Nastasia Peteuil
Journaliste indépendante aux États-Unis
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2015

Etats-Unis : les villes-sanctuaires, une foi sans loi

Nastasia Peteuil
Journaliste indépendante aux États-Unis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les villes-sanctuaires aux Etats-Unis représentent une des plus grandes hérésies du 21e siècle pour les Républicains (dois-je spécifier Américains ? Mais que diable pensaient-ils en France quand ils ont lâchement copié ce terme...). Alors la semaine dernière, ils ont essayé de faire passer une loi pour arrêter ce mouvement qui tend à laisser les immigrés sans-papiers s'installer dans une ville sans trop les enquiquiner. Du coup, ça enquiquine certains élus politiques de droite.  

Les villes-sanctuaires, ce sont ces havres de paix où les villes ne collaborent pas à 100% avec l'Etat fédéral pour coincer chaque sans-papier afin de les renvoyer d'où ils viennent. Ce n'est pas un terme juridique. Il n'a aucune définition. Les premières villes se sont auto-nommées ainsi dès le début des années 80. C'est Los Angeles qui lance la tendance en 1979 :

"Officers shall not initiate police action with the objective of discovering the alien status of a person. Officers shall not arrest nor book persons for violation of title 8, section 1325 of the United States Immigration code (Illegal Entry)" Traduction, les officiers de police de la ville n'ont pas le droit de mener leurs enquêtes sur la situation administrative d'une personne.

D'autres villes majeures ont suivi le mouvement : Washington D.C., New York City, Philadelphia, San Francisco, Salt Lake City, Houston, Detroit, Chicago, Miami, Denver, Baltimore, Portland, Oregon et j'en passe. 

Le status-co de ces villes est entré dans le débat politique lors de la campagne de 2008 où un gouverneur républicain du Colorado a dénoncé ce système de protection. Le débat a été relancé cet été, en juillet, quand un immigrant illégal aurait tué Kathryn Steinle avec une balle dans le dos sur un quai portuaire à San Francisco. Les parents de la jeune femme de 32 ans annoncent alors vouloir attaquer en justice la ville pour être une "ville-sanctuaire" début septembre.

Les Républicains votent alors pour une proposition de loi en juillet, avec l'appui de la famille. La loi consisterait à punir les juridictions qui ne collectent pas d'information sur les immigrés en leur enlevant des bourses fédérales par exemple. Le Congrès fait passer la loi, ce qui ne suffit pas à la faire entrer en vigueur. Surtout qu'au Sénat, les Démocrates rejettent la loi, également menacer de véto de la part de la Maison-Blanche. La proposition est donc, à ce jour, au point mort.

Qu'est ce que cela veut dire?

Premièrement, qu'il existe une longue histoire entre certaines villes des Etats-Unis et les immigrants. Certaines sont traditionnellement les sanctuaires des immigrés sud-américains lors des guerres civiles dans les années 80 et 90. 

Deuxièmement, il ne faut pas être naïf. Les villes n'ont pas assez d'argent pour financer la chasse aux immigrés sans-papiers quand elles doivent plutôt se concentrer sur la diminution du nombre de crimes et des statistiques en vue de prochaines élections.

Troisièmement, les Républicains ont bien joué leur coup : identifier les immigrés comme des malfrats sans vergogne. Dans un excellent éditorial du New York Times, les journalistes alarment sur les problèmes qu'entraîne cette loi :

"Ces lois sont une fausse solution à un problème de longue durée . Elles sont basées sur le mensonge, empoisonnant aujourd'hui la campagne présidentielle républicaine, que tous les immigrants illégaux sont des criminels dangereux qui doivent être maîtrisés en déployant des moyens extraordinaires."

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS