Révolte sociale au Chili

La hausse du prix du ticket de transport a fait déborder le vase

Depuis plusieurs jours, les habitants de Santiago du Chili, rejoints par de nombreuses autres villes, se sont révoltés contre la hausse du prix du ticket de métro, faisant éclater la colère déjà exprimée dans différents mouvements, contre la privatisation quasi totale et les coûts exorbitants de la Santé, de l'Education et la réforme des retraites. Le Chili, bien qu’étant un des pays les plus riches d'Amérique latine,  est aussi l'un des  plus inégalitaires, avec une précarisation croissante des travailleurs, et un surendettement quasi généralisé de toute la population.

C'est aux cris de "Frauder, pas payer, est un moyen de lutter"que les habitants de Santiago  ont pris d'assaut les stations de métro et détruit les tourniquets; certaines stations ont été incendiés, ainsi que le bâtiment de lEnel ( compagnie d'électricité) et des magasins pillés,

Pinera, le président du Chili ( droite ultra libérale), a déclaré l'Etat d'urgence et confié le maintien de l'ordre au général Iturriaga qui a aussitôt envoyé les chars et les soldats dans la ville pour mater la révolte. Malgré le couvre- feu, la population continue de défier l'armée par de nombreux rassemblements accompagnés de concerts de casseroles au cri de "El Pueblo, Unido, Jamas Sera Vencido". Le président a aussi déclaré que le Chili était "en état de guerre". Un appel à la grève générale a été lancé à partir de ce lundi.

Aujourd'hui le bilan est déjà lourd, 7 morts, des centaines de blessés, plus d'un millier d'arrestations , qui rappelle les tristes moments de la dictature.

Souhaitons que le peuple chilien sorte vainqueur de cet affrontement, et ces évènements montrent deux choses: L'une, c'est que quand la "démocratie" libérale se sent menacée elle montre son vrai visage, l'autre, c'est que la spontanéité de ce mouvement entre en résonance avec le mouvement des gilets jaunes ,essence ou ticket de transport comme détonateur, et les inégalités et injustices devenues insupportables.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.