Nastasia Peteuil
Journaliste indépendante aux États-Unis
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2015

Mon héros américain ne s'en remettra jamais

Aujourd'hui, un ancien français naturalisé américain va recevoir l'une des plus nobles récompenses de la part de Barack Obama lui-même pour ses « actes héroïques » en tant que militaire américain. Hier, il a donné une conférence de presse avec trois autres membres de son équipe partie en Afghanistan.

Nastasia Peteuil
Journaliste indépendante aux États-Unis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aujourd'hui, un ancien français naturalisé américain va recevoir l'une des plus nobles récompenses de la part de Barack Obama lui-même pour ses « actes héroïques » en tant que militaire américain. Hier, il a donné une conférence de presse avec trois autres membres de son équipe partie en Afghanistan.

Ils sont quatre à avoir été donnés en pâture aux médias américains et français. Au centre, Florent Groberg est là, il se marre avec ses potes. Avec eux, il a vécu la guerre en Afghanistan. Demain, il va recevoir une belle médaille "Medal of Honor" de la part de son président. Une médaille que seule neuf autres personnes ont reçue dans l'Histoire du pays. Vendredi, on inscrira son nom sur le Hall of heroes

Ce jeune homme de 32 ans, né de mère française d'origine algérienne et de père américain va recevoir la récompense suprême pour avoir sauvé des vies. "J'ai fait mon boulot", répète-t-il sans cesse. Derrière lui, l'attaché de presse de l'armée de terre veille à ce que disent ses hommes. Florent et ses amis racontent, encore une fois, le 8 août 2012. Un homme est prêt à se faire exploser et Florent n'hésite pas à lui sauter dessus. Une explosion, une jambe abîmée, et un homme traumatisé à vie. Le capitaine a réussi à protéger ses supérieurs alors en réunion avec des dignitaires afghans. Mais quatre autres soldats meurent. Ses amis. "Sa famille", comme il le répète. 

C'est ça, se faire jeter en pâture. © Nastasia Peteuil

Un héros incompris

Florent Groberg ne voudrait parler que de ses camarades morts au combat. "Je donnerais tout ce que j'ai, toute la reconnaissance, tout ça, pour les avoir ici", lance le militaire. "Ils ont fait l'ultime sacrifice", ajoute-t-il. L'ultime sacrifice du soldat, la mort. Une mort qui n'est pas récompensée. Pour lui, c'est une injustice. "Ce sont les vrais héros", insiste-t-il. 

On sent la souffrance de ces hommes. Ils sont revenus et pas eux. Ils sont revenus et lui, le capitaine qui s'est jeté sur "l'ennemi", va recevoir la plus noble récompense dont il ne veut pas. La médaille lui rappellera, tous les jours, que lui est ici, et que les quatre autres soldats ne sont plus là. 

undefined

On a tous besoin d'un héros

La récompense n'est pas pour lui. Ce n'est même pas une récompense. C'est une cérémonie qui fait partie du système de marketing qui donne une raison à la guerre. L'Amérique a besoin de héros et Florent Groberg en fait maintenant partie. Si l'armée américaine est l'une des plus puissantes du monde, c'est bien parce qu'on lui donne toute la reconnaissance possible et imaginable, tout ce dont elle a besoin pour vivre et fait rêver les plus jeunes. 

Les héros américains sont partout. Dans les stades de baseball, quand ils reviennent de guerre. Lors des jours comme Veterans Day, le 11 novembre. On les décore. On les encense. Ils représentent la puissance américaine à l'étranger, les soldats de la démocratie et de la liberté. 

Et puis on voit Florent Groberg, 32 ans, qui a perdu des amis à la guerre. Et ne cesse de le répéter. Comme de nombreux autres soldats. On pense à ceux qui reviennent avec un traumatisme que l'on appelle PTSD. Le Post-Traumatic-Stress-Disorder. On les voit SDF dans la rue. Ou surreprésentés dans les prisons. Tout cela, ça vaut bien une médaille. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées