NATHALIE MICHAS
electronique installé dans mes murs pris a l'endoscope,(exemple)
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 nov. 2016

nouvelle à médiapart

bonjour, nouvelle sur ce sîte, je me présente, nathalie, j'habite du côté de bordeaux et je viens ici non pas parler du vignoble bordelais, malheureusement, mais du harcélement dont je suis victime. mettez bien la ceinture, accrochez vous a vos volants, c'est du costaud.

NATHALIE MICHAS
electronique installé dans mes murs pris a l'endoscope,(exemple)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

bonjour, nouvelle sur ce sîte, je me présente, nathalie, j'habite du côté de bordeaux et je viens ici non pas parler du vignoble bordelais, malheureusement, mais du harcèlement insupportable que je subis  depuis nombre d'années.

peut être en viendrais je a d'autres sujets plus tard, ça sera avec plaisir si j'en ai le loisir.

et en effet, un terrible harcélement me tombe dessus depuis xannées, je suis en phase faire taire, je dois donc être prudente.

Il a commencé alors que je l'avoue tout était pour moi un long fleuve tranquile, avec ses bonnes journées et celles qu'on oublie.

un jour, par un terrible temps orageux, la tempête se déclare violente.

mon ancienne voisine a décidé que je ne devais pas l'oublier, elle, un trait commun aux pervers. d'un pas décidé, avec une oeuvre et un profil psychologique diffusés a touts les étages de mon existence, elle a commencé un sale boulot dont tous se sont délectés. que se passe t il ? se dit on tout a coup ; tous changent et tout devient violent, humiliant, dégradant.

je l'a voyais satisfaite de ce lancement de ce mouvement d'horreurs, elle en avait besoin pour ces orgasmes m'a t elle fait savoir. j'espère qu'elle a bien jouit, parce que la suite est une chaîne de souffrances, de maltraitances, d'états maladifs, ect....

elle connait du monde a t elle crier sur les toîts un jour, et par là m'a fait savoir qu'elle est dangereuse pour moi, me l'a clairement envoyé dans la figure par la suite. elle avait pris soin de m'isoler et d'aller jouer la comédie chez les voisins que je visitais régulièrement, soucieuse de me savoir en souffrance et se renseignant sur mon état régulièrement après que j'eus déménagé. 

une alcoolisation de trop dans ce climat de turpitudes et un passage par l'humiliation des procédures en cas d'ébriété au volant ont donné un élan fort de son dynamisme a cet harcélement qui avait déjà fait de moi une ombre de moi même.

elle connaissait du monde, oui je l'ai vite constaté. 

après avoir encore multiplié les humiliations, au travail, dans les magasins ou je faisais mes courses, auprès de ses amis que je retrouvais au téléphone a des kms de mon domicile lorsque je travaillais en animation musique dans les centres commerciaux, la décompensation est arrivée, elle guêttait depuis plusieurs mois la place. me voyant plonger dans une telle souffrance, elle et touts les nombreux participants n'ont pu s'empêcher de faire monter le plaisir, de vouloir toujours plus. je n'ai pas les dates exactes de mes états, je peux par contre affirmer clairement leurs évolutions.

elle n'en pouvait et visiblement connaissait des participants a cette enquête ouverte, je reste étonnée de constater que les choses durent encore, a touts les instants je pensais que ça allait s'arrêtait, que ça l'était  peut être aussi. il n'en ait rien, et j'ai connu là une véritable rafale de violences psychologiques, j'étais entrée en bouffée délirante.

j'en ai entendu des masos et schizos avec autres phrases assassines sur lesquelles je reviendrais plus tard. c'était partout, sur tout et tout le temps, une forte aggravation et une aide précieuse ont été apportées a cet harcélement qui  a su évolué et  du côté de bordeaux pas une personne ne connait pas pauvre femme. j'ai eu le droit effectivement a un vrai callaissage psychologique  les moyens étant là, les comptes bancaires  surtout en cas d'écatombe sont devenus disponibles sur la place publique, mon passé bancaire, l'histoire familiale ouverte a tous, personnelle et intime contées a qui veut savoir.ect....tout c'est tout.

aujourd'hui, je me retrouve avec des dispositifs installés a domcile, dans mon véhicule, sur mes vêtements, ect...entièrement enfermée par  l'électronique, dépouillée de toute dignité et de tout droit fondamental, psychiquement handicapée, on attend qu'une chose, c'est une nouvelle écatombe, autant dire que mes comptes bancaires sont surveillés.

elle est folle ? elle est cinglée ? elle entend des voix ? elle ne sait pas ce qu'elle dit, oui me direz vous. 

par contre pas pour ce qu'on peut penser........et cette thèse a bien été essayée après divers signalements facilités par la mise en place du sîte du ministère de l'intérieur. car non elle n'est pas complètement cinglée, mais comment ne pas devenir fou quand on se fait aggresser psychologiquement du matin au soir, et maintenant la nuit avec, avec ces décibels émanant d'un dispositif électronique, des nuits entières sans dormir pendant neuf mois, cela s'est espacé mais ce n'est pas terrible évidemment, je viens de prendre 80 décibels dans la figure encore à l'instant présent, je suis dévisagée.

je n'ai eu pour montrer la véracité de cette histoire que les persécutions qui m'étaient adressées, je ne suis pas du tout schizophrène, et je ne pouvais inventer ce que j'avancais, obligatoitement.. j'ai par contre aucune nouvelle, je sais que cet harcélement est entendu, de grave ampleur d'après toujours le même mode de communication, c'est a dire l'aggression verbale sur le passage  j'en reçois maintenant les menaces sous toutes les formes ; "on va l'enfermer" "dans quelque temps elle nous foutra la paix", "on ne l'entendra plus", ect......

alors on va dire la même chose qu'a la sortie d'une boîte de nuit, la prudence les mecs.

dans l'attente de nouvelles qui vont arriver de toute façon

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone