André Sakharov a-t-il été empoisonné?

En 1999 ,alors qu'il se trouvait à Paris Anatoli Sobtchak révèle dans une lettre à son épouse qu'un ami du prix Nobel de la paix lui a confié que ce dernier n'était pas mort de mort naturelle mais avait été empoisonné.

André Sakharov prix Nobel de la paix a-t-il été empoisonné ?

Dans une lettre à son épouse datée de 1999, publiée samedi dans le quotidien néo-libéral «Moskosky Komsomolets » avant d’être reprise par la radio Echo de Moscou, Anatoli Sobtchak révèle qu’il a de bonnes raisons de penser que André Sakharov n’est pas mort de mort naturelle mais qu’il « a été assassiné ».Le 14 décembre 1989, il y a tout juste trente ans, disparaissait André Sakharov physicien, dissident, défenseur des droits humains, prix Nobel de la paix. Malade, affaibli à la suite de deux grèves de la faim lors de son assignation à résidence à Gorki, il avait succombé, selon ses médecins à un accident cardiaque sévère, diagnostic que jusqu’à présent personne n’avait remis en question y compris lors des empoisonnements de Litvinienko et de Skrypal.

 Dans sa missive au titre prémonitoire « Sakharov, Starovoïtova (députée du parti « Russie démocratique », abattue d’une balle dans la tête dans la cage d’escalier de son immeuble) qui sera le suivant », l’ex maire de « la Capitale du nord » un temps mentor de Poutine, révèle qu’il tient ces informations d’un physicien, ami de l’académicien dont il ne donne pas le nom. Ce dernier l’aurait assuré que le décès du prix Nobel de la paix avait été provoqué par des substances toxiques qui ne laissent pas de traces dans sang…  

 A qui profite le crime ?

 Quant aux raison de cet assassinat présumé, Anatoli Sobtchak affirme qu’elles sont politiques:« La présence d’André Sakharov dans la vie politique de la Russie constituait une source d’agacement et avivait les haines des opposants-communistes…. Sa disparition qui affaiblissait les forces démocratiques a été une aubaine pour la vieille nomenclature ; pour preuve, lors du second congrès des députés de l’URSS, peu de temps après sa mort les communistes ont pris une sérieuse revanche sur les démocrates grands vainqueurs du premier congrès. ».

 Reste une question : pourquoi ce document a-t-il été publier maintenant ? « Pour marquer les trente ans de la mort de l’académicien » a répondu la veuve d’Anatoli Sobtchak à Echo de Moscou.

Il n’en demeure pas moins que les relations étroites entre Vladimir Poutine et la famille de l’ex maire portent à penser qu’il pourrait s’agir d’un nouvel épisode de la guerre des clans qui se durcit à mesure que s’approchent les échéances électorales.

 Nathalie Ouvaroff

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.