Nhat Vo Tran
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

1 Éditions

Lien 26 mars 2013

L'inde investit massivement dans la science et l'éducation

Nhat Vo Tran
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/02/25/l-inde-investit-massivement-dans-la-science-et-l-education_1838500_3232.html

Alors que le gouvernement (ainsi que les précédents) réfléchit à où il va faire des coupes budgétaires et que la recherche, la science et l’éducation (en dehors de la question de savoir combien de temps les enfants peuvent étudier efficacement par semaine, ce qui a bien entendu son importance) ne sont des priorités que dans les mots, voici un article intéressant montrant ce qui se passe ailleurs.  

Avec les informations qu’on y trouve, il est clair qu’on ne peut plus regarder le monde avec un regard franco-français ou euro-centré. La façon de faire de l’Occident n’est plus forcément l’unique « modèle » (je n’aime pas trop ce mot… mais cela permet de se faire comprendre) à suivre ou le nec plus ultra (d’autant plus que l’on renie peu à peu tout ce qui a fait la grandeur de la recherche occidentale). Ce qui se passe en Inde (ou en Chine qui multiplie aussi les instituts de recherche avec des milliers de chercheurs ou d’étudiants chacun...) prépare sans doute le monde de demain: Ceux qui auront misé sur la connaissance et le savoir prédomineront, du moins réussiront mieux.

Dans l’introduction de l’excellent livre de James McPherson « La guerre de Sécession, 1861-1865 », l’auteur décrit la société américaine du milieu du XIXème siècle, avec évidemment des comparaisons avec l’ancien monde (l’Europe) : Pratiquement tous les enfants américains étaient scolarisés d’une manière ou d’une autre et savaient lire et écrire lorsqu’en Europe on en était loin. Cette éducation a notamment permis à beaucoup de chercher continuellement à perfectionner ce qui existait. Un siècle plus tard, les Etats-Unis étaient la première puissance économique, technologique et scientifique du monde.

C’est pourquoi lorsque j’étais étudiant j’étais toujours navré d’entendre mes camarades se plaindre de ce que les cours étaient trop théoriques et pas « pratiques » (ce qui était un peu vrai parfois, mais on ne peut pas aller très loin si on n’a pas de vue d’ensemble). Et je suis toujours navré aujourd’hui de lire les commentaires grincheux qui villipendent les sujets de recherches un peu ridicules avec un « ils n’ont rien d’autre à faire?! » ou « et c'est avec notre argent, ça ! », car cela démontre l’incompréhension que beaucoup semblent avoir de la recherche scientifique... Or on ne sait jamais ce que l’on peut tirer d’une étude scientifique a priori ridicule (voir la liste des Prix igNobel)...

L’approche indienne qui mise sur la formation de chercheurs venant de tous les horizons (y compris des basses castes -- qui n’existent plus officiellement mais...) et sur des esprits pluridisciplinaires me paraît très judicieux. Un article enrichissant à lire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose