Accusée Mithra Nomadeblues levez-vous !

 

Voici votre chef d'inculpation : ne pas avoir été touchée par le dernier billet de Grain de Sel. Et oser le dire, qui plus est !

Accusée Mithra, votre comportement est inadmissible. Madame de Sel est une icône intouchable ici, au cas où vous ne l'auriez pas remarqué.... Comment ça "Pour quelles raisons ?" ??? Insolente ! Hérétique ! Gauchiste ! Outrage à la cour clubiste ! Greffière, veuillez noter : Madame Nomadeblues fait front face à l'accusation de manière intolérable. Le jury en tiendra compte.

Bon, reprenons : Madame de Sel nous fait part, avec le talent littéraire qui la caractérise, de son état de santé très alarmant. (Snif... Greffière, mouchoir siouplaît...) Les gentils abonnés de ce club sont allés immédiatement assurer leur amie clubiste de leur soutien. Et vous, perfide et jalouse... Ne me contredisez pas ! On a les preuves ! Et puis depuis quand les mauvais sujets du royaume de Médiapart auraient-ils le droit de se défendre ??? On aura tout vu ! Je disais donc, perfide et jalouse, vous avez eu le toupet, que dis-je le toupet, l'outrecuidance de ne pas compatir au malheur de notre chère amie.... (Greffière, serviette siouplaît ! Snif....)

Votre crime est grand Madame Nomadeblues. D'ailleurs, vous le payez cher, et ce n'est que justice. Après le flot de protestations indignées que vous avez inspiré, voici que le gentil Ben vous crucifie sur son propre fil, alors que vous le félicitiez du thème de son billet. La sentence est là : vous êtes passée du statut d'abonnée acceptable et fréquentable à celui d'abonna non grata. Paf ! Bien fait. Cela vous apprendra à dire tout haut ce que certains esprits subversifs pensent tout bas. Na.

Je rajouterai juste qu'en plus d'être une méchante camarade, vous êtes un mauvais petit soldat. La Bienpensance autorisée de ce club (Dieu Edwy la protège !) avait bien fait comprendre que la cible du moment n'était pas Madame de Sel, mais Monsieur Uleski. Bien sûr, vous n'en avez fait qu'à votre tête ! De là à penser que vous aussi seriez un transfuge de l'extrême droite, il n'y a qu'un pas. Et très petit le pas, un patounet même ! Alors je vous conseille, Madame Nomadeblues, de faire profil bas pour un long moment.Et de vous remettre dans le bon sillon. (Oui oui, celui-là même abreuvé de sang impur !)

Mesdames et Messieurs les Jurés, je vous laisse délibérer.

En toute liberté et conscience, bien sûr. Liberté de conscience même, soyons fous !

Mais ne nous décevez pas.

J'dis ça, j'dis rien.

La séance est close.

 

 

Bon, ma chère Mithra, on rigole on rigole, pour ne pas pleurer.

Je suis comme toi. J'ose.

J'ose dire à mon tour que les billets de Grain de Sel sont très bien écrits mais ne me touchent pas plus que ça. Je ne les lis d'ailleurs plus, et n'en ai ni honte, ni remords. Il y a plein d'abonnés que je ne lis pas. Cela n'enlève rien à leur talent.

J'ose écrire que tout billet est une mise en scène, que ce n'est ni un délit, ni une faute. Sauf s'il y a tromperie. Et il est quasi impossible de vérifier la véracité de certains écrits. Nous ne sommes d'ailleurs pas là pour ça.

J'ose également affirmer que les états d'âme de certains abonnés nous étalant les malheurs qui leur tombent sur le coin du nez me gavent grave. Je ne dis pas que j'ai raison, je dis juste que j'ai du mal avec cette façon de se mettre en spectacle et de faire de l'audience avec des billets qui font pleurer les foules. Je n'interviens pas sur ces billets, n'agresse pas leurs auteurs, chacun ayant le droit de s'exprimer comme il l'entend. Je comprends même que certaines personnes aient besoin d'exprimer leurs peurs, leurs souffrances, leurs malheurs. Mais on n'est pas obligé de les lire, ni d'y souscrire.

Par contre j'accepte mal l'agressivité que tu as subi, les insultes, la morale nauséabonde dont on t'a tartinée. Tout ça parce que tu ne suis pas les mêmes chemins qu'une majorité d'intervenants. De plus, à aucun moment (d'après ce que j'ai pu lire) tu n'as agressé Grain de sel. Tu as juste exprimé un malaise quant à sa façon d'exprimer son intimité. Où est la faute ? Je la cherche encore. De plus, j'ai trouvé ton billet très intéressant parce qu'il posait de bonnes questions à mon avis, à mon avis seulement. Les contributeurs à son fil en ont décidé autrement.

 

Alors, pour une toute petite minorité silencieuse, au risque de me prendre sur le museau toute la clique de bien pensant de ce club (mais j'ai l'habitude), j'ose dire que l'esprit qui règne ici me fait gerber. Le totalitarisme de la pensée unique n'est pas loin. L'a-t-il d'ailleurs été un jour ? Rien n'est dit officiellement (tu m'étonnes !) mais malheur à ceux et celles qui pensent et écrivent à contre-courant, beaucoup d'ailleurs on préféré s'en aller. Et Médiapart y a beaucoup perdu. J'ajoute que certains abonnés gentils me font peur, et même froid dans le dos. Leur gentillesse et compassion exprimées font place rapidement à de l'intolérance pour ce qu'ils ne comprennent pas. Ne serait-ce pas une des explications du racisme en particulier et des rejets en tous genres ?

 

Je finis juste ce billet en disant à Grain de Sel que j'espère de tout coeur qu'elle se sortira de ce pépin de santé. Comme j'espère que toutes les personnes en galère, quelles qu'elles soient, s'en sortent. Et que je pense profondément à ceux et celles qui ont choisi de ne pas l'exprimer. Elles et ils  existent aussi et n'ont pas moins d'importance que ceux et celles qui en font des billets.

 

Respect pharaonnique à tous et toutes.

 

Néfertari.

 

PS : on me dit dans mon oreillette Mithra que tu aurais écrit un dernier billet pour présenter tes excuses. Je ne l'ai pas vu, donc pas lu. Je ne peux donc pas m'exprimer là-dessus, et quoi que tu ais pu écrire, cela ne change rien à la teneur de mon billet.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.