Petites histoires de 26 mai

Depuis que la gauche nous promet de se battre, les écologistes se battent. Et moi aussi. Alors je suis sûrement écologiste.

Mai 2017,

J'ai 16 ans et des poussieres. Proche des écologistes je m'intéresse à leur primaire. Petit faible pour Cécile Duflot, mais tous se valent dans leur diversité. Jadot est choisit, banco. Il se retire pour Hamon. C'est très bien, je suis de gauche, ça me va. Hamon descend, Melenchon monte. La gauche en miette a désormais un présidentiable. Tout change, l'objectif n'est plus de limiter la casse mais de construire un nouveau monde. Alors allons y. Et j'y vais avec Melenchon, comme de nombreux camarades écologistes et non-écologistes. Finalement la fin on la connaît tous, je vais pas refaire le match.

Mai 2018,

J'ai 17 ans et des poussieres, le bac approche. La gauche semble moins stresser pour son avenir que moi face à Parcoursup. Étrange. Elle est divisée en 3 groupes à l'Assemblée, un PS-Generation•s, un LFI et un PCF, en 2 au Sénat, un PS-Generation•s et un PCF-EELV-GRS et en 3 groupes au Parlement européen, un PS-Generation•s, un EELV et un LFI-PCF-GRS.

Bref l'OPA insoumise sur la gauche n'a pas eu lieu. Le nauffrage de l'été non plus. Mais l'insoumission montre déjà ses limites et la gauche alternative se cherche une alternative à la nouvelle gauche alternative de Melenchon. Moi je m'en fous je suis en retard dans mes révisions, et j'ai passé l'hiver et le printemps à jouer à l'attaché presse pour les mouvements lycéens contre Parcoursup.

Mai 2019

J'ai 18 ans et des poussières. Et je vais voter le 26.

Parcoursup m'a tué, merci Macron, merci Blanquer.

J'ai le choix, un choix fait depuis longtemps, je suis depuis Janvier adhérent à Europe Ecologie Les Verts. Ma section est morte, aucun militant mais c'est pas grave y a de quoi faire sur les réseaux sociaux.

Ma grand mère m'envoit un mail indigné. Il y a 33 listes aux européennes on va gâcher du papier. Ce n'est pas vraiment son affaire elle a toujours voté UMP-LR. Remarque, la peur du péril jaune va faire tourner cette retraitée modeste dans les bras de Mme Loiseau. Dans le même temps mes parents hesitent comme ils avaient hesité en 2017.

Pourtant ce n'est plus vraiment le temps d'hésiter. Tout va mal et va de plus en plus vite de plus en plus mal. On ne fonce plus dans le mur on s'y enfonce. Où est cette force d'espoir ? Chaque boutiquier nous vend sa liste comme celle du changement. Glucksmann veut faire changer l'Europe avec Cazeneuve, Hamon avec 2 polonais et 3 bavarois, Brossat, sans doute mécontent d'être l'adjoint d'une majorité plus LREM que PCF, part à l'assaut des 5%. Et lecologie dans tout ça ? Et bien tout le monde nous explique doctement qu'ils ont changé, LREM est devenue vert, Hamon n'est plus social-démocrate mais écolo-socialiste, le PS est social-écologiste, la FI écosocialiste et le PCF a rompu avec Notre dames des landes et le nucléaire. Comme un hic. Il faudrait croire tout ce beau monde sur parole. Alors je me demande : a t'on encore le temps pour les fausses promesses ?

Pas vraiment, la planète et les humains crient à l'aide.

Alors moi le 26 mai je voterais écologiste.

Écologiste pas parce que ce sont les plus beaux, ni les meilleurs. Écologistes parce que quand on me demande ce qu'à fait Karima Delli je sais qu'elle s'est faite gazer par les flics en Alsace y a quelques mois contre un projet autoroutier, je sais que Michele Rivasi a tenté d'empêcher un avion de décoller en Belgique alors qu'il transportait des produits nucléaires dangereux et nocifs. Je sais que Damien Carême a lancé une nouvelle alloc dans sa ville. Je sais que Benoit Biteau est passé au bio. Je sais que Marie Toussaint a lancé le mouvement climatique en France. Je sais tout cela et bien plus encore.

Depuis que la gauche nous promet de se battre, les écologistes se battent. Et moi aussi. Alors je suis sûrement écologiste.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.