Nephkelsi
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 déc. 2021

Nephkelsi
Abonné·e de Mediapart

Gabon : En pleine pandémie, la croisière s’amuse

Nephkelsi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Port du masque. Distanciation physique. Interdiction de se réunir à plus de 30 au même endroit... Toutes ces mesures édictées par le gouvernement gabonais dans le but de freiner la propagation du coronavirus n'ont visiblement pas fait recette auprès des proches d'Ali Bongo. La preuve, le lundi 6 décembre dernier, des cousins et neveux du chef de l’Etat ont, en toute irresponsabilité, organisé une fête d'anniversaire dans un restaurant branché de Libreville. Au risque de créer un cluster géant, et au mépris des directives gouvernementales en rapport avec les rassemblements publics, plus d'une cinquantaine de convives se sont retrouvés à « Espace Payi-é-Kobi ».

Le "couple" Djoué-Mbadou/Matsanga-Ngoubili

La célébration de l’anniversaire de Lionel Djoué Mbadou, fut-il membre du clan Bongo/Dabany,  justifiait-elle une telle prise de risques ? A moins que la famille d’Ali Bongo ait fait le choix d’une immunité collective à travers une contamination de masse.  Ou alors les fêtards comptent peut-être sur la protection du ndjobi, ce rite traditionnel obamba/téké dont Cyriaque Andjoua, l’un des organisateurs des agapes du lundi dernier est le dépositaire pour le compte des Bongo. C’est d’ailleurs à ce titre que cet infirmier de formation a été bombardé Conseiller spécial du président de la République par son cousin germain Ali Bongo.

Selon un des participants à la fête, la présence de Cyriaque Andjoua a eu pour effet de dissuader les policiers d’effectuer une descente sur les lieux. Ça confirme bien qu’au Gabon, « il y a les uns et les autres ». Exprimé différemment, il y a une loi pour les Bongo, et une autre pour le reste de la population.

En tout cas, ce sont les retraités, maltraités parce que ne pouvant pas percevoir à date leur pension, qui seront ravis d’apprendre que le Conseiller du DG de la Caisse nationale de Sécurité sociale (CNSS) finance à coups de millions des libations pour son bon plaisir, alors que l’organisme de sécurité sociale qui gère leurs cotisations est en situation de quasi-faillite. Il convient, au passage, de préciser que le bienheureux Lionel Djoué Mbadou est effectivement le conseiller de son parent Patrick Ossi Okori. Le Gabon, un gâteau familial, on vous dit !

Pour sa défense, Djoué Mbadou pourra toujours se défausser sur sa grande amie Diane Matsanga Ngoubili, en lui faisant porter le chapeau du financement de la fête. Ce qui ne serait pas totalement farfelu, car cette exubérante inspectrice des douanes que l’on dit très prospère n’est pas connue pour être un modèle de probité. Bien au contraire. Impliquée dans plusieurs scandales liés à la disparition de conteneurs au port d’Owendo, l’on est surpris que la petite-sœur de l’ancienne ambassadrice Félicité Ngoubili, soit toujours en fonction.

Mais son maintien en poste, il faut le dire, fait l’affaire des transitaires véreux pour qui dame Diane Matsanga Ngoubili est une alliée incontournable.  Il ne serait donc pas étonnant qu’elle ait puisé dans son immense fortune pour offrir à « [son] cœur », un « joyeux anniversaire ».

Un fêtard qui tire la langue aux ministres

Pendant ce temps, le père fouettard de l’Intérieur Lambert Matha et son caniche de la Santé Guy-Patrick Obiang regardent ailleurs tout en multipliant les rodomontades à l’égard des plus faibles. Ainsi va le Gabon de la famille Bongo !  

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart