Nastasia Peteuil
Journaliste indépendante aux États-Unis
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 nov. 2014

Le capitalisme à visage humain

Dans le nouveau bulletin de la Banque de France du 3e trimestre 2014, Céline Mistretta-Belna se penche sur le cas de la dette étudiante américaine. Elle analyse la relative gravité de cette situation. Mais où sont les étudiants dans ce tableau?

Nastasia Peteuil
Journaliste indépendante aux États-Unis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans le nouveau bulletin de la Banque de France du 3e trimestre 2014, Céline Mistretta-Belna se penche sur le cas de la dette étudiante américaine. Elle analyse la relative gravité de cette situation. Mais où sont les étudiants dans ce tableau?

Comme de nombreuses analyses, ce bulletin parle de chiffres. Et de chiffres. Et encore de chiffres. On parle de quarante millions d'étudiants qui contractent une dette d'une moyenne de 29 000 dollars en 2014. On parle également d'une augmentation des prêts fédéraux face aux prêts privés beaucoup moins avantageux (une moyenne de 4,5% de taux d'intérêt pour les prêts fédéraux contre 8,5% dans le privé). On parle enfin des frais de scolarité qui n'ont cessé de gonfler: 1225% d'augmentation depuis 1978.

Ce bulletin est très juste. Il démontre que la dette n'est pas une bulle financière à l'instar de la bulle immobilière de 2007. Elle est protégée par les finances publiques américaines, même si celles-ci peuvent être fragilisées par la continuelle augmentation des prêts étudiants. Il souligne également les conséquences sur la consommation future des étudiants qui sera freinée par leurs remboursements.

La dette est souvent expliquée à travers ses chiffres. Les analystes ne regardent ce problème qu'avec leurs yeux d'économistes. Pourtant, ces quarante millions d'étudiants ne sont pas seulement des numéros. Ce sont des hommes et des femmes qui font face à des choix peu évidents, à un âge où l'on ne cerne pas encore ce que pèsera réellement un prêt de 29 000 dollars sur une vie. 

Sur le campus de l'Université du Massachussetts-Amherst. © Nastasia Peteuil

La dette étudiante à visage humain

En 2013, lorsque je suis arrivée aux États-Unis pour conclure mon master de journalisme, j'ai choqué de nombreux étudiants lorsque je leur confiais le prix dérisoire de mon inscription à l'université. Les quatre cents euros payés par an leur paraissaient bien incroyables. Inimaginables même. La plupart payait environ 13 000 dollars par année d'étude (27 000 dollars si l'étudiant n'était pas issu de l'État).

Je me suis donc intéressée à cette dette étudiante dont tout le monde parlait - les étudiants, les médias, les politiques - en laissant complètement de côté les chiffres.

Le projet My life in debt  montre le visage de la dette étudiante. Quatre étudiants américains inscrits à l'Université du Massachusetts-Amherst témoignent de leur quotidien. En moyenne, chacun d'entre eux a contracté une dette qui varie de 30 000 à 100 000 dollars (25 000 à 80 000 euros) pendant leur scolarité. 

Dans un diaporama sonore de 10 minutes, Preston, Kelly, Mike et Kathleen racontent leur vie d'étudiant endetté.

© Nastasia Peteuil

Entre inconscience, peur et combat

Lors des entretiens, on comprend vite que les étudiants n'avaient pas vraiment conscience de l'importance des montants de leurs prêts. En discutant avec eux, ils expliquent que c'est un processus de "mouton" car tout le monde emprunte de l'argent sans se poser de questions. C'est ainsi qu'ils se retrouvent à 18 ans avec des milliers de dollars de dettes sans comprendre ce que cela représente: des années de remboursements avec des montants représentant jusqu'à 30% de leurs revenus, comme le confie Kelly. 

On ressent également le désarroi de Preston qui préfère "ne pas penser à tout cela" en se concentrant sur ses quatre emplois étudiants qui assurent le paiement de ses études. La frustration de Mike est palpable, lorsqu'il explique devoir faire une croix sur un potentiel master en économie.  
Kathleen, de son côté, essaie de changer les choses. Elle travaille pour une association qui aide les étudiants à gérer leurs dettes tout en travaillant en parallèle sur la baisse des frais de scolarité. 

Kelly McGowan explique les pressions qu'ont exercé les remboursements de sa dette sur ses choix de vie. © Nastasia Peteuil

Vous pouvez retrouver le projet en son entier sur MY LIFE IN DEBT- Putting a human face on student debt.

(Article modifié le 25/11/14 à 13:04 sur l'augementation des prêts fédéraux par rapport aux prêts privés. Merci SYCOPHANTE pour la relecture).

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent
Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne