Des mercenaires russes soignés dans la clinique d'un associé de la fille de Poutine

Des mercenaires russes soignés dans une clinique privée dirigée par un associé de Marie Poutine , la fille ainée du président russe.

î 

 

Selon un correspondant de l’agence Reuter à Saint-Pétersbourg  qui s’est entretenu avec Alexandre Kouznetsov  , un ancien  combattant du groupe militaire privé « Wagner », au moins  cinq supplétifs russes gravement blessés  en Libye seraient actuellement soignés gratuitement dans une clinique privée de la « capitale du nord ».L’établissement qui a ouvert ses portes en 2010 est dirigée par Vladislav Baranov, un associé de la fille aînée du président russe .Par ailleurs ,le site « Meduza » toujours très bien informé raconte que la clinique a des liens étroits avec la compagnie d’assurances « Sogaz »dont le vice-président n’est autre qu’un certain Mikhaïl Poutine ,apparenté au chef de l’état…

 

Des menaces à peine voilées.

 

Ces révélations n’ont pas été du goût du directeur de la clinique. Interrogé par le journaliste de Reuter il s’est contenté d’une réponse lapidaire ou pointait une menace à peine voilée « Je vous conseille vivement d’oublier notre clinique » A bon entendeur : salut ! …

 

Interrogé lors d’un briefing, Dimitri Peskov, porte-parole de Vladimir Poutine a rétorqué qu’il ne possédait aucune information à ce sujet ; quant au ministère de la défense il n’a pas jugé utile de répondre à la lettre du journaliste de Reuter.

 

Ces réactions s’expliquent par le flou artistique qui enveloppe la notion même de mercenariat ? Certes le mercenariat est interdit par la loi mais pas les sociétés militaires privées « les sociétés militaires privées qui respectent la loi ont le droit de travailler et de défendre leurs intérêts commerciaux aux quatre coins du globe » a déclaré l’année dernière le président Poutine lors de sa conférence de presse annuelle. Reste que le groupe Wagner financé par un oligarque du sérail Evgueni Prigozhin surnommé « le cuisinier de Poutine » ne s’embarrasse pas de ces nuances. La compagnie militaire privée qui n’a pas d’existence légale, est présente sur tous les théâtres d’opérations extérieures de la Russie et ses membres sont soignés, secrètement dans une clinique qui enfreint la loi stipulant l’obligation pour tous les établissements hospitaliers de  publier un rapport sur les blessures de guerre…

Nathalie Ouvaroff

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.