Nautilus
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 janv. 2022

Quand des proches de Marine Le Pen flirtaient avec les islamistes

Si le Rassemblement national se présente comme un parti intransigeant avec l’islamisme, certains de ses cadres les plus éminents ont pourtant frayé avec un militant pro-Hamas fiché pour radicalisation à caractère terroriste. Un passif sur lequel le parti d’extrême-droite et la fachosphère observent un silence pour le moins gêné.

Nautilus
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

S’il est prompt à dénoncer l’islamo-gauchisme, le Rassemblement national est cependant moins regardant en ce qui concerne ses propres militants. Réputée intransigeante face à l’islamisme, l’extrême-droite française s’est parfois laissée séduire par les sirènes de l’antisionisme, au point de pactiser avec une figure douteuse de la mouvance radicale.

Quand Axel Loustau et Frédéric Chatillon marchaient aux côté des islamistes

La photo d’Axel Loustau et Fédéric Chatillon organisé par une association islamiste que vous ne verrez jamais ni sur Fdesouche.com ni sur le compte Twitter de Damien Rieu

C’est notamment le cas de Frédéric Chatillon et d’Axel Loustau. Ces deux très proches de Marine Le Pen, ont frayé il y a quelques années avec une figure très connue de la mouvance islamiste, Abdelhakim Sefrioui. Ce franco-marocain a récemment attiré l’attention sur lui, après avoir été à l’origine de la campagne de dénigrement contre Samuel Paty ayant entraîné son assassinat le 16 octobre 2020 par un terroriste tchétchène.

En janvier 2009, les deux ex-militants du GUD et conseillers de la présidente du RN ont ainsi participé à une manifestation contre le « génocide palestinien » organisée par le « Collectif Cheik Yassine », après que ce dernier ait été exclu d’un rassemblement contre l’opération « Plomb durci » en raison de sa réputation sulfureuse. Une photographie prise à cette occasion montre ainsi le conseiller régional FN d’Ile-de-France et le Président du micro-parti Jeanne marchant aux côtés de Dieudonné parmi les militants de ce mouvement dissous le 21 octobre 2020.

Abdelhakim Sefrioui, un militant islamiste pur et dur

Créé en 2004 par Abdelhakim Sefrioui, le collectif porte le nom de l’ancien fondateur du Hamas, une organisation considérée comme terroriste par l’Union européenne, le Canada, les Etats-Unis et par de nombreux pays arabes.

Mais le mouvement ne se limite pas à protester contre Israël et fait l’objet d’une attention vigilante des autorités depuis de longues années. En 2010, le Collectif s’est réuni chaque vendredi près de la mosquée de Drancy où officiait l’imam Hassen Chalghoumi pour réclamer sa démission après que ce dernier ait fait part de son opposition au voile intégral. Le collectif Cheikh Yassine lui reproche également sa proximité avec la communauté juive. Interdit de manifestation, Abdelhakim Sefrioui tente d’organiser des groupes de prières sur le parking adjacent à la mosquée avant d’être placé en garde à vue. Ces manifestations et les menaces proférées à l’égard de l’imam Chalghoumi lui vaudront d’être placé sous protection policière.

Selon des informations rapportées par Le Point, le Préfet de Seine-Saint-Denis et les Renseignements généraux auraient lancé une procédure de déchéance de nationalité à son encontre dans les années 2010. Dans le même temps, celui-ci noue des liens avec la milice islamiste Forsane Alizza et tente de concert avec elle de faire pression en 2011 sur la proviseure du lycée de Saint-Ouen qui veut interdire le port des jupes longues.

Quand Abdelhakim Sefrioui frayait avec l’extrême-droite

Abdelhakim Sefrioui est aussi un proche de l’extrême-droite. En 2005, il apporte son soutien à Dieudonné. L’année suivante, il introduit celui-ci au sein du Congrès de l’UOIF. Quelques années plus tard, celui-ci se rapproche de Frédéric Chatillon et d’Axel Loustau, deux figures bien connues au FN. Un lien que ces derniers n’ont jamais désavoué et qui n’a jamais fait l’objet d’aucune condamnation au sein du parti.

FdeSouche bizarrement mutique concernant la proximité entre des proches de Marine Le Pen et des individus proches de l'islamisme radical

Cette proximité fait également l’objet d’une omerta dans la “réinfosphère” où l’information gêne quelque peu aux entournures. La revue de presse Fdesouche.com animée par Pierre Sautarel, qui dénonce régulièrement les rapprochements entre élus de droite et de gauche avec des associations musulmanes en accusant celle-ci de communautarisme, semble par exemple avoir raté cette information essentielle qui entre pourtant dans sa ligne éditoriale.

Pourtant très actif sur les réseaux sociaux, Damien Rieu n'a visiblement jamais eu connaissance des liens unissant des proches de Marine Le Pen avec un individu mis en examen dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de Samuel Paty

Il en va de même de Damien Rieu, qui ne semble pas avoir abordé le sujet sur son compte Twitter suivi par 111 000 personnes. Par manque d’information ou par manque d’intérêt ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin