Répressions abusives

Je suis une maman choquée... Ma fille, étudiante de 20 ans et n'ayant jamais eu maille à partir avec la justice (pas même pour stationnement gênant, excès de limite de vitesse...) se retrouve fichée comme des milliers d'autres personnes en France depuis le mouvement des gilets jaunes. Son délit? Avoir été en possession de lunettes de piscine !

Je suis une maman choquée... Ma fille, étudiante de 20 ans et n'ayant jamais eu maille à partir avec la justice (pas même pour stationnement gênant, excès de limite de vitesse...) se retrouve fichée comme des milliers d'autres personnes en France depuis le mouvement des gilets jaunes.
Son délit? Avoir été en possession de lunettes de piscine !

Le samedi 19 janvier, une manifestation déclarée et organisée devait se dérouler à Béziers.
Le matin, vers 11h, alors qu'elle avait donné rendez-vous à des amis pour aller sur le lieu du rassemblement et qu'ils se dirigeaient, sans gilets jaunes, sur le trottoir, sans gêner la circulation, par groupes de 3 ou 4, un important dispositif de police les a arrêtés. Une fouille s'en est suivie. Comme de nombreuses autres personnes, elle avait dans son sac des lunettes de piscine qu'elle n'a pas cherché à cacher.
Nous suivons tous les informations et savons que les gaz lacrymogènes sont fréquents lors de ces rassemblements. Les lunettes de piscine - ou de ski pour certains- permettent de se protéger et non d'attaquer.

Visiblement, ce n'est pas l'opinion de notre gouvernement. Une partie de ces personnes a été arrêtée sur le champ et gardée jusqu'à 19h30, une autre partie a été convoquée dans différents commissariats le mardi suivant.

Après des heures, ils pouvaient être relâchés s'ils signaient un document déclarant "avoir à Béziers, le 19/01/2019 participé sciemment à un groupement, même formé de façon temporaire, en vue de la préparation caractérisée par un ou plusieurs faits matériels, de violences volontaires contre les personnes ou de destructions ou de dégradations de biens, circonstance que les faits ont été commis en réunion". Tout cela, faisant suite à un relevé complet d'identité, prise de photo et d'empreintes.

(J'imagine que ces centaines de personnes étant dorénavant fichées, elles seront sous le coup de l'interdiction de manifester quand la loi "anti-casseurs" - et son article 2 - aura été adoptée...)
La quasi-totalité a signé... Pour ceux qui ne l'ont pas fait, car, ils n'ont pas accepté de déclarer qu'ils allaient commettre des violences ou des dégradations avec une paire de lunettes, impossible d'obtenir une preuve de cette convocation, un double de l'entretien ou quoi que ce soit...
Les lunettes n'ont pas été rendues, elles ont été placées "sous scellés" leur a-t-on dit!!!

Ce témoignage n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan des interpellations abusives dont le nombre ne cesse d'augmenter.
Il serait temps que les gens sachent ce qui se passe semaine après semaine...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.