Clash Carrefour-Casino : la leçon de business de Jean-Charles Naouri

Tel est pris qui croyait prendre… Avec la morgue du jeune premier, à qui tout réussi, Alexandre Bompard pensait ne faire qu’une bouchée de Jean-Charles Naouri, et permettre à Carrefour de croquer à pleines dents dans le groupe Casino. Le retour à la réalité a été immédiat.

Tout a commencé par une rencontre. En maître de cérémonie, l’entremetteur du tout-Paris, Alain Minc. Autour de la table, deux convives, Alexandre Bompard et Jean-Claude Naouri. Au menu de ce tête-à-tête de haut vol entre les PDG de deux des plus grands groupes français de la grande distribution, l’idée d’un rapprochement qui pourrait voir émerger un géant mondial du secteur, capable de lutter à armes (pas tout à fait) égales avec Amazon et Alibaba.

Nul ne sait qui a suggéré un rapprochement. Mais cette idée semble suffisamment prometteuse pour que les deux patrons décident de faire plancher leurs conseils juridiques et financiers respectifs à une ébauche d’accord et à un plan de marche pour imaginer l’avenir. C’est là que les problèmes commencent.

Alors que le groupe Casino a fait l’objet d’attaques spéculatives à la baisse au cours des dernières semaines, les juristes envoyés par Jean-Charles Naouri se montrent très sensibles aux questions boursières et souhaitent inclure dans le protocole d’accord une clause interdisant aux deux groupes d’acheter des titres de l’autre au cours de l’éventuelle période de négociation. Histoire d’éviter toute tentative d’OPA hostile. Les équipes légales de Carrefour se raidissent.

Carrefour et Casino - Amour compliqué Carrefour et Casino - Amour compliqué

Alertées par cette situation, et inquiets de voir Carrefour préparer une offensive hostile masquée contre Casino, les troupes de Jean-Charles Naouri réagissent en publiant dimanche 23 septembre au soir un communiqué expliquant que le groupe Casino a été « sollicité depuis quelques jours par Carrefour en vue d’une tentative de rapprochement », mais que son conseil d’administration a choisi de décliner cette option. L’affaire aurait pu en rester là.

Le communiqué de Casino a au contraire mis dans l’embarras la direction de Carrefour, et notamment Alexandre Bompard. Le PDG avait-il informé ses actionnaires de ces grandes manœuvres ? Connaissant la personnalité de Jean-Charles Naouri, on ne peut pas exclure que la publication du communiqué ait été une manière de remettre Alexandre Bompard à sa place.

Toujours est-il que le rapprochement est tombé à l’eau, ce qui est peut-être dommage pour les deux groupes, et qui symbolise surtout la fébrilité d’un secteur en recomposition structurelle et dans lequel l’ensemble des acteurs de la distribution française doivent se réinventer face à de nouveaux concurrents et des modes de consommation en constante évolution.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.