I Own U

A chercher à comprendre le système de la dette publique, on tombe rapidement dans les affres sans fond du réalisme, voir du cynisme, évidents et obscurantistes. Autant l’un que l’autre.

Brin de nos Temps…

La dette est structurelle, bien plus que conjoncturelle. Endogame, bien sûr. Elle est attenante à la volonté des Rois ; de leurs Princes et princesses, et de leurs suites et valets ; non de leurs Peuples ; de pérenniser leur élection. Pseudo : Divine. Où dite : Démocratique. Voir : Empirique… Leur postérité panthéonique. Leur trans-descendance, crânement atavique et auto-similaire. Pétri-e, ou Patrie, 2 : Supériorité.

Auto-X, dite : transhumanoïde, donc anthropophage, par excellence. Elle se nourrit de bureaucratie. Technocratie : charognarde. De la bêtise et de la sueur des « pauvres », dits : êtres inférieurs, ou primitifs ; droits sortis des ghettos de Londres décrits par Dickens. Comme en un certain Château, kafkaïen, dénommé : W… Cette foi-ci est : non-K.

La dette est l’archétype d’une vérification juste par une explicitation saugrenue. Soit d’Une : justification de l’Injustice, par L’ : Excellence. La dette est incommensurable, car elle déborde l’imagination. Se dérobe à elle-même, et à toute perception. Elle est un organisme autonome, et parasitaire. Organigramme, arc-boutant, L’ : usure. Un cancer omnivore et absurde. Une diminution incarnée, une infraction ou réfraction métaphysique… 2 : la resplendissance de l’intelligence bivalente. Voir : bipolaire. Un échec patent.

2, L’ : Absolu, comme de là : Vérité.

La dette nous submerge, nous inonde, telle une mousson terrible. Un tsunami dévastateur. Un discours BHLien, vendu à la City. Rendant Corbin : Hitler. Travailliste, ou Insoumis : équivalent « national-socialiste »... La dette a une origine, un ADN, une non-race, rendue universelle, commune à tous les êtres, + ou – : humains, faite de drones et d’ogives nucléaires. Elle dicte une oblitération qui troue des corps innocents, comme autant de titres. 2 : noblesse. 2 : transport contraint, dit Exode, ou exils. Où 2 : Bourses... Du Yémen en Turquie. Et de Corée nordique jusqu’au Kansas, elle se pare de sa « Gun-belt »… Kinshasa, Port-au-Prince, Marseille, et autant Bogota que Caracas, savent le poids de la Dette. Les armes automatiques nous y en parlent régulièrement. La Grèce s’en gargarise. Espagne et Portugal, Irlande, s’en délectent. La Pologne, elle aussi, par son poids historique, ploie sous les mouvements de chars « Atlantidéens ». Et s’étoffe, ou s’étouffe de missiles destinés aux boucliers anti-missiles. Et d'intégrismes nationalistes, religieux... Où identitaires : bienvenus. En Dette est : Pénitence. Car Marshall n’est pas que le patronyme d’Eminem, a.k.a Slim Shaddy. Enfant : abusé, soumis, rebelle, puis : reconstruit. Europe enlevée, puis : délivrée. Ni le nom d’une marque d’ampli-guitare. Mais bien avant cela le nom d’un plan funeste. Qui détermine encore à ce jour les solidarités sombres. Solidarnosc, pas plus que Dark Nost, n’étant bien entendu-us-ues, le nom d’un syndicat quelconque. Car syndicat dit mafia, comme dette : malédiction.

Etat : Privatisation. Sang : Plus…

La dette, comme un clou goebelsien ; donc auto-justifié par la torture, le racisme et la propagande ; insinue en des cerveaux délétères ; atomisés, irradiés ou électro-magnétisés ; la conception de la repentance certaine et méritée. Tous : Fautif. Collectivement. La dette convient, ou convainc, que nous portions à nous tous la Faute. Originelle (comme en Eden alors !?...). La Dette est donc : Religion !

2 : quelques-uns. Eux, hors d’atteintes et de problèmes quelconques. La dette est procession de Pâques de chaque seconde, elle ne fait que saigner, et faire saigner. Courber les dos et les échines, soient-ils ou elles de porc, de caille, de poulet ou d’âne, grevés sous les pierres et les quolibets de Golgotha-s-ImaginR’, sans sommet. Aux publics lapidaires, éructant d’une haine ancestrale. L : A... Dette réunit les gros, déjà gavés, « braves » en des bastions de pleutres. Cultive les sauvages, les virus, et les hostilités, en des ligues et des souches se voulant : « Résistantes ». Ephémères, vérolées, infiltrées et trustées. Souvent, finalement révélées : Terroristes… Qui : fasciste, qui : intégriste… Qui : crédule ?

A : Manipuler. Comme Facebook : Pouce.

Les banquiers et les boursicoteurs, eux, en des îles paradisiaques. Luxueuses villas privées. Forteresses inaccessibles aux quidams. Sanctuaires préservés, sécurisés par le post-étatisme. Pour des éléphants et baleines, virtuels, ultra-privilégiés. Exo-futuriste. La dette asphyxie : Un, Tout. Alchimique. Invasive de chaque corps, elle prône : Toute, Division…

Vers 2, L’ : Avenir ?...

La dette croque ou ronge toute pomme. Elle est discorde autant que savoir. Désolation autant que seule promesse de développement. 2 : toute autonomie. Elle s’insémine, elle-même, désormais. Image détournée, épreuve contournée, et récupération d’un féminisme inverti. De 2, chose : L’. Une : Féminité pervertie. Elle persécute. Elle atrophie. Parfaitement : Autocrate. Elle distingue et décide. Elle pénalise et note toute disconvenue. A qui : 2 droits… Elle comprend les âmes, les armes, les eaux, les menaces… Lourdes, Vierges, sans qu’elles-mêmes n’imaginent sa considérable pesanteur. Elle est volatile, inodore, pernicieusement hostile, sous des atours frivoles. Elle calcule ; n’est que mathématique et Loi.

« M’ : entra… ». Implacable, « 2 : la Nature ! ». Bêtement : astrophysique. Elle magnétise et accapare. Elle disjoint et thermonucléarise : Même. A chaque crise, fait : Big-Bang. Elle est trou noir inéluctable. Super Nova, déjà morte, rayonnante d’anachronisme. Antimatière, faisant disparaître : argent, liquide, et le droit à vivre libre, de tout pauvre hère, mal né, mal éduqué, ou mal averti. Imposant Toute : Puce. Urticante. La dette cristallise les inconscients pathogènes et pathologiques des : « Un-et des autres ».

Sous-couvert, 2 : Méritocratie. Nous : gratte.

Si elle est, A : la Vie… B : ...te… La dette est éternelle. Et n’a de fin qu’en sa matière propre. Son existence est déraison. Diable : S. Son essence, elle, est de raison. De fractale primitive. Compte : rendu. Intérieure. Dédiée, indue ou due à : Un, et fortuitement remboursée… A : la Cellule Première. Aussi, chaque seconde, de Londres à New Dehli, et d’Oslo jusqu’au Cap, nos intérêts s’envolent. Tout : comme nos illusions, nos espoirs. Et les mises en demeures ; et Autres : assignation, à comparaître ou domicile ; nous pleuvent sur le coin de la gueule. La dette est composée de : strontium, baryum, cadmium, aluminium… Coltane, ou Coltrane, et autres adjuvants dont les « plantez-nous » s’enivrent. En des champs de pavots afghans. Et les pantagruéliques dictateurs se repaissent. En des tristes tropiques africains. Fait : faire fortune aux pharmaciens, monoculteurs, et autres serpentins larvés. Nous : en bavons.

La dette sera ! En partie : reprise pour la SNCF, certes... Mais toujours : étendue en tout point. Effacée pour les banques. Etalée sur plus de dix générations pour les peuples. Rendue maîtresse de nos destinées. Publique, jusqu’au dernier centime, lorsque les profits ne sauront être que privés. L’ : onction de Damoclès. L’ : harmonieuse guillotine qui distinguera encore une fois le bon grain de l’ivraie. La Dette, par son prétendu patrimoine, soit-il culturel, matériel, ou politique ; religieuse ou laïque ; est un vampire certain, méritant pieu au cœur. Non-ail, ou crucifix. Symbolique ment souvent : « Peut-être que... ».

Avant que les premiers à en bénéficier ne deviennent les derniers d’entre nous, le chemin sera long. Encore, il nous faudra lutter, sur le principe, ensemble, d’une inversion des normes qui soit autre que celle du MEDEF. Ou de la Réforme, telle qu’édictée par Luther. Forcément : le « shadow-gouvernement » actuel, ou le NWO qui tente de se mettre en place.

Où L’ : est déjà… L’ : angélisme matriarcal. Se repose en 1, dit : nouvel ordre économique mondial. Ceci dit sans aucun complotisme, et en toute amitié : qui paie ses dettes, paiera ses dettes ; car qui a bu, boira. Seul, le sang. Signe : les pactes faustiens. Et y : détermine les taux des intérêts.

En : vigueur. Attendons L’ : Heure. 2 : rembourser. Là : Dette. Eternelle.

Alors, nous verrons... La : Lumière. Comme au bout d’un tunnel.

D’où tous ceux qui reviennent nous parlent d’outre-tombe. D’1 : Enfer. Où 2 : Paix…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.