Nhat Vo Tran
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 mai 2014

Plus de soixante personnalités internationales demandent au Vietnam la fin des persécutions religieuses

Nhat Vo Tran
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le gouvernement vietnamien et son Église d'État célèbrent actuellement le Vesak, la plus importante fête bouddhique (en l'honneur de la naissance, de l'éveil et de la mort du Bouddha). Le Vietnam accueille d'ailleurs sur son sol ce festival international (le Vesak est reconnu par les Nations Unies depuis 1999). Ceci, c'est pour la galerie, car dans le même temps, le Vietnam réprime très violemment les communautés religieuses "non-reconnues" (c'est-à-dire non-contrôlées par le Parti unique), y compris et surtout les bouddhistes de l'Église Bouddhique Unifiée du Vietnam, l'Église historique, indépendante et arbitrairement interdite en 1981. Le chef de cette Église, Thich Quang Do (86 ans) est en détention depuis plus de 30 ans ! C'est pourquoi, nous ne pouvons que saluer, face à ce double-langage, l'appel des plus de 60 personnalités internationales pour la fin de la répression.

Ci-dessous, le communiqué Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l'Homme qui a rendu public cet appel :

Plus de soixante figures religieuses, Prix Nobel de la Paix, parlementaires et leaders de la société civile appellent le Vietnam à mettre un terme à la répression religieuse et à libérer Thich Quang Do lors de la Journée des Nations Unies du Vesak

PARIS, 7 mai 2014 (COMITÉ VIETNAM) – Alors que le Vietnam accueille les célébrations de la Journée des Nations Unies du Vesak (Naissance, Éveil et Décès du Bouddha) dans le Temple Bai Dinh à Ninh Binh, du 7 au 11 mai, soixante et une personnalités internationales ont lancé un appel commun aux autorités vietnamiennes pour qu’elles mettent un terme à la répression contre l’Église Bouddhique Unifiée du Vietnam (EBUV, Église historique et indépendante, arbitrairement interdite en 1981) et libèrent son Patriarche Suprême Thich Quang Do.

Parmi les signataires figurent quatre femmes lauréates du Prix Nobel de la Paix Mairead Maguire, Shirin Ebadi, Rigoberta Menchu Tum et Tawakkol Karman, l’évêque catholique de Prague Vaclav Maly, les membres du Congrès américain Frank Wolf, Chris Smith, Loretta Sanchez et Zoe Lofgren, le Vice-Président du Parlement Européen Edward McMillan-Scott et d’autres députés européens venant d’Espagne, d’Italie, du Portugal, du Royaume-Uni ou de France, comme Corinne Lepage ; des parlementaires des pays européens comme le député Noël Mamère (France) et le sénateur André Gattolin (France), les Lords David Alton et Eric Avebury (RU) ; l’ancienne Première Ministre canadienne Kim Campbell et l’ancien ministre canadien David Kilgour ; Emma Bonino, ancienne Ministre des affaires étrangères et ancienne Commissaire européenne (Italie) ; des lauréats du Prix norvégien Rafto venus d’Estonie, de Hongrie, d’Afrique du Sud, d’Érythrée, du Mexique, de la République Démocratique du Congo, d’Azerbaïdjan, du Nigéria et du Bahreïn ; ainsi que d’éminents membres de la société civile d’Amérique, d’Europe, de Birmanie, de Mongolie, de Taiwan, du Tibet et du Japon.

 Dans leur lettre conjointe aux autorités vietnamiennes, les 61 personnalités internationales expriment leur préoccupation concernant le contraste flagrant entre la célébration grandiose du plus sacré des festivals bouddhiques et l’intense répression d’État contre les Bouddhistes au Vietnam. « Nous sommes profondément troublés par les récents rapports faisant état de la grave répression à l’encontre du Bouddhisme, cette religion que vous déclarez fêter », écrivent-ils, notant que « les bonzes, nonnes et laïcs de l’EBUV œuvrant dans ses vingt sections provinciales dans tout le pays sont régulièrement harcelés et la Police les empêche de célébrer le Vesak dans les temples de l’EBUV à Danang, Hue et ailleurs ». Seule l’Église d’État, le Sangha Bouddhiste du Vietnam, peut participer aux cérémonies, tandis que les dignitaires de l’EBUV restent « prisonniers de leurs propres pagodes ».

Les signataires pressent le Vietnam de célébrer dignement le Vesak en libérant le Patriarche Suprême Thich Quang Do qui, âgé de 86 ans, a déjà passé plus de trois décennies en détention, en rétablissant le statut légitime de l’EBUV et en mettant un terme à toute répression contre l’EBUV et les autres religions. (Voir le texte intégral de la lettre ci-dessous)

Lettre conjointe au Gouvernement et au Parti Communiste du Vietnam à l’occasion de la Journée des Nations Unies du Vesak

Son Excellence Truong Tan Sang, Président, République Socialiste du Vietnam
Son Excellence Nguyen Tan Dung, Premier Ministre
Son Excellence Nguyen Phu Trong, Secrétaire Général du Parti Communiste du Vietnam
Son Excellence Nguyen Sinh Hung, Président de l’Assemblée Nationale

Paris, 5 mai 2014

 Vos Excellences,

 Du 7 au 11 mai 2014, votre gouvernement va accueillir les célébrations de la Journée internationale du Vesak de l’ONU dans le Temple Bai Dinh, dans la province de Ninh Binh. Ce festival sacré, qui commémore la Naissance, l’Éveil et la Mort du Bouddha, est un événement religieux et culturel reconnu par le monde entier. Il devrait être une occasion pleine de joie, pour se souvenir du message de tolérance et de paix du Bouddha, une occasion pour l’inspiration de tous, bouddhistes et non-bouddhistes, à travailler ensemble pour la compréhension mutuelle et la coexistence harmonieuse en ce monde.

 Cependant, nous sommes profondément troublés par les récents rapports faisant état de la grave répression à l’encontre du Bouddhisme, cette religion que vous déclarez fêter. Seule l’Église d’État, le Sangha Bouddhiste du Vietnam, contrôlé par le Front de la Patrie du Parti Communiste, est autorisée à participer aux célébrations, alors que l’Église historique et indépendante, l’Église Bouddhique Unifiée du Vietnam (EBUV), en reste bannie et que ses dignitaires sont prisonniers dans leurs pagodes.

 Aujourd’hui, le Patriarche Suprême de l’EBUV Thich Quang Do, érudit renommé âgé de 86 ans et proposé pour le Prix Nobel de la Paix 2014, est en résidence surveillée dans le Monastère Zen Thanh Minh à Ho Chi Minh Ville. Il a passé plus de trois décennies en détention pour s’être fait l’avocat pacifique de la liberté religieuse et des droits de l’Homme. Les bonzes, nonnes et laïcs de l’EBUV œuvrant dans ses vingt sections provinciales dans tout le pays sont régulièrement harcelés et la Police les empêche de célébrer le Vesak dans les temples de l’EBUV à Danang, Hue et ailleurs. A la lumière des graves violations contre les Bouddhistes, mais aussi contre les Catholiques, les Protestants, les Hoa Hao, les Cao Dai et les autres communautés religieuses, la Commission américaine sur la Liberté Religieuse Internationale vient de recommander, dans son rapport 2014, que le Vietnam soit remis sur la liste des « Pays Particulièrement Préoccupants » [dans le domaine de la liberté religieuse].

 Nous sommes sensibles aux progrès que le Vietnam a réalisés dans le domaine économique, mais nous croyons que le progrès n’est durable que s’il est construit sur la tolérance et le respect. Le Vietnam est membre du Conseil des Droits de l’Homme et a signé les traités clés de protection des droits de l’Homme de l’ONU. Votre gouvernement a donc l’obligation de respecter les droits de l’Homme, dont le droit universel et inaliénable à la liberté de pensée, de conscience, de religion ou de croyance.

 Nous, soussignés, en appelons donc à vous pour célébrer dignement cette Journée internationale du Vesak 2014 en mettant un terme à toute répression contre l’EBUV, en libérant le Patriarche Suprême Thich Quang Do et en rétablissant le statut légitime de l’EBUV. Par ces gestes, vous respecterez les nobles buts de la Charte de la Journée internationale du Vesak et honorerez les 2000 ans d’héritage du Bouddhisme au Vietnam.

 Nous vous prions d’agréer, Vos Excellences, l’expression de notre très haute considération.

 Mairead Corrigan Maguire,
Prix Nobel de la Paix (Irlande du Nord)

 Shirin Ebadi,
Prix Nobel de la Paix (Iran)

Rigoberta Menchu Tum,
Prix Nobel de la Paix (Guatemala)

 Tawakkol Karman,
Prix Nobel de la Paix (Yemen) ; 

 Bishop Vaclav Maly,
Évêque auxiliaire de Prague, Président de la Commission Justice et Paix de la Conférence des évêques tchèques

 Frank R. Wolf,
Représentant au Congrès, Co-Président de la Commission Tom Lantos sur les droits de l’Homme (USA)

 Christopher H. Smith,
Représentant au Congrès, Président du House International Relations Africa, Global Human Rights and International Operations Subcommittee (USA)

 Loretta Sanchez
Représentante au Congrès, Co-Présidente du Caucus du Congrès sur le Vietnam (USA)

Congresswoman Zoe Lofgren
Représentante au Congrès, Co-Présidente du Caucus du Congrès sur le Vietnam (USA)

Lord David Alton
Chambre des Lords (RU)

 Lord Eric Avebury
Chambre des Lords (RU)

 Kim Campbell,
Ancienne Première Ministre du Canada,
Présidente du Comité de pilotage du Mouvement Mondial pour la Démocratie

 Dr. Katrina Lantos Swett,
Présidente de la Fondation Lantos pour les Droits de l’Homme et la Justice (USA)

 Emma Bonino,
Ancienne Ministre des affaires étrangères (Italie) et ancienne Commissaire Européenne

 Hon. David Kilgour,
Ancien Ministre pour l’Asie-Pacifique (Canada)

 Edward McMillan-Scott,
Vice-Président du Parlement Européen (RU)

 Baronne Sarah Ludford
Députée européenne (RU)

 Charles Tannock
Député européen (RU)

 Niccolo Rinaldi
Député européen (Italie)

 Sofia Alfano
Député européen (Italie)

 Ramon Tremosa I Balcells
Député européen (Espagne)

 Corinne Lepage
Députée européenne (France)

 Ana Gomes
Députée européenne (Portugal)

 André Gattolin,
Sénateur, France

 Noël Mamère,
Député-Maire de Bègles (France)

 Bob LaGamma,
Président du Conseil pour une Communauté des Démocraties (USA)

 Nina Shea,
Directrice du Centre pour la Liberté Religieuse deme l’Institut Hudson,
Ancien Commissaire de la Commission américaine sur le Liberté Religieuse Internationale (USA)

 Trivimi Velliste,
Membre du Parlement estonien, Lauréat 1988 du Prix Rafto (Estonie)

 Peter Molnar,
Universitaire et écrivain, Lauréat 1989 du Prix Rafto (Hongrie)

 Paulos Tesfagiorgis,
Militant des droits de l’Homme érythréen, Lauréat 2003 du Prix Rafto (Afrique du Sud)

 Rev. Bulambo Lembelembe Josué,
Vice-Président du Conseil des Églises Protestantes,
Lauréat 2008 du Prix Rafto (République Démocratique du Congo)

 Malahat Nasibova,
Journaliste, Lauréat 2009 du Prix Rafto (Azerbaïdjan)

 Fr. José Raul Vera Lopéz,
Évêque de Saltillo, Lauréat 2010 du Prix Rafto (Mexique)

 Nnimmo Bassey
Poète, militant des droits de l’Homme et écologiste, Lauréat 2012 du Prix Rafto (Nigéria)

 Maryam Al-Khawaja,
Président par interim du Bahrain Center for Human Rights, Lauréat 2013 du Prix Rafto (Bahreïn)

 Judge Essa Moosa
Juge à la Haute Cour d’Afrique du Sud,
Président du Groupe d’Action Kurde des Droits de l’Homme

 Dr. Mervyn Thomas,
Directeur Exécutif de Christian Solidarity Worldwide (RU)

 Therese Jebsen,
Directrice Exécutive de la Fondation Rafto pour les droits de l’Homme (Norvège)

 Arne Liljedahl Lynngård,
Fondation Rafto pour les droits de l’Homme (Norvège)

 Dr. Michael Kau,
Taiwan Foundation for Democracy

 Vo Van Ai,
President du Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l’Homme
et de Quê Me: Action pour la Démocratie au Vietnam

 Zanaa Jurmed,
Citizens Alliance Center (Mongolie)

 Dieudonné Zognong,
Fondation Humanus (Cameroun)

 Matteo Meccacci,
President de International Campaign for Tibet, ancient depute (Italie)

 Debbie Stothard,
Alternative ASEAN Network on Burma

 Reiko Suzuki,
Catuddisa Sangha (Japon)

 Vincenzo Olita,
Directeur de l’Association Culturelle Società Libera (Italie)

 Marco Pannella,
Chef du Parti Radical Non-violent Transnational et Transparti (NRPtt), ancien député européen et ancien député italien (Italie)

 Maurizio Turco,
Trésorier du NRPtt, ancien député européen et ancien député italien (Italie)

 Marco Perduca,
Vice-President du Sénat du NRPtt, ancient sénateur (Italie)

 Filomena Gallo,
Association Luca Coscioni pour la Liberté de la Recherche Scientifique (Italie)

 Marco Cappato,
Ancien depute européen (Italie)

 Sergio D'Elia,
Secrétaire de Hands Off Cain, ancien député (Italie)

 Elisabetta Zamparutti
Hand Off Cain, ancienne députée (Italie)

 Rita Bernardini,
Secrétaire de Radicali Italiani, ancienne députée (Italie)

 Matteo Angioli,
Membre du Conseil Général du NRPtt (Italie)

 Kariane Westrheim,
Président de la EU Turkey Civic Commission

 Olivier Dupuis,
Journaliste et ancient depute européen (Belgique) 

 Vanida Thephsouvanh,
Presidente , du Mouvement Lao pour les Droits de l’Homme (Laos)

 Jackie Campbell,
Militant des droits de l’Homme, Saltillo (Mexico)

 Gian Luca Terragna,
Architecte (Italie)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Salaires
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann