Algérie mon amour

Ils tirent sur l’ambulance avec amertume et insistance ceux qui n’ont pas su apaiser le gros de leurs souffrances. Moi je leurs dis patience, le temps est à la désobéissance , si démocratie il y a, il y aura reconnaissance.
Certes, leur cri légitime, n’a pas trouvé d’échos dans une Algérie meurtrie, traînant un lourd fardeau. Pourtant le combat est ailleurs, enfin pour le moment, le peuple se soulève, demandant des garants, ici et maintenant. Rien ne sert de courir, surtout pas insulter, il faut plutôt agir pour qu’enfin digne le peuple retrouve sa liberté.

Même si auparavant, ils ont presque tous failli, envers et contre tous, ces corps constitués qui sortent dans la rue. S’ils veulent se recycler, tous ne sont pas pourris, il faut de la clarté, il faut savoir juger ! Certains groupes aussi, vaillants valeureux ils étaient, ils se sont travestis, ils se déchirent encore, il est temps maintenant de connaître leurs sorts. Des personnes existent, honnêtes, intègres elles sont, leur nombre en est infime et c’est la vérité. Pourtant, c’est vérifié, il ne faudra miser que sur l’intégrité, la tâche est difficile, le rêve presque inespéré, ceux-là devront être forts, responsables, transparents devant l’adversité.

Il faut un temps pour tout, un temps pour la méfiance, un temps pour l’espérance, un temps pour la défiance, nous en sommes tous conscients, rien n’est gagné d’avance. Chacun voit ce qu’il veut, chacun fait ce qu’il peut, faisons tous en sortes que le peuple soit heureux. Alors, redorons l’image, celle qui a été ternie, par un système mafieux, se prétendant légitime aux yeux de nos « ennemis ».

Beaucoup sont déjà parti, beaucoup n’y ont pas crû, beaucoup sont morts en mer, faisons confiance aux jeunes, le bilan est amer. Ceux-là n’ont pas vécu, il reste beaucoup à faire, faisons ensemble un vœux pour qu’ils restent sur cette terre. Il peuvent nous apprendre, ils peuvent nous surprendre, l’avenir est a eux, j’espère qu’ils sauront faire, qu’aux actes ils ne croient, j’espère qu’ils seront justes pour une Algérie prospère.

L’Algérie est un tout, ne mettons pas d’obstacles, n’oublions pas les femmes, le printemps est à elles, le printemps est à nous. Et si aujourd’hui j’écris, c’est pour dire que j’y crois, ce moment tant rêvé, je le chérie et le boit en sachant qu’il peut être éphémère ou pérenne de surcroît .

Moi, j’ai déjà fais mon choix , celui de ne rien taire, celui de laisser faire, pour une Algérie meilleure, si certains n'ont pas compris je ne peux rien y faire.


Nesroulah Yous
Le 11 mars 2019

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.