Nastasia Peteuil
Journaliste indépendante aux États-Unis
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 nov. 2014

Midterms: et les indépendants dans tout cela?

Nastasia Peteuil
Journaliste indépendante aux États-Unis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À chaque élection américaine, on les oublie. Pourtant, les indépendants foisonnent aux États-Unis. Entre les démocrates et les républicains, offrent-ils vraiment une porte de sortie à ce dualisme désuet? 

Greg Orman aura fait parler de lui, même s'il a perdu l'élection. Candidat indépendant dans l'État du Kansas, la presse l'aura mis au centre du mouvement des indépendants. Le Monde lui consacre même un portrait dans ses colonnes. L'homme d'affaires millionnaire de 45 ans n'aura donc pas réussi à convaincre ses compatriotes qu'il était la voix de la différence. Libre et émancipé.

À ses côtés, d'autres candidats, avec plus ou moins de moyens financiers de mener leur campagne, ce sont également lancés dans la course. Sean Haught, un livreur de pizza "libertaire", s'est présenté en Caroline du Nord (Newsweek a publié son portrait). En Dakota du sud, Larry Pressler, ex-républicain, "est dégouté [...] des conflits sans fins entre les deux parties à Washington D.C." comme il le pleure longuement sur son site. Du côté de la Louisiane et de la Géorgie, c'est un libertaire et un membre du tea-party qui viennent semer le trouble dans le bipolarisme politique. Robert Sarvis, en Virginie, semble réunir les jeunes autour de son étiquette de libertaire indépendant comme l'a souligné l'article de Bloomberg. 

Deux indépendants siègent déjà au Sénat

Même si en 2014, aucun de ces candidats n'a remporté l'élection, il reste tout de même deux vainqueurs indépendants des élections de 2012. Les deux indépendants se trouvent en Nouvelle Angleterre, région connue pour être davantage libérale que le reste du pays. Le sénateur du Vermont Bernie Sanders et celui du Maine Angus King avaient remporté leur siège lors de l'élection d'Obama. Indépendants, oui, mais dans une certaine limite.

Bernie Sanders, qui porte dans les médias américains l'étiquette de socialiste, s'est empressé d'affirmer qu'il resterait affilié aux démocrates sur le blog politique de USA Today. D'ailleurs, il prépare d'ores et déjà sa campagne pour l'élection présidentielle de 2016, potentiellement comme candidat démocrate. Le sénateur du Maine Angus King a lui aussi réaffirmé son soutient au parti démocrate dans la comptabilisation des sièges.

L'indépendance, mythe ou réalité? 

Alors que le nombre de candidats indépendants ne cesse d'augmenter - entre 30 et 40% de 2008 à 2014 selon les médias américains - on se demande quelle indépendance ont réellement ces candidats. Car le manque à gagner de ne pas avoir une étiquette peut coûter une élection. Sans argent, pas de campagne. Donc pas de communication ni d'identité aux yeux des électeurs. Et même si certains ont réussi l'exploit d'obtenir un siège, on se pose la question de leur indépendance tant ils sont poussés à choisir un bord pour décompter les sièges. 

Au final, on pourrait se dire qu'ils jouent un rôle de diversité dans le choix démocratique des Américains. Que, potentiellement, ils affaiblissent certains candidats dans quelques États. Selon un article du Washington Post, les électeurs indépendants ne sont que, au bout du compte, des démocrates ou des conservateurs masqués qui ne se satisfont pas du choix du candidat de leur parti. En d'autres termes, les Américains, qui ont d'habitude le choix entre du gâteau au chocolat et le clafoutis, ont tout simplement eu la chance de pouvoir se laisser tenter par une part de forêt noire. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat