NatKap
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 janv. 2019

Marylise Lebranchu : un engagement mutualiste à 2.000€/mois

L’ancienne ministre socialiste s’est engagée depuis plusieurs mois dans le bras de fer qui oppose Arkéa à la Confédération nationale du Crédit Mutuel (CNCM)… au nom de ses valeurs « mutualistes ». Sauf que l’association qu’elle préside n’est qu’une émanation à peine masquée de la CNCM. Et qu’elle est rémunérée à hauteur de 2.000 euros par mois pour son « militantisme ».

NatKap
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au départ, il y a le conflit larvé entre le Crédit Mutuel et le groupe régional d’origine bretonne, Arkéa, qui souhaite, depuis de nombreuses années, prendre son indépendance pour préserver sa liberté d’entreprendre et conserver ses centres de décision et les emplois induits en région. Le divorce entre les deux banques est quasiment acté, mais des tensions persistent néanmoins sur les modalités techniques et financières de l’opération.

C’est là qu’intervient Marylise Lebranchu. Ancienne élu bretonne, femme de gauche, elle représente une porte-parole idéale pour défendre les intérêts du mutualisme en Bretagne, que le Crédit Mutuel affirme menacés par la prise d’indépendance d’Arkéa.

Car la Confédération nationale du Crédit Mutuel a un problème d’image dans la région, où la majorité du tissu économique a pris fait et cause pour le groupe Arkéa, très engagé dans son territoire. Pour gérer et atténuer ce déficit d’image, une association « indépendante » a été créée. Association présidée par Marylise Lebranchu.

Les problèmes commencent... et les ficelles de la manipulation apparaissent de plus en plus grosses. Le siège social de l’association « Restons mutualistes », sis rue Cardinet à Paris, est le même que celui de la Confédération nationale du Crédit Mutuel. L’ensemble des membres fondateurs, qui cotisent chacun à hauteur de 15 000 euros, sont les autres groupes régionaux de Crédit Mutuel. Autant dire que ladite association est clairement et simplement un outil de communication de la CNCM dans son conflit avec Arkéa.

Le procès-verbal actant la création de « Restons mutualistes » révèle d’autres éléments troublants. Marylise Lebranchu est payée à hauteur de 2 000 euros par mois pour son rôle de présidente de l’association. Une rémunération qui représente ni plus ni moins que ses émoluments comme lobbyiste en chef de la Confédération nationale du Crédit Mutuel sur ce dossier.

Une situation qui, en soit, n’est pas d’illégale, mais qui fleure tout de même bon l’hypocrisie et l’enfumage au regard des déclarations enflammées de l’ex-ministre affirmant agir par « pur » militantisme mutualiste...

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran