neuron
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 nov. 2019

Les garçons et les filles ont les mêmes aptitudes en mathématiques

Même apitude = même traitement ? Alors pourquoi y a-t-il si peu de femmes dans les emplois les mieux rémunérés des STIM (science, technologie, ingénierie et mathématiques) ?

neuron
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Selon le Bureaux des Statistiques dans le monde du Travail (BLS), les femmes ne représentent que 26 % de la population active en informatique et en mathématiques.

De nouvelles recherches suggèrent que l'écart entre les sexes dans les carrières dites STEM - sciences, technologie, ingénierie et mathématiques - pourrait être davantage dû à l'éducation qu'à la nature.

Une étude publiée dans la revue à comité de lecture "Science of Learning" a révélé que le cerveau des jeunes garçons et des jeunes filles réagit de la même façon aux problèmes mathématiques, et pourtant les femmes représentent 26% des personnes dans les professions informatiques et mathématiques, 21% des programmeurs informatiques et 16% des personnes en architecture et ingénierie, selon le Bureau of Labor Statistics.

Les chercheurs ont constaté que les garçons et les filles âgés de 3 à 8 ans obtenaient les mêmes résultats aux tests mathématiques et que l'imagerie par résonance magnétique de leur cerveau âgé de 3 à 10 ans " montrait des similitudes significatives de fonctionnement neuronal entre les sexes " en regardant des vidéos d'enseignement des mathématiques, ajoutent les chercheurs.

"À travers de multiples analyses neurales, nous montrons que le cerveau des filles et celui des garçons fonctionnent de la même façon pendant le traitement mathématique ", écrivent les auteurs Jessica Cantlon, le juge Ronald. et Mary Ann Zdrojkowski, professeure de neuroscience du développement et professeure agrégée de psychologie à l'Université Carnegie Mellon, Alyssa Kersey, boursière postdoctorale au département de psychologie de l'Université de Chicago, et Kelsey Csumitta au département des sciences du cerveau et cognitives à Rochester, NY.

Le cerveau de 104 enfants âgés de 3 à 10 ans a été scanné à l'aide de l'IRM fonctionnelle tout en regardant des vidéos sur l'enseignement des mathématiques. "Nous n'avons vu aucune preuve de différences entre les sexes dans les réponses neurales au contenu mathématique, dans les réponses neurales pendant le visionnement de vidéos éducatives ou dans les taux de développement neuronal pour le traitement mathématique dans la petite enfance, et en fait nous avons trouvé une équivalence statistique entre garçons et filles dans tout le cerveau ", ont écrit les chercheurs.

La recherche a été combinée à d'autres données statistiques sur la façon dont les jeunes garçons et les jeunes filles ont réussi certains tests mathématiques, ont-ils ajouté.

Le document aide à répondre à la question épineuse de savoir pourquoi les professions des STIM demeurent fortement orientées vers les hommes. Les auteurs affirment que l'idée que les femmes sont naturellement moins douées pour les sujets STEM reste largement répandue. "Certains ont laissé entendre que les filles et les femmes sont sous-représentées dans les carrières en STEM en raison de différences biologiques ", notent-ils.

En 2017, Google a licencié James Damore, ingénieur en logiciel, pour avoir évoqué les "causes biologiques" entre les hommes et les femmes comme l'une des explications possibles de la forte préférence de l'entreprise pour les hommes. En 2005, le professeur Larry Summers, de l'Université Harvard, a provoqué une fureur avec des remarques similaires, et l'incident a été considéré comme un facteur clé dans sa démission l'année suivante.

"Combien d'autres études faudra-t-il pour démontrer que les garçons et les filles apportent les mêmes aptitudes cognitives à l'apprentissage dans toutes les disciplines ? demande Carroll Serron, professeure émérite de criminologie, de droit et de société à l'Université de Californie, Irvine et auteur de recherches sur le genre et les carrières. "Comme notre travail l'indique clairement, le défi consiste à s'attaquer aux obstacles culturels auxquels sont confrontées les femmes et les minorités sous-représentées dans les domaines des STIM, ce qui exigera que les personnes en position de pouvoir acceptent leurs stéréotypes et leurs préjugés - un défi de taille, bien sûr.

D'autres recherches ont montré qu'au moment où ils atteignent le collège et le lycée, les garçons réussissent en moyenne mieux que les filles en mathématiques - et que la surperformance est la principale raison pour laquelle les garçons sont plus susceptibles de faire carrière dans les STIM.

Entre-temps, les carrières dans le domaine des STIM sont parmi les plus lucratives. On s'attendait à ce que les diplômés dans les domaines liés aux STIM gagnent le salaire de départ moyen le plus élevé parmi huit grandes catégories d'emplois, selon une enquête sur les salaires menée en 2019 par l'Association nationale des collèges et des employeurs. En 2019, un diplômé titulaire d'un baccalauréat en génie devait toucher un salaire annuel moyen de 69 188 $ au départ ; un diplômé en informatique devait gagner en moyenne 67 539 $ par année ; un diplômé en mathématiques et sciences devait toucher 62 177 $ par année.

Par comparaison, le salaire annuel moyen est de 56 651 $ pour une majeure en sciences humaines, de 57 657 $ pour une majeure en administration et de 57 310 $ pour une majeure en sciences sociales.

Un obstacle possible pour les femmes qui entrent dans les champs de STEM : Un environnement de travail peu accueillant qui peut parfois inclure de la discrimination. Les femmes qui occupent des emplois STEM sont plus susceptibles de dire qu'elles ont été victimes de discrimination sur le lieu de travail (50 % contre 41 % dans d'autres domaines), selon un sondage du Pew Research Center de 2018. Dans les emplois des STIM, " la discrimination et le harcèlement sexuel sont perçus comme étant plus fréquents, et le sexe est perçu davantage comme un obstacle que comme un avantage à la réussite professionnelle ", a conclu Mme Pew.

Selon Lina Anaya Beltran, co-auteure de la recherche sur le sujet, le dernier article s'ajoute à la littérature croissante qui montre l'importance relative de l'éducation par rapport à la nature dans les disparités entre les sexes. Par exemple, de multiples études montrent l'influence de l'environnement sur les chances de réussite des filles en mathématiques.

"Cette étude est très intéressante parce qu'elle porte sur le cerveau des jeunes enfants, dit-elle. M. Beltran indique qu'il faut faire plus de recherche. Mais elle a ajouté : "Plus je lis sur ce sujet, plus je crois que l'éducation joue un rôle important."

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine