Affaire Golounov:Cinq policiers arrêtés...les commanditaires épargnés...!

Cinq policiers suspectés de falsification de preuves dans l'affaire Golounov ont été arrêtés..Toutefois selon Vladimir Poutine il n'y aura pas de purge dans les services.

 

 

Mercredi 29, Svetlana Petrenko, porte-parole du comité d’enquêtes a fait savoir que les cinq ex-policiers suspectés de falsification de preuves dans l’affaire Golounov avaient été arrêtés et seront  mis prochainement en examen. Cette nouvelle a été accueillie comme une avancée importante par l’ensemble de la société civile qui s’était mobilisée. Néanmoins, nombre d’observateurs la voient comme une tentative de faire porter le chapeau à des comparses afin de préserver les véritables commanditaires, méthode employée à maintes reprises : assassinat d’Anna Politovskaïa, de Boris Nemtsov….

 

Le 9 juin, Ivan Golounov, correspondant du journal en ligne « Meduza », connu pour ses enquêtes sur la corruption au sein des ministères de force et du FSB est arrêté par cinq policiers appartenant à la brigade  des stupéfiants d’un commissariat de l’ouest de Moscou. On découvre dans son sac à dos un sachet de poudre blanche. Dans la soirée la police perquisitionne à son domicile et trouve une grande quantité de cocaïne et de méthédrine (drogue de synthèse). Mis en examen Golounov clame son innocence et accuse les policiers d’avoir eux-mêmes mis les stupéfiants dans son sac et à son domicile. Le juge ne l’entend pas de cette oreille,Ivan Golounov est inculpé « de  trafic de stupéfiants à grande échelle »et incarcéré..

 Un petit tsunami !

 

La nouvelle provoque un petit tsunami non seulement parmi ses collègues, les défenseurs des droits de l’homme et même dans l’opinion publique. Des « piquets » (personnes manifestants en solitaire) se relayent jour et nuit devant l’administration présidentielle pour demander sa libération, une manifestation est programmée pour le 12. Devant ce mouvement d’une ampleur rare dans un pays la population est passive, les autorités « rétropédalent »… Le 11juin Ivan Golounov est remis en liberté, les poursuites pénales abandonnées. Quelque temps plus tard deux généraux du MVD sont limogés….

Ivan Golounov ne se contente pas de ce demi -succès, il porte plainte contre les policiers qui ont organisé cette provocation. Les mois passent…l’enquête est toujours au point mort…jusqu’au moment où au cours de sa conférence de presse annuelle Vladimir Poutine, interrogé par un journaliste sur les lenteurs de l’enquête, annonce que les présumés coupables seront bientôt traduits en justice…

 Des comparses derrière les barreaux pour calmer l’opinion publique ..

 Selon Le politologue Valeri Slolovieï, toujours très bien informé, les cinq ex-policiers arrêtés pour falsification de preuves ne sont pas les vrais coupables… « Ce ne sont pas eux qui ont pris l’initiative de mettre des stupéfiants dans le sac à dos et dans l’appartement du correspondant de Meduza…ils ont simplement accepté de participer à cette provocation contre la promesse qu’on ne les toucherait pas : promesse qui n’a pas été tenue !»

 Dans ce contexte de nouveaux rebondissements impliquant des hauts gradés des forces de l’ordre dont les commanditaires sont-ils à prévoir ?… On peut en douter : Vladimir Poutine par la voix de son  son porte-parole à fait savoir « qu’il y aurait pas de purge importante dans les services ».

Nathalie Ouvaroff

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.