Un éthiopien brûlé. Heureusement pour lui, c'était en Terre d'Asile !!

Dans la nuit de jeudi à vendredi, vers 1 heure, j'ai entendu un hélicoptère, je me suis demandée ce qui pouvait encore se passer à la Jungle. Et depuis ce matin, mon cœur de mère, mon cœur humain saigne. Nazali, il s'appelle Nazali ! Oui mon cœur s'appelle Nazali, Yacine, Najm, Riaz, Mohanad, Mohamad, Awa, Afhsa, Ilham...

Vendredi vers 1 heure, en entendant une fois de plus un hélicoptère, mon cœur s'est serré, comme à chaque fois.

Je ne pensais pas découvrir au matin une telle horreur dans un article de journal : Un réfugié brûlé dans la Jungle de Calais.

Il s'appelle NAZALI !!!

18 ans, éthiopien, il a fui seul son pays pour trouver un monde meilleur ! 

Et il a trouvé la France, la Jungle de Calais ! Quel miracle ! La cour miracles du 21ème siècle !

Et endormi, dans sa petite cabane, il s'est soudain transformé en torche vivante, est sorti en hurlant sous le regard attentif des surveillants bienveillants, tandis que d'autres réfugiés tentaient de l'éteindre.

Brûlé à 70% , Nazali, agonise au CHRU de Lille.

La semaine dernière c'est la cuisine Ashram , à peine construite qui a brûlé...

D'autres cabanes ont brûlé à la suite de l'incendie de celle de Nazali, et évidemment, des réfugiés sont à nouveau sans abri. Des tentatives d'évasions ont eu lieu après le drame, mais heureusement, elles n'ont pas bloqué la circulation...

 

Un réfugié éthiopien est entre la vie et la mort après avoir été gravement brûlé dans la nuit de jeudi 28 à vendredi 29 avril par un incendie dans la « jungle » de Calais, a-t-on appris auprès de la préfecture du Pas-de-Calais. La victime, « brûlée à 70 % », est hospitalisée au centre hospitalier régional universitaire (CHRU) de Lille où elle a été héliportée dans la nuit, a ajouté la préfecture.

« Vers 1 heure, les services de secours – police, pompiers et SAMU – sont intervenus sur le campement de la lande pour un feu d’une cabane », qui aurait surpris la victime « pendant son sommeil », selon cette même source. L’origine de l’incendie reste encore indéterminée et une enquête est en cours.

En parallèle, de nouvelles tentatives d’intrusion de migrants dans des camions ont encore eu lieu cette nuit au niveau de la rocade portuaire avec des « éléments déposés sur la chaussée » pour ralentir les véhicules. « Les forces de l’ordre sont immédiatement intervenues pour évincer les migrants de la chaussée et ses abords », a expliqué la préfecture, qui précise néanmoins que la circulation n’a pas été interrompue.

Trois mille cinq cents migrants, selon la préfecture du Pas-de-Calais, cinq mille migrants, selon les associations, vivent actuellement dans la « jungle » de Calais et ses alentours, dans l’espoir de rejoindre la Grande-Bretagne.

 

Mais où es-tu ma FRANCE ??? OÙ ???

NAZALI, ton agonie, c'est la nôtre !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.