Natroll
Auteur
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 août 2020

Fusillade chez Means TV, le «Netflix socialiste»

Le duo derrière la coopérative qui a réalisé le premier clip de campagne d’AOC a été victime d’une fusillade à son domicile. Bien qu’aucune blessure ne soit à déplorer, des doutes persistent sur les motivations politiques derrière cet acte.

Natroll
Auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« The Courage to Change » fut le titre du premier clip de campagne d’Alexandria Ocasio-Cortez. Un clip audacieux à la réalisation particulièrement soignée qui contribua à faire entrer la jeune militante socialiste à la Chambre des Représentants. Derrière la caméra : Naomi Burton et Nick Hayes. Les jeunes trentenaires, à la tête d’une coopérative nommée Means of Production, avaientt proposé leur aide à celle qui n’était alors qu’une parfaite inconnue. En contribuant à l’élection de celle qui est devenue la figure de proue de la gauche américaine, la coopérative s’est taillé un CV solide.

Le 26 février dernier, le couple a lancé en fanfare Means TV, le premier service de streaming « post-capitaliste » destiné à héberger un contenu exclusivement politique et proche de la gauche radicale. Avec le concours du studio de développement Pixel Pushers Union 512, le duo a ensuite mis un pied dans le monde de l’édition vidéoludique en donnant naissance à Tonight We Riot, un jeu vidéo mettant en scène une révolution prolétarienne.

Means TV / Tonight We Riot. © Means Media

L’enthousiasme de ce jeune couple révolutionnaire aurait pu s’arrêter tragiquement ce samedi 8 août. Naomi Burton était installée dans le salon de son petit pavillon à Detroit (Michigan) lorsqu’une voiture s’est arrêtée devant leurs fenêtres aux alentours de 14:00. Une arme automatique de calibre 22 a visé dans sa direction, ne la manquant que de quelques centimètres. La jeune femme s’est alors couchée au sol pour ramper en direction de sa cuisine, avant de se réfugier à l’étage lorsque les coups de feu ont cessé. C’est ensuite son compagnon Nick Hayes qui a été la cible d’un second raid : redescendu pour récupérer son téléphone afin d'appeler les secours, ce dernier a essuyé une dizaine de tirs qui ont fait sauter le reste des fenêtres de leur résidence et endommagé leur porte d’entrée.

Fenêtre détruite par les tirs d'une arme calibre 22.

Si rien n’indique jusqu’ici que l’acte a été motivé par des inimitiés politiques, la question reste néanmoins ouverte compte tenu de l’activité militante de la jeune coopérative. Le contexte local est par ailleurs particulièrement violent : la ville de Detroit enregistre cette année une forte hausse des homicides (+31%).

Dans une publication Facebook, le couple Burton-Hayes est revenu sur cette expérience traumatisante : dans un communiqué très politique, il réaffirme ses convictions socialistes et son rejet du système judiciaire tel qu’il existe actuellement aux États-Unis :

« Nous ne savons pas pourquoi nous avons été ciblés de cette manière, ni pourquoi quelqu'un a voulu nous ôter la vie, mais être socialiste, c'est aussi avoir de l'empathie et de l'amour pour les autres. Nous pardonnons à ceux qui ont fait cela. Nous ne connaissons pas leurs motivations, ni ce qui a conduit à la décision de tirer sur notre maison et nous ne devons pas faire de suppositions. Ils semblaient très jeunes, et l'idée qu'une mauvaise décision devrait définir le reste de leur vie est cruelle.

Nous n'avons pas l'intention de porter plainte ou d'apporter une aide supplémentaire à la police au-delà des déclarations que nous avons faites lorsqu'ils sont arrivés. Nous ne faisons pas confiance aux tribunaux ou à la police pour rendre la justice. Notre propriétaire portera probablement plainte pour dommages matériels ou autre, mais nous n'avons aucun intérêt à participer à une enquête criminelle. »

Dans un pays émaillé par les événements consécutifs aux meurtres de George Floyd et Breonna Taylor, le communiqué raille les propositions qui sont celles de la classe politique américaine, prenant à témoin les luttes de la population africaine-américaine et ce tout en affichant son hostilité aux mesures de restriction sur les armes à feu. La coopérative se range ainsi aux côtés de Robert F. Williams, Charles E. Cobb ou de structures telles que la Socialist Rifle Association.

« La solution, nous dit-on, est de renforcer les services de police, d'imposer des peines plus sévères et d'accroître les restrictions sur les armes à feu. Les organisateurs et les militants qui luttent pour l'autodétermination des Noirs savent que cela ne sert à rien. »

En novembre 2019, Naomi Burton déclarait dans un entretien avec le think-tank Hémisphère Gauche : « Aux États-Unis, en tant que communiste, le seul moyen de ne pas être tué ou arrêté est de diriger une société ». Il semblerait que cela puisse ne pas suffire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch