. 2016

Qui osera parler de la vérité de Calais?

Qui va enfin parler de la vérité de Calais ??? La désinformation va bon train... Mais la réalité et l'histoire de Calais, qu'en est-il vraiment ? Calais meurt depuis l'invasion par les réfugiés.... Ineptie !!!

Nancy Bélart
Être humain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J'enrage, je ne décolère pas quand j'entends ces commentaires:

" Le centre de Calais meurt depuis que les réfugiés sont là, les commerces  ferment..."

Je vis à Calais depuis presque 50 ans, j'ai vécu mon adolescence à Calais, ainsi que les frères et sœurs. J'avais 9 ans lorsque j'y suis arrivée avec ma famille ( mes parents et ancêtres sont calaisiens depuis des siècles) , dans ce quartier neuf qu'on appelait la ZUP, quel choc !!! Moi qui ne connaissais que Charleville-Mézières, que de larmes secrètes versées de ce choc culturel et de cette perte de mes repères. À l'école, en CM1, j'étais déjà ciblée avec mes cheveux noirs et bouclés et mon langage. Je ne comprenais pas le français parlé à Calais, avec cet accent ( pour comprendre, écoutez Dany Boon, " à s'baraque et en ch'ti) et ses mots et expressions improbables . 

Il y avait des poux à l'école, et la maîtresse vérifiait régulièrement les têtes... Devinez qui en premier : mes deux seules copines , Nathalie, d'origine Portugaise, Nadjette, d'origine marocaine, et mon seul copain Rachid, d'origine Algérienne et moi.... Regroupés de fait, pour pouvoir jouer et parler à la récréation... Comme tous les enfants en ont besoin...

J'allais oublier, Sylvie, une fille très sympa, très brune, aux très longs cheveux, la peau mate. Bien française, nous nous aimions beaucoup, un jour elle m'a demandé de venir chez elle passer un moment après l'école parce qu'elle avait été malade et devait rattraper les cours. Elle est entrée dans sa maison, m'a dit "attends, je vais demander à ma mère si tu peux venir " , elle a laissé la porte entrebâillée, et j'ai entendu une discussion et d'un coup, un cri de sa mère: " ça suffit, je t'ai dit je ne veux pas de ça chez moi !" 

Je n'ai pas compris sur le coup, l'horreur de cette situation, la porte fut claquée et je suis restée sur le trottoir , ahurie, ma copine a fini par passer la tête à la porte et m'a dit :" ma mère ne veut pas".

Le lendemain, à l'école, elle m'a dit: "ma mère a dit que tu peux me prêter tes cahiers pour que je rattrape". Mais cette fois, c'est ma mère qui me l'a interdit : " sa mère ne veut pas de toi chez elle, elle n'aura pas tes cahiers ! " Comment comprendre à 9 ans ?...

La maîtresse - que j'admirais beaucoup, grande, fine, une belle dame impeccable, avec ce si beau chignon doré et ses yeux bleus, ses beaux vêtements et ses hauts talons, son beau langage, était toujours surprise par mes excellents résultats scolaires et à chaque fois me demandait d'où je venais...

Et pour en finir avec ce passage de mon enfance,  je veux rendre hommage à Monsieur Allemand, mon instituteur de CM2, qui nous a aimés, sans distinction, et transmis ses savoirs avec passion. C'est vous Monsieur qui m'avez donné l'envie d'être enseignante un jour. Chapeau bas Monsieur !

Bref... Le racisme était déjà bien ancré à Calais en 1972...

Calais est une ville moribonde depuis très longtemps!!!

Déjà, il y a 30 ans, les jeunes corrects ne pouvaient pas sortir le soir ou la nuit sans craindre de se faire agresser par de bons français bien blancs, au crâne rasé, et aux tatouages fascistes...

Calais, ville portuaire, a toujours été une ville dangereuse la nuit.

Depuis 30 ans, les instituteurs et professeurs se font agresser, sur leur lieu de travail par des parents d'élèves agressifs, et sans éducation.

Depuis 30 ans le Centre ville est mort à 19 heures.

Et la construction du tunnel avec l'ouverture de la Cité Europe, ce complexe commerçant gigantesque il y a une vingtaine d'années, a achevé de tuer la ville et ses commerces.

On peut tout acheter là bas et c'est à 10 mn en voiture !!!

Quant aux touristes , les anglais surtout, je ris, ils venaient juste encombrer les rayons vins et bières de nos hypermarchés...

Et dès l'arrivée de la droite à la mairie, le seul camping de Calais fut fermé !

Les réfugiés n'ont donc rien à voir avec la mort de Calais !

Bien au contraire, si les calaisiens leur avaient laissé une chance, ils n'auraient pas demandé mieux que pouvoir aller boire du thé ou du café dans le centre ville ou à la plage, y manger un morceau aussi. Même avec le peu d'argent qu'ils ont.

Et ainsi participer à la vie économique.

Les siècles de misère sont responsables de la mort de Calais.

Le paternalisme bourgeois de ses industriels qui employaient des enfants dès l'âge de 9 ans, les deux guerres mondiales, l'obligation de quitter Calais pendant la deuxième pour être réfugiés dans d'autres régions de France, tout quitter, sans rien emporter, et revenir dans une ville dévastée, encore plus pauvres qu'avant... Le manque d'accès à la culture et à l'école. 

Voilà où il faut chercher la mort de Calais.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai