Monsieur le Président de La République

Monsieur Le Président, je vous fais une lettre, que vous lirez peut-être, si vous avez avez le temps... Vous qui vîntes à Calais, berceau de mes ancêtres, de mes parents, de mes enfants

Je ne viens pas ici, vous faire de reproches, vous parler politique, moi, fille d'agent administratif et de mère au foyer.

Petite fille d'ouvriers , en tulle, et boulangerie.

Arrière petite fille d'ouvriers de tous domaines dont l'un, Mongol, dont la France eût besoin pour travailler dans ses usines d'armement:

pauvre homme déraciné , dont je ne connaîtrai jamais le nom, qui eut juste le temps d'aimer une française puis de mourir de la grippe espagnole en 1918.

Et d'un autre dont le nom atteste de lointaines origines espagnoles.

Descendante du dernier Bailly du Roi Louis XIV et des Warnier Du Huicq, notables à Offrethun et alentours.

Le nom de mon père , mon nom, est d'origine gauloise.

Difficile d'être plus français que ma nombreuse famille et moi.

Et pourtant aujourd'hui, j'ai mal, très mal d'être française.

Mon pays porteur de si belles valeurs que je n'ose plus écrire aujourd'hui.

Il est en votre pouvoir, Monsieur Le Président, de lui rendre ses valeurs, par un simple geste, un geste d'Amour.

En mémoire de ce qui forgea la France, ce qui lui donna sa force, et la lui donne encore : la multiplicité des origines de son peuple, le métissage, le partage des cultures. 

En mémoire de tout ce que la France a fait de mal .

Tous ces réfugiés, de Calais et de partout en France, pour avoir subi l'infamie, offrez leur l'Asile. 

Sans procédure, en guise de réparation pour les préjudices subis:

Les humiliations, la rue, les rejets, les blessures physiques et morales, les campements indignes, la peur au ventre, le désespoir, leurs morts, leurs enfants disparus.

Monsieur Le Président,

Soyez Celui qui redonnera sa lumière à la France.

Soyez Celui qui montrera que l'Amour peut sauver le monde.

Soyez Celui qui par ce geste de Fraternité, saura entraîner derrière Lui un immense élan de Solidarité et d'Amour.

Soyez Celui que le monde entier nous enviera.

Soyez Celui dont le monde se souviendra.

J'ai ce beau rêve.

Nancy Bélart

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.