Nastasia Peteuil
Journaliste indépendante aux États-Unis
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 nov. 2014

Cadeaux à gogo pour les anciens combattants américains

Nastasia Peteuil
Journaliste indépendante aux États-Unis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


De l'autre côté de l'Atlantique, le 11 novembre n'a pas la même résonance qu'en Europe. Exit la mémoire pour les soldats de 14-18. D'une pierre deux coups, les États-Unis remercient tous ses anciens combattants ce mardi. 

Sur Facebook, les organisations inonde les flux d'images et de phrases en l'honneur des anciens combattants. © 

Veterans Day. Un jour pour remercier leurs "héros", ces hommes et ces femmes tant chéris par les Américains et leur gouvernement. Le 11 novembre, ce n'est pas seulement la fin d'une guerre qu'ils n'ont vu passer que de loin. Même si quelque 150 000 Américains y ont laissé leur peau, cette journée est finalement dédiée à tous ceux qui ont failli y rester. Et pour ce jour particulier, les entreprises se plient en quatre pour montrer leur soutient. 

Freebies et goodies pour les vets 

À Détroit, par exemple, de nombreux établissements proposent des cadeaux aux anciens combattants. Comme le recense CBS Detroit, si l'on est veteran (ou même en fonction!), on peut aller au zoo gratuitement. De son côté, Starbucks offre un grand café. Les restaurants de la chaîne Applebees proposent un repas gratuit. Et le restaurant Red Losbert vous offre quelques amuse-bouches pour commencer le déjeuner. 

Au niveau national, ce sont des centaines de chaînes et de magasins qui ont la bonté d'offrir aux anciens et aux actifs des petits cadeaux. Preuves d'un respect indéniable pour leurs combattants, défenseurs de leurs valeurs et de leur liberté. Un café gratis à Starbucks, ça ferait presque oublier les traumastimes que l'on peut vivre en pleine guerre, non?

Mais ce serait omettre qu'aux États-Unis, rien ne vaut une bonne publicité pour les entreprises. Quoi de plus positif pour l'image d'une marque que d'offrir des cadeaux à leurs compatriotes qui ont combattu sous leur drapeau? Les médias en parlent, les anciens combattants en profitent, les citoyens américains sont fiers de faire partie d'un pays qui remercie si bien ses soldats.

L'image de l'armée, un pour tous et tous pour un

Veterans Day, ce n'est qu'un élément de plus dans la liste des actions pour encenser l'armée. Un jour de plus qui utilise l'image des anciens combattants pour conforter les Américains dans la nécessité de posséder une force militaire.

Ces "héros" de la guerre sont partout. Aux matchs de baseball des tigers de Détroit, les spectateurs se lèvent pour applaudir les revenants. Dans les supermarchés aux environs de la mégalopole, on peut admirer les photographies des local heroes sur le mur de l'accueil. Des dizaines de visages, d'hommes et des femmes, souriants aux clients dans leur bel uniforme.

Et puis il y a l'autoroute 75. Celui qui mène au centre-ville de Détroit. Ou plutôt à sa sortie, où un jeune homme, ancien soldat, demande quelques pièces. Un sans-abri. Comme tant d'autres, il s'est fait remercier. Mais les remerciements, ça ne fait pas oublier les cauchemars connus pendant des bombardements. Ça ne récupère pas une santé mentale. Ça ne réinsert pas facilement dans une société où l'on pense que les cadeaux peuvent offrir une douceur dans la dureté de l'après-guerre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef