Nathalie ouvaroff
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 août 2020

Nathalie ouvaroff
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

AlexeÏ Navalny :l'homme qui voulait défier Poutine

L’opposant russe Alexeï Navalny, hospitalisé dans le coma à Berlin, présente des « traces d’empoisonnement », ont annoncé, lundi, les médecins allemands,n’excluant pas des séquelles du système nerveux. Portrait de ce trublion, infatigable opposant anticorruption qui s’est promis de chasser Poutine du Kremlin.

Nathalie ouvaroff
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alexeï Navalny : l’homme qui voulait défier Poutine

L’opposant russe Alexeï Navalny, hospitalisé dans le coma à Berlin, présente des « traces d’empoisonnement », ont annoncé, lundi, les médecins allemands,n’excluant pas des séquelles du système nerveux. Portrait de ce trublion, infatigable opposant anticorruption qui s’est promis de chasser Poutine du Kremlin.

Alexeï Navalny a un objectif : le Kremlin. Il n’en a jamais fait mystère, au point d’irriter certains de ses partenaireset une partie de l’opposition.

En août 2010, alors qu’il assiste à un meeting des écologistes opposés à la construction d’une route au milieu d’undes rares forêts des environs de Moscou demeurée intacte, un journaliste l’interroge sur ses projets. « Je veux être présidentde la Fédération de Russie », répond-il sans l’ombre d’une hésitation. Le lendemain, sa réponse est relayée par l’ensemble dela presse. Depuis, il n’a pas quitté le devant de la scène politique russe, au grand dam des autorités qui n’ont pas ménageurs efforts pour l’en écarter.

Alexeï Navalny, 44 ans, chantre de la lutte contre la corruption est, depuis l’assassinat de Boris Nemtsov en 20e principal opposant à Vladimir Poutine. Personnalité atypique dans le monde politique russe marqué par le clientélisme, laporosité voire la gémellité avec les services et les grandes entreprises d’État, Alexeï Navalny est une exception. Certains lequalifient de trublion car il dérange tout le monde.

Adepte des réseaux sociaux

Après des études de droit puis d’économie, il s’inscrit au parti Iabloko (parti démocratique, libéral et pro-

occidental), alors que, dans le même temps, il fréquente les milieux nationalistes et participe chaque année à la « marche russe » où la droite nationaliste défile aux côtés de militants des partis ouvertement fascistes. La direction de Iabloko, qui n’apprécie pas son comportement, finit par l’exclure.

Loin de l’abattre, cet épisode lui donne des ailes, et cela d’autant plus que le succès de son blog le convainc du rôlemajeur que peuvent jouer les réseaux sociaux dans le combat politique - les chiffres parlent d’eux-mêmes puisque Navalnycompte à ce jour deux millions d’abonnés sur Twitter, et sa vidéo sur la fortune de l’ancien Premier ministre, DimitriMedvedev, a été visionnée 30 millions de fois. En 2008, il est aux États-Unis pour parfaire sa formation. Lors d’un stage dans la prestigieuse université de Yale, il rejoint « le groupe des jeunes leaders émergents », ouvertement pro-occidental.

De retour en Russie, après un bref passage à Kirov où il est l’adjoint du gouverneur, Nikita Belykh, il se consacre pleinement à la lutte contre la corruption dans les grandes entreprises d’État contrôlées par les membres du « premier cercle ce qui lui vaut de solides inimitiés.

Écarté des élections

En 2011, il participe aux manifestations contre les falsifications grossières des résultats des élections législativesqui donnent la majorité absolue au parti « des voleurs et des escrocs ». Arrêté avec d’autres responsables politiques, il passedeux semaines derrière les barreaux et est accueilli en héros à sa sortie de prison. En 2013, il se présente à la mairie deMoscou contre l’édile sortant, Serge Sobianine. Contre toute attente, il obtient un score honorable : 27 % des suffrages,contre 52 % pour son adversaire.

Agacé par ce blogueur qui n’a peur de rien et est aussi à l’aise devant une caméra qu’au milieu d’une foule, leKremlin décide de l’attaquer sur son propre terrain. En 2008, une plainte est déposée par le groupe de cosmétiques YvesRocher contre l’entreprise de logistique Glavprodpiska, dirigée par les frères Navalny qu’il accuse d’avoir surfacturé sesservices. À la suite d’un procès à rebondissements, Oleg Navalny écope de trois ans et demi de prison ferme et son frèreAlexeï de trois ans et demi avec sursis, assortis d’une peine d’inéligibilité - une façon de l’empêcher, assure-t-il, de seprésenter à l’élection présidentielle de 2018, alors qu’Yves Rocher a reconnu, après le jugement, n’avoir pas subi dedommages.

Reste que la traque dont fait l’objet Navalny n’a pas de fondement logique. Certes, il est le leader de l’oppositionmais ne constitue pas une alternative viable à Vladimir Poutine.

 Nathalie Ouvaroff

Article paru dans le Télégramme du 25 aout 

Ouvrir avec

Affichage de Navalny.docx en cours... Page 1 sur 1

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens