Le pissenlit : souvent accablé pour son inutilité

Le pissenlit ou taraxacum officinale est une plante vivace que l’on croise communément au détour d’un chemin champêtre, mais il pousse spontanément aussi dans les près, les terrains vagues ou même au beau milieu des pelouses.

Connu depuis les temps les plus anciens, on le cueille depuis très longtemps

dandelioncomparison
et l’on s’en sert de différentes manières ; ainsi les jeunes feuilles de pissenlit peuvent se consommées crues sous forme de salades ou même cuites pour se substituer aux épinards et même composées certaines soupes.

Les boutons de fleurs de pissenlit s’utilisent également pour remplacer les pointes d’asperges, alors que les racines de pissenlit grillées peuvent quant à elle se substituer au café. Le pissenlit qui possède des feuilles à la forme très découpées est surnommé «dent de lion» ; en phytothérapie, c’est la racine qui est employée sous forme de gélules de poudre cryobroyée. En effet le pissenlit contient de nombreuses composantes dont des Principes amers terpénés, de la taraxacine, de la taraxétine, du glucoside, des stérols végétaux, des acides aminés, des tanins et peut contenir jusqu'à 25% d'inuline et du caoutchouc.

Le pissenlit est donc particulièrement recommandé pour son action diurétique qui est sûre et sans effet indésirable. La racine de pissenlit est un excellent dépuratif, en éliminant l’ensemble des toxines accumulées dans le corps, elle permet de nettoyer l’ensemble de l’organisme. Utilisée avec succès contre tous les malaises hépatiques, la racine de pissenlit s’emploie au niveau digestif pour augmenter l’écoulement de la bile et pour stimuler les foies paresseux. Par son effet global de dépuratif nettoyant, la racine de pissenlit contribue à éliminer les calculs biliaires et rénaux.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.