On a le droit de dire au club qu'on ne sait pas ?

J'admire (et ce n'est pas ironique) ceux et celles ici qui ont un avis clair net et précis sur des situations ou des évènements nationaux, internationaux ou mondiaux, sur des futures ou éventuelles interventions politiques, économiques ou militaires.Moi non.

J'admire (et ce n'est pas ironique) ceux et celles ici qui ont un avis clair net et précis sur des situations ou des évènements nationaux, internationaux ou mondiaux, sur des futures ou éventuelles interventions politiques, économiques ou militaires.

Moi non.

Parce que je n'ai pas toutes les informations indispensables pour juger en toute partialité, parce que je ne suis pas physiquement au coeur de tel ou tel conflit, parce que je vis peinarde mimile loin des bombes, des gaz assassins, des fous d'Allah ou d'autres dieux imaginaires, des dictateurs, et autres clowns sanguinaires.

Non pas que je m'en tamponne les bandelettes notez bien. L'horreur, la mort, les guerres, les peuples sacrifiés me mettent hors de moi quand je suis en forme

%5Bimages.4ever.eu%5D%20monstre,%20demon,%20feu,%20diable,%20mal,%20guerrier,%20ailes%20145460.jpg

et me font pleurer quand je suis plus vulnérable.

nightwish-once--large-msg-12006820602.jpg

Mon côté ange ou démon certainement.

Mais de là à juger des décisions gouvernementales, onusiennes, américaines, européennes.... Dans le cas de la Syrie, si je voulais émettre un avis impartial, objectif, il faudrait que :

- Primo je sois syrienne vivant sous le joug assadien.

- Deuxio, que j'aie vu mourir les miens empoisonnés par des gaz chimiques,

- Tertio que je vive collée aux fesses d'Obama et de Hollande afin de savoir vraiment ce qu'ils ont l'intention de faire et d'écouter leurs conversations.

- et quatriémo, qu'on me demande mon avis. Ce qui n'est pas le cas.

En plus ça tombe bien, je n'ai pas d'avis digne d'être exprimé.

Qu'est-ce que j'en sais moi si le peuple syrien préfère crever sous la folie meurtrière du Bachar ou sous celle des religieux timbrés type Talibans ou sous des bombes américaines  ?

Qu'est-ce que j'en sais du risque encouru par les nations qui interviendraient militairement ?

Qu'est-ce-que je sais vraiment de la géopolitique mondiale à part ce que les médias veulent bien en dire ou croient savoir ?

Ben rien.

Strictement rien.

Faut-il une guerre meurtrière (pléonasme) pour sauver un peuple ? Plus de morts dans le présent pour moins de morts dans le futur ? Faut-il se mêler de ce qui se passe dans les pays voisins ? Faut-il plier devant des Poutine et autres abomiffreux (Melchior si tu me lis....) pour des raisons économiques ?

Je me les pose ces questions, faut pas croire. Mais parfois je me réponds oui, et parfois non. Parce que je ne sais pas. Parce que j'avoue sans honte que ça me dépasse.

Alors comment pourrais-je avoir un avis sur  Hollande ou Obama ? Et sur, en plus, leurs futures actions qu'on ne connaît pas, et que personne ne connaît parce que faut pas déc', c'est quand même pas des marioles les mecs ! A ce niveau-là, tout se décide discrètement, secrètement, loin des micros et des caméras non ? 

Mais heureusement, certains abonnés savent, eux. Je pense qu'ils vivent en Syrie et qu'ils prennent leur p'tit déj tous les matin avec Barack ou François. Au moins, sinon ils sont comme moi, ignares.

Mais moi je l'avoue.

 

Néfertari.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.