Je suis une "sous-merde" : je suis instit.

Un état des lieux du vécu d'une profession en cours d'implosion.

Encore une fonctionnaire qui se plaint?  Je ne me plains plus, je constate. Je suis une "sous-merde". Le mot est grossier mais il sort spontanément et illustre parfaitement mon ressentiment. C'est comme ça.

A toi qui n’a pas remis les pieds dans une école primaire depuis 20 ans et à toi qui a choisi  l’école de tes gamins afin qu’ils ne soient  pas mélangés à la populace, retourne à tes occupations, ton cerveau est verrouillé, inutile de lire la suite (tu remarqueras que les sous-merdes sont blasées et donc méchantes).

Toujours là ? Ok, peut être que ton inconscient est prêt à écouter des vérités cachées sous le tapis #pasdevagues.

Bon qu’on se mette d’accord sur un point, sur BFM et compagnies quand on parle de « profs », il s’agit à 99% des collèges et lycées hein. Faut pas leur en vouloir, trop compliqué de différencier les profs du primaire et du secondaire, hop tous dans le même sac.

Toi, citoyen lambda, tu crois sûrement que le prof du secondaire est plus qualifié, plus diplômé que le pauvre instit (qui s’appelle en fait professeur des écoles mais tout le monde s’en fout).

Et bah non ! Bac +5 et concours pour les 2. Ok le master de lettres ou de maths ne te sert pas forcément devant des CP mais c’est comme ça : on se bouffe 5 ans d’études et un concours sélectif.

Tu remarqueras que si tu foires le concours, c’est directement Pôle emploi sans passer par la case départ parce que bon une licence de Lettres ça fait de toi quelqu’un de cultivé mais pas nécessairement  quelqu’un d’utile. Du coup, tu passes et repasses le concours, pas le choix.T’as pas bouffé des pâtes pendant 5 ans et bossé comme un chien à Mcdo pour rien.

Ça y est, ça fait 3 fois que tu galères mais ça y est, t’as un métier, tu vas pouvoir te mettre à vivre (5 ans après le bac, il était temps).

T’es instit ? Bravo à toi, tu rentres dans le monde merveilleux des fonctionnaires ! Emploi à vie, salaire génial, des élèves adorables, une hiérarchie bienveillante et surtout des conditions de vie incroyables . Non je déconne.

Merde, tu croyais que tu bossais 24 heures par semaine. C’est pas ça ? Bah non mon coco, tu dois 108h en plus .Quand je dis que tu dois, c’est pas une blague hein. Ton inspectrice ou tes conseillères pédagogiques qui n’ont pas vu d’élèves depuis parfois le siècle dernier n’ont rien d’autre à foutre que vérifier que tu les fais TOUTES. Tu n’as toujours pas reçu d’aides pour ton élève autiste qui court avec des ciseaux dans la classe mais que veux-tu, y a des priorités. Ok, bon ils ne sont pas tous comme ça mais tu t’étonnes quand même que ceux qui sont censés te donner des conseils aient tout fait pour ne plus se retrouver devant des élèves.

108h , c’est 3 heures en plus par semaine. Tu me suis, t’es déjà à 27heures/semaine hors préparation-correction.  Ça n’existe pas chez nos copains du secondaire (tu sais les « profs » selon BFM et compagnies). Pour eux c’est 18h/ semaine. Le reste pour eux c’est payé en heures supp.

Les copains du secondaire se foutent bien de ta gueule quand ils apprennent ça. Tu deviens la sous-merde de tes collègues du secondaire. Mais pourquoi tu te laisses faire ?

Et qu’est ce qui se passe quand tu as atteint ton quota des 108h en février hein ? Quoi ? T’es payé en heures supp ??? J’ai une question pour toi : crois-tu encore au Père Noël ?

Au-delà, c’est cadeau, gratos, nada : tu prends sur ton temps libre. Et gare à toi si tu ne veux plus MALHEUREUX !!! La brigade des planqués « (euh pardon l’équipe de circonscription), viendra t’expliquer que tu as une MISSION et que si tu refuses de bosser gratos, et bah on s’en souviendra lors de ta prochaine inspection. Tu bosses dans une classe de 30 élèves où 10 ne parlent pas français et pour lequels plus de la moitié des parents vivent dans la misère totale ? Tu essaies de trouver des solutions pour que la petite puisse au moins avoir un petit déj à l’école ou tu cherches chez toi des vêtements à donner pour que le petit ait des habits de rechange ? On s’en fout, t’as refusé de faire du rab gratos, tu ne mérites pas ton augmentation de 50 balles tous les 3 ans. Félicitations, tu es devenue la sous-merde de ta hiérarchie.

Bon arrête de pleurer. La vie c’est dur pour tout le monde, toi t’as un bon salaire et des vacances.

Alala, que t’es contente, après 5 ans de merdouille, un salaire !!!! 1500 euros net !!!! T’es trop heureuse, ça change des 1250€ du Mcdo !!!! Euh….. Ah en fait, entre bosser au McDo et se taper 5 ans d’études et un concours y a 250€ net de diff ? Bon ok c’est chaud, mais il te reste les vacances !!!! Tu vas ENFIN pouvoir te faire les Etats –Unis, l’Islande…

Merde. Les billets pendant les vacances scolaires doublent. Et entre temps, t’as fait des gosses. Les frais de garde et les impôts te minent, tu es une femme, donc tu prends un temps partiel pour alléger la facture et pour élever tes enfants.  Bon bah, tu iras te promener au zoo, ça ne te tuera pas.

Sympa, au zoo tu croises ta copine du lycée. Elle a lâché son projet d’être une sous-merde ( euh instit), et elle bosse comme téléconseillère dans un grand groupe d’assurance. Un BTS , bac +2 et un CDI dans la foulée. Son boulot la gonfle mais bon le salaire est quand même top. 1700 net + 13éme mois+ intéressement + participation + primes de performance + comité d’entreprise + tickets restos + mutuelle. Sur l’année elle déclare 35 000 € minimum. Tu le vois venir avec tes 1900€ net au bout de 10ans  ?

T’es devenue la sous-merde de la société avec tes 22 800€ au bout de 10 ans avec un bac + 5 et un concours.

Cette même copine te demande ce que t’en penses : elle compte emmener sa famille en Thaïlande une semaine avant les vacances scolaires d’hiver pour payer moins cher les billets. Tu lui expliques que toi tu n’as pas trop le choix et elle t’envoie l’uppercut : "ah mais je ne sais pas comment tu fais toi hein" . C’est simple : tu fais pas.

Les vacances arrivent. Tu ne pars pas, tu gardes tes sous pour emmener ta famille 1 ou 2 semaines en été ( heureusement que t’es marié avec un gars qui bosse dans le privé, tu te demandes comment tu ferais si tu étais seule).  Mais heureusement qu’elles arrivent ces putains de vacances. T’en peux plus. Les 30 gamins te font suer. Certains t’insultent, menacent leurs camarades en maternelle, d’autres sont en CM et te demandent de leur expliquer ce qu’est une casserole alors que t’es censé leur apprendre le passé simple. Le petit élève autiste est accueilli tous les jours mais la personne qui est censée l’aider ne bosse que 2 jours par semaine avec lui. Il hurle, tu pries pour qu’il ne se fasse pas mal et tu comptes les minutes. Il est 16h30, tu veux rentrer. Mais non Madame machin veut te voir parce que Choubichou s’est fait insulter en récréation et que tu n’as rien vu .Tu as envie de lui expliquer que tu n’as pas eu le temps de pisser depuis 3 heures et que tu vas finir par te faire dessus. Mais non, calmement tu lui expliques que Choubichou a 10 ans et que tu n’as pas un pouvoir magique qui te permet d’écouter 200 élèves en récré en même temps. Pas un merci, elle s’en va après 20 mn de ton temps (gratos). Tu es la sous-merde des parents mais ouf tu souffles, 2 semaines pour essayer de te vider la tête. Tu dois bosser mais ça va aller, c’est sans le bruit des gosses.

C’est la reprise. Mince, la journée est finie et tu te rends compte que tu te demandes comment tu vas tenir jusqu’aux prochaines vacances. C’est ta 3ème gastro depuis le début de l’année. T’en as marre, tu la refiles à tes propres gamins. T’as le crédit immo, les frais de garde et les impôts à payer, tu ne peux pas te permettre de te mettre en arrêt, tu perds un jour de salaire. Au rythme des merdes que tu attrapes tu vas finir avec un salaire négatif. Bon pas cool pour tes élèves à qui tu vas la refiler tes microbes. Des parents te regardent de travers. Tu les as appelés pour récupérer leur fille qui vomit. Ils bossent et c’est TOI qui l’as contaminée.

Tu ne te sens pas en super forme. Tu ne supportes plus le bruit de tes propres enfants en rentrant du travail. Tu ne peux pas regarder un film tard avec ton mari le soir, tu dois être en forme pour le lendemain, tu es épuisée. Tu es une sous-merde pour ta famille.

Le matin se lève. Tu n’as plus la force de te lever. Tu as de la fièvre. Tu vomis. Tu vas mettre dans la merde 30 familles, il n’y a plus assez de remplaçants. Tu vas perdre une journée de salaire et les élèves qui n’auront pas pu être récupérés par leur parent vont être dispatchés dans les classes des collègues. Elles vont monter à 33 élèves. Tu DOIS y aller. Tu y vas.

Tu n’aurais pas dû y aller. Un de tes élèves a profité de ton état pour se faire la malle en demandant à aller aux toilettes. Tu l’as laissé y aller et il n’est pas revenu. Appels à la police, aux parents. On te hurle dessus devant les élèves. Il est retrouvé. Tu es pointée du doigt par toute l’école car tu es responsable. Tu es devenue la sous merde des élèves.

Tu n’as plus le goût à rien. Tu ne peux plus te lever, te coiffer. Parler d’école te provoque une crise d’angoisse. Ton médecin te dit que tu fais un burn out. Moi ? Non… J’ai 15 ans de bouteille…

Tu dois contacter ta médecine du travail. Sauf que les sous-merdes n’ont pas de médecine du travail. Tu as le choix : soit tu décides d’aller mieux ou tu démissionnes. Pour faire quoi ? La conseillère en mobilité est un peu dépitée pour toi. Et toi tu as honte. Personne ne comprend. Tu es FONCTIONNAIRE, tu n’as pas le DROIT d’être dépressive. Tu es devenue une sous-merde. Pour toi- même.

Ce quotidien est celui d'une grande partie de la profession. Majoritairement féminine. A qui l'on demande de serrer les dents et de combler les inégalités et la misère sociale, sans moyens suffisants.  Enseigner ne doit plus être une souffrance. L'avenir de vos enfants, de NOS enfants en dépend. 

Une Professeur des écoles parmi d’autres qui croyait en la reconnaissance de la République.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.