Cambridge Analytica, comment s'en prémunir à l'avenir ?

Cela fait maintenant plusieurs semaines que le géant Facebook et la société Cambridge Analytica se trouvent au cœur d’une légion de polémique. Selon les informations recueillies, la firme d’analyse de données Cambridge Analytica est accusée d’avoir collecté illégalement des données privées de plus de 87 millions d’abonnés Facebook sans leur consentement. Une pratique qui a non seulement indigné plus d’un au sein de la classe des internautes, mais a également suscité de vives inquiétudes relatives à la protection de la vie privée sur internet. Les lignes suivantes pour comprendre ce scandale.

Cambridge Analytica & Facebook Cambridge Analytica & Facebook

Tout a commencé avec le New York Times et le London’s Observer qui publiaient le 17 mars 2018 le témoignage d’un ex-employé de Cambridge Analytica. Des déclarations faites par celui-ci il ressort que son ancien employeur aurait recueilli de façon illicite des informations personnelles de plusieurs millions d’utilisateurs de Facebook en 2014 grâce à un test de personnalité qu’il aurait fait passer à ceux-ci. Cette révélation faite, elle donna donc lieu à un scandale sans précédent qui continue à ce jour de secouer le réseau social Facebook qui fait face à une vague massive de désinscription. Le réseau social venait par conséquent de perdre la confiance de plusieurs millions d’abonnés.

Pour se défendre, le 10 avril 2018, Mark Zuckerberg affirmait, devant le Congrès Américain, n’être qu’une victime. Ainsi, à en croire ses propos, il ignorait complètement qu’une telle collecte de données privées propres à ses abonnés se faisait. Pourtant, selon d’autres renseignements, il aurait fait parvenir en 2016 des données personnelles d’utilisateurs de sa plateforme à Cambridge Analytica ; données qui auraient servi à des manipulations d’ordre politique aux Etats-Unis d’Amérique. Rien de vraiment surprenant quand on sait que le géant américain envoyait, à intervalles régulières, des données privées à des organismes tiers. Une pratique qui n’a visiblement pas plus aux internautes et aux investisseurs qui demandent sa démission. De même, depuis le début du scandale Cambridge Analytica, Facebook aurait perdu plus de 10% en Bourse.

Par ailleurs, cette situation nous amène à nous intéresser à l’utilité des données privées des internautes sur internet.

Utilité des données privées des internautes dans l’écosystème d’internet ?

Ce qu’il faut déjà savoir c’est que dans le monde du numérique, les données personnelles des internautes constituent de véritables matières premières pour les réseaux comme Google et Facebook. Puisque ces deux plateformes suivent un modèle qui pivote autour de la publicité, elles sont en quête permanente de gros volumes de données d’utilisateurs variées. En effet, à chaque fois que vous vous connectez à leurs serveurs, les informations que vous donnez sont utilisées par elles à des fins lucratives. Ces informations généralement collectées concernent tout ce que vous saisissez, recherchez et/ou publiez via ces réseaux. Ainsi, en vous fournissant des services gracieux, ces sociétés font la collecte de vos données qui deviennent des produits qu’ils vendent à des publicitaires, des annonceurs ou à d’autres entreprises. C’était par exemple le cas, quand en 2016 Mark Zuckerberg faisait parvenir à la firme d’analyse de données Cambridge Analytica des données privées de plus de 87 millions d’utilisateurs Facebook. Il faut donc comprendre que quand l’inscription sur un site web (Facebook, Google, etc.) est gratuite, c’est que vous êtes le produit qu’il vend pour rentabiliser.

En dehors de ces deux réseaux, Apple et Amazon exploitent également les données des internautes mais pas pour la même finalité. En effet, commerçants à l’origine, ces deux structures sont spécialisées dans la vente de biens matériels et numériques. Elles restent dans une quête permanente plutôt basique d'informations avec pour seuls objectifs la recommandation de produits et l'incitation à l'achat. Mais il ne s’agit là que d’un mode opératoire assez classique que les anglais appellent business intelligence et qui signifie en français "information décisionnelle". Ce qu’il faut avoir à l’esprit c’est que l’un comme l’autre conserve des données privées très sensibles – des informations bancaires par exemple – d’une multitude d’internautes dans le but d’optimiser leurs différentes recommandations et de les rendre plus efficace en fonction des utilisateurs.

Mais heureusement qu’il existe des méthodes et/ou moyens qui permettent d’éviter que de telles utilisations ne soient faites de vos données personnelles.

Voici quatre (4) alternatives de protection de la vie privée qui s’offrent désormais aux internautes

Nous vous proposons quelques alternatives pour vous aider à conserver votre vie privée lorsque vous êtes connecté à internet.

1- Limiter ses activités sur les réseaux sociaux

Au vu de ce qui a été exposé plus haut, cela va sans dire que si vous tenez un tant soit peu à vos données personnelles vous devriez faire plus attention à ce que vous publiez, commentez ou partagez sur les sites internet comme Facebook et Google. C’est la meilleure façon de limiter les dégâts. Ainsi, ne publiez que des choses anodines ou si vous ne pouvez vraiment pas vous en passer, ne mettez en ligne que des contenus strictement professionnels.

2- Limiter le recours aux moteurs de recherche

Très utiles, les moteurs de recherche comme Google, Bing et Yahoo sont pourtant une porte ouverte à la diffusion et à la divulgation de vos précieuses données. Rassurez-vous, en dehors de ceux-ci il en existe que vous pouvez utiliser sans pour autant vous exposer. En utilisant par exemple https://duckduckgo.com, vous limitez les risques puisque ce méta-moteur qui utilise en fond d'autres moteurs de recherche ne laisse passer aucun cookie (les cookies renferment généralement des brins d’informations personnelles).

3- Prendre la peine de lire les "conditions d’utilisation" avant de s’inscrire sur une plateforme

C’est vrai c’est parfois embêtant mais cela vous évitera de tomber à l’avenir dans des situations non-désirables notamment la perte de données et l’exposition de votre vie privée. En effet, accepter de consacrer quelques minutes à la lecture des "conditions d’utilisation d’une plateforme pourrait bien s’avérer salutaire pour vous. N’hésitez donc pas à le faire.

4- Effacer votre présence sur internet

Oui c’est bien possible. Et ceci vous permet de vous rattraper quand certains de vos contenus personnels ont fini accidentellement sur les serveurs des réseaux sociaux et/ou des sites commerciaux. Ainsi, vous pourrez par exemple avec SafeSheperd, vérifier votre présence en ligne et vous protéger de l’utilisation non consentie qui pourrait être faite de vos données. De même, ce logiciel vous aidera, au besoin, à supprimer vos données personnelles présentes sur les internet tiers (réseaux sociaux, sites web, etc.). Ce qui vous mettra à l’abri des résultats gênants qui auraient pu apparaître si l’on avait tapé votre nom dans un moteur de recherche.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.