Putain Raphaël, là t'as triché !

 

Par Osiris ! Il a osé le salopiaud ! Il a osé trépassé avant l'été alors qu'on avait convenu que je vienne admirer son étang !

Il m'avait dit " Viens en juillet ou en aôut, tu verras comme c'est beau ! Je pense que je mourrai cet automne..."

Moi je lui avais répondu " L'automne, c'est bien pour mourir, tu tombes en même temps que les feuilles, on dit de toi que tu étais aussi bon que le prochain pinard dont on cueille le raisin, on se prend le vent d'octobre en pleine poire et ça aide à sécher les larmes. Que de la poésie quoi ! "

Il m'avait répondu " Ouais, c'est pas faux... "

Mais bon, faut croire que finalement l'automne, ça ne l'inspirait pas trop. Ou alors, peut-être qu'il ne voulait vraiment pas que je vienne squatter son étang. Oui, c'est peut-être ça.... Le cancer, la chirurgie, la radiothérapie, la peur, la douleur... plus l'abomination bandelettée en train de s'extasier devant l'eau, les plantes, les fleurs, les poissons, le lapin-saucisses, les beaux yeux de Raphaël, la 404 de Léon, le sourire de Paulette.... Tout ça quoi, ça devait faire beaucoup. Ça devait faire trop.

Ben tampiche, que veux-tu que je te dise Raphaël ? Là, t'as pas assuré mon gars, et pis c'est tout ! Mais bon, t'es pas sauvé pour autant, tu le sais ça ? Oui, je vois à tes yeux qui roulent vers les cieux (Ah ben non que je suis bête ! Puisque tu y es ! ) et je sens à ton soupir gros comme la saloperie qui t'a parasité la tête que tu as compris. Je vais et viens à ma guise entre les mondes, celui des vivants et celui des morts entre autres. C'est tout l'avantage des éternels, des momifiés comme moi... Hé oui ! Faut te faire à l'idée que tu n'es pas débarrassé de moi ! Toutes mes condoléances mon cher Raphaël. Oui ben au lieu de râler, fait péter une bouteille, je ne viens pas pour rien moi ! 

Sinon, je m'étais dit que tu aurais adoré que j'écrive un billet style " Ouais ! Le Raphaël est mort ! " ou " Et ben c'est pas trop tôt ! " ou encore " Raphaël Jornet fait son intéressant ! Pffff ! ".... Je sais que je vais te décevoir mais je n'ai pas réussi. Je m'y suis attelée, j'te jure ! J'avais écrit des trucs comme tu aimes, des trucs complètement décalés, des gros mensonges et puis quelques vérités aussi, plein de mal de toi (Niark niark !), des trucs secrets, des révélations sulfureuses.... Mais c'est bizarre, le coeur n'y était pas vraiment. Va savoir pourquoi. Peut-être que je vieillis....

Et pour le retard de cette bafouille, je tiens à te dire que tu n'es pas le seul à avoir décéder le printemps dernier, égoïste ! Mon ordi aussi. Mon papy aussi. Mon ordi, je l'ai remisé au garage et un vieux chat à moitié sauvage dort dessus.  Mon papy, je l'ai enterré dans mon jardin et je lui ai planté un beau rosier. Quant à toi, je ne sais pas encore.... Depuis le temps que je voulais une petite pièce d'eau dans mon jardin... Avec des iris et une ou deux grenouilles. Oui, je crois que c'est un beau jour pour creuser...

Ça n'empêche. Là t'as triché Raphaël, je ne te le pardonnerai jamais. Mais c'est si bon de ne jamais pardonner un truc pareil.

Y a encore un chouïa de lapin-saucisses ? J'veux bien.

 

Néfertari.

 

PS : Est-ce que tu vois des rois fantômes sur des flipers en ruines ?  Clin d'œil

 

Thiéfaine - Les dingues et les paumés © Rycko rycko

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.