Bitextuel

J’étais : 1. Foi dans mon pays. Ou deux. Pas beaucoup plus. Le reste du temps je n’ai pas de pays. Pour L’ : Amour. Ou le vol...

2 : Nuit. Où 2, L’ : Essentiel.

Même si, sur le principe ou papier, j’en ai deux potentiels. Car absence équivaut souvent dualité. Dans l’un des deux, celui où j’ai grandi, j’étais une fois chez moi. En 1998. A cause d’un ballon. Rond. Alors j’étais chez moi. Car nous étions comme : Un. En Eden retrouvé. A éructer ensemble, d’une joie toute puérile. A s’illusionner de nos prétendues appartenances. Joueurs de bacs à sable, défiant : La Venue. Avec pelles et râteaux. Nous tous, bâtisseurs de pyramides ou de châteaux de sable, étions dans les rues, et nous aimions comme frères. Telles sœurs. Du moins nous le croyions alors. Certains, y crurent encore, pendant trois ans après ça. Puis, toute croyance, mirage plus que miracle, globalement disparut. Nous chûmes. « Tous ensemble, tous ensemble ! »… Ouais. Certains, plus nuisibles que d’autres, plus mal lunés, ayant, comme il se doit, eu l’intemporelle idée de réduire nos précaires constructions en poussière. Sous l’emprise de cette jalousie fraternelle instituant le : meurtre originel. Tous : Caïn. Tous : Abel.

Avec talons de bottes, ou quelque objet volant qui fît un projectile...

Nous en revînmes aux chiismes. Divers. Aux toges, aux doges et au : Duce. Aux chemises blanches, aux cols grands ou verts. Ou bien brunes, et strictement fermées. Chez nous : habituels. Uniformes.

Droite, gauche, droite… En une alternance militaire, aux sinus ré-curés.

Routines antagonistes, redoutables fractures, et pâles oppositions. Nous divergeâmes en cœurs. Nous reprîmes nos postures. Réincarcérâmes nos rêves d’égalité, bien vite, derrière les barreaux de nos crédulités maladives.

 

J’étais une autre fois, quelques années plus tard, dans mon autre pays. Je suis une : Multinationale... Due : Pauvre. En : Faillite ou redressement.... Et là je vins visiter un sanctuaire. Naturel. En la matière d’un parc « protégé ». Constitué en principe, seulement de sable et d’eau. De Mer, et de désert. Mais voilà que j’y trouvai : Un. Autre : Intrus. Polymorphe et pervers. Un tiers désobligeant, regrettable parasite, une coupable étrangeté. Là encore, un presque parfait inverse de la définition de ce territoire. Prétendu : Sacré.

En un point : notre Ami, est ailleurs : un Bourreau.

( A, B... Comme Abba ou marelle disent : A.A.B.A. Enfer de la stagnation, ou Paradis de l'avancée... 0, 1 : Algorithme...). A : jeter un caillou. B : compter les ricochets... Passons.

Sur ces plages, au large desquelles naviguent nos impérieux, ou « néo-coloniaux » besoins de toujours plus ; cargos dégazant leurs charges ordurières et chalutiers dégorgeant de nos ressources propres ou halieutiques ; étaient les traces indéniables autant qu’indélébiles de nos abus guerriers. Les preuves de nos détestations de : Tout. Ce qui ne serait pas nous… Bidons. Bassines, bouteilles. Bric-à-brac et breloques. S’entassaient par milliers de tonnes en des espaces légalement dédiés à la survie des poissons, des oiseaux... Migrateurs démunis. Face à l’hostilité évidente de l’Humain à sa Mer. Comme par là-même punis d’exister où « Il : ne faut pas ». Mais où : On n’a pas... Ils n'ont pas le choix ! Condamnés à consommer d’une façon ou d’une autre ces cadavres plastiques. « Sidi les deux-décharges », bien loin de Colombey. Qui, malgré toutes nos peurs, n’a toujours pas de muezzin. Mais des cloches. Bien sonnantes, à l’instar des espèces que son dogme génère. Là, en cette plage initialement vierge et propre comme, en théorie, un enfant de Pennsylvanie avant sa communion, Pâques nous avait laissé la Marque. Celle d’un démon d’Empire. D’une déraison d’égoïsme. D’un renoncement au respect qui prévalait bien avant l’ère industrielle. Bien avant l’Esclavage. Non plus d’œufs. Ou si peu.

Là, la Question se posait. Toute pétrie d’évidence. Révélant ses insultes, qui dessinent les colonnes, et fondent les haines en lignes.

Je me suis demandé, sur cette plage désolante d’une vision d’apocalypse certains, ce qui pouvait bien passer par la tête de mes contemporains, dans chacun des pays qui m’habitent, et que j’habite. Eux, interpénétrés. Eux, imbriqués comme un Ying et un Yang. Qu’avaient-ils donc à se déverser, à se répandre les uns chez les autres, en excréments, pollutions et déchets, en vue de leurs clairs détriments respectifs ? Synonymes, à Terme : d’Autodestruction.

La réponse me vint d’une comparaison interrogative : quel rapport y’a-t-il entre le « suicide » bien étrange de Robert Boulin, et les meurtres plus ostensibles de Malcom X, Robert ou J.F. Kennedy, ou encore Luther King ? Quel rapport entre le Yémen et le Japon ? Entre le Vietnam et la Syrie, la Turquie ou l'Iran ? Entre Sarkozy et Pasqua ? Entre Macron et Attali ou Dany le « Rouge » ?... Entre Mitterrand et la zététique ? Si ce n’est là : Question. Au sens moyenâgeux. C’est donc : sa sœur. Du moins, C’ : était la mienne.

La réponse semble en être, pour le coup, tout à fait universelle, réellement partagée, quelles que soient nos cultures : parler franchement nous tuera. Se taire ne sera pas pour autant une garantie de survie. Tolérance nous dépasse. Indifférence nous noie. La seule parole vraiment libre a vocation au : Goulag. Partout. Démocratie : ou pas... Travestissement : la Norme.

Plastique du « Black-Blanc-Beur » : paradigme carnassier. Chimère ambivalente. Dont se foutent les dauphins, autant que les tortues. Pétroles et adjuvants, chimiques en des précieux, nanos, déciment nos âmes sourdes. Et scarifient nos corps. Soient-il électoraux, nationaux, ou de balais. Etrangers, nous le sommes, tous, par couardise, à nos problèmes internes. Et internationaux. Souk : on ferme ! Haut : les voiles, et les mains. Vomissons, si malades, nos névroses en des sacs-carrefours, et ensuite, vidangés, faisons le plein-total. Et, s'ils sont recyclables, seulement alors, jetons-les à la mer pour nourrir les requins. D'un pays ou d'un autre, requin, sardine ou petit homme vert, tout le monde s'en balance, de toute façon. Rien ne changera demain. Nul ne sera responsable. Si ce n'est : nous... c'est : donc !

Soi : masse négligeable...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.