Nathalie ouvaroff
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 janv. 2020

Nathalie ouvaroff
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

La Russie n'est pas une république mais un "principat"*.

Dans un article paru sur le site « Forum.msk.ru » le journaliste Anatoly Baranov explique que le régime instauré en Russie depuis la chute de L’URSS n’a d’une république présidentielle que le nom, en fait c’est une sorte de « principat ».

Nathalie ouvaroff
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Russie n’est pas une république présidentielle mais un « Principat *» !

Dans un article paru sur le site « Forum.msk.ru » le journaliste Anatoly Baranov explique que le régime instauré en Russie depuis la chute de L’URSS n’a d’une république présidentielle que le nom, en fait c’est une sorte de « principat » inspiré du système mis en place par Auguste et demeuré en vigueur à Rome entre l’an 26 avant Jésus Christ et l’an 284 de notre ère, en gros de la fin de la république à la consolidation de l’em 

Alors que politologues et experts se perdent en conjonctures sur le sens et la portée réelle des amendements proposés Vladimir Poutine Anatoly Baranov propose une autre grille de lecture. «  Il ne faut pas s’attarder sur les déclarations qui ne servent qu’à planter le décor…Prenons deux exemples :le projet de réforme des retraites n’était rien d’autre que l’augmentation de l’âge du départ à la retraite. De la même façon les amendements constitutionnels se réduisent à la mise en place de mécanismes permettant à Poutine de conserver le pouvoir tout en donnant l’impression qu’il respecte les lois fondamentales » écrit-il.et d’ajouter « l’exercice du pouvoir dans la Russie post-soviétique a peu de points communs avec celui d’une république qu’elle soit parlementaire ou présidentielle, il s’apparente au « principat romain ».Dans une république le pouvoir émane du peuple, il choisit ses représentants au cours d’élections libres , élit son président. Dans un principat, le pouvoir est exercé par un homme qui se choisit lui même ou s’impose par la ruse ou la force. Ce chef surpasse tous les citoyens par son prestige, son autorité, son inspiration divine, sa puissance agissante. Certes les apparences sont sauves, les institutions sauvegardées mais elles deviennent purement décoratives.

 Le « Vojd’ » s’appuie sur les «siloviki »( structures de force ) qui sont considérablement renforcées et exercent un rôle majeur dans la conduite des affaires de l’état. Il n’est pas n’est pas tenu par la constitution qu’il peut modifier selon ses propres commodités. »

Quelques exemples à l’appui de cette thèse« le grand Roque « entre Poutine et Medvedev , la suppression des facto de la séparation des pouvoirs (juges nommés)enfin la semaine dernière la mise en place d’un comité constitutionnel ad hoc comprenant des personnalités diverses mais seulement 11 juristes dont  cinq spécialisés dans le droit constitutionnel  e l’annonce d’une forme de « sondage à l’échelle du pays destinés à faire approuver par la population les amendements mijotés par le chef de l’état. 

  Quant au peuple dépossédé de ses droits fondamentaux on lui offre comme lots de compensation des armes plus performantes que les armes américaines et des livres d’histoire réécrits pour répondre aux mensonges des occidentaux sur le rôle de la Russie pendant la seconde guerre mondiale.

Nathalie Ouvaroff  et Anatoly Baranov

*Le principat est un régime transitoire entre la république et la monarchie. Le chef de l’état est nommé à vie mais n’a pas le droit de transmettre le pouvoir à ses descendants. Les institutions républicaines sont conservées mais vidées de toute substance.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif