Nastasia Peteuil
Journaliste indépendante aux États-Unis
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 mars 2016

Bernard Cazeneuve vient faire un coucou à Washington

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve était à Washington DC vendredi matin. Devant les étudiants de la George Washington University et ensuite, devant les journalistes, le ministre a parlé d'antiterrorisme. Quoi de neuf? Rien.

Nastasia Peteuil
Journaliste indépendante aux États-Unis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bernard Cazeneuve, invité par l'université George Washington University pour parler de l'anti-terrorisme en France. © Nastasia Peteuil

Selon l'ambassade de France, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a été invité par l'université privée George Washington University - la faculté qui a les frais de scolarité les plus chers du pays- pour parler antiterroriste. Comme l'a fait remarquer le ministre pendant les échanges avec le public universitaire, il n'est clairement pas là pour faire des déclarations bouleversantes. Sa petite phrase "Réinvitez-moi quand je ne serai plus ministre" est suivie par des rires de la salle. 

Pendant une demi-heure, M. Cazeneuve a lu une analyse de la politique de la France. En anglais s'il vous plaît. Mis à part les "th" qui lui mène la vie dure, je dois dire le ministre s'en sort très bien au niveau de l'accent. Pas trop mal pour un homme politique français. Bon, et alors, le but de l'opération? Éh bien, caresser les Américains dans le sens du poil. Comment? En reparlant des héros américains qui ont sauvé des innocents du Thalys par exemple. Il y mentionne la Légion d'honneur, en accentuant bien les mots, car c'est un grand privilège en France, de recevoir la Légion d'HONNEUR. Vous savez, comme celle que l'on donne à un certain prince qui, en réalité, l'a demandée (merci Causette).

Il répond aux questions en français, et même en anglais ! © Nastasia Peteuil

Bref, il n'était pas là pour parler de cela. Il était là pour être sympathique avec les Américains, avec qui les services de renseignements ont "d'excellentes relations". Au bout de la troisième fois, on avait déjà bien compris. On passe un long moment sur le sujet crucial de l'internet et des téléphones portables. Le ministre y tient beaucoup. C'est sûr que pour cela, l'État d'urgence avait bon dos. On pouvait "protéger les libertés de la démocratie dans le respect des libertés individuelles", comme il l'a clairement expliqué. "Et vous suivez combien de personnes en France avec les services de renseignements" questionne un journaliste américain. Rires de la foule. Rire jaune du ministre? "Environ 2000 personnes", répond-il. 

Et puis, il y a des questions auxquelles on ne préfère pas répondre. Comme la révélation du Canard Enchaîné sur les informations d'une possible attaque terroriste sur le Bataclan qu'un juge d'instruction avait obtenues. Il paraît que la question n'était pas assez précise. Dites-le, la prochaine on vous ramènera une photocopie de l'article. Si ça ne tient qu'à cela!

Bref, la seule question intéressante a été censurée de sa réponse. On attendra que le ministre ne soit plus ministre pour avoir une meilleure répartie pour se défiler. Néanmoins, là où il ne se dérobe pas, c'est pour répondre à la question concernant les difficultés du gouvernement américain à obtenir l'aide d'Apple pour débloquer les Iphones des deux terroristes de San Bernardino. Il est d'accord, très très d'accord. Et il soutient, beaucoup beaucoup. Ça lui plaît au ministre pro-État d'urgence. 

Sous les applaudisements des 200 personnes venues l'écouter, le ministre se retire pour aller tout droit à la résidence de l'Ambassadeur de France. Petits macarons et tasses de café, la vingtaine de journalistes est reçue dans une petite salle de l'ambassade. Assez intimiste  pour réussir à entendre la petite voix du ministre, et pas trop quand même pour montrer qui est le patron. Pendant une demi-heure, c'est au tour des journalistes français d'être présents pour parler de l'anti-terrorisme. Et rien d'autre. Même pas Donald Trump, si cher au coeur des journalistes.

Bref, Bernard Cazeneuve est venu faire un coucou à Washington.  

On est bien, entouré des journalistes de Washington. © Nastasia Peteuil

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal
Gare d’Austerlitz : le futur complexe immobilier visé par une plainte
Des associations viennent de déposer plainte pour détournement de fonds publics au sujet de la construction du futur siège de l’Agence française de développement. Elles dénoncent son coût de 924 millions d’euros, au centre d’un gigantesque projet de bureaux et de galeries commerciales.  L’aménagement de ce quartier au cœur de Paris crée une cascade de controverses.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo