Parler, se parler, communiquer; au Club et ailleurs

Les Mots, l’Art, les Mots-art, et Mozart… Je n’évoque pas aujourd’hui la communication non verbale, dont l’importance est majeure; qui nous fait défaut ici.

Les mots écrits

La difficulté de certains échanges sur des fils où on débat d’idées, montre comment il est difficile de se faire correctement comprendre. Les mots dans ces débats ont presque toujours plusieurs sens qui dépendent du contexte, des codes de notre culture et de notre éducation. Certains commentateurs interviennent si brièvement, dans l'anonymat du pseudo, que des plusieurs sens de leurs mots, faute d’un contexte suffisant, on peut se méprendre sur ce qu’ils veulent dire. Et ca fait la joie de nos fils. Pour peu qu’on aime ça…

La question est fréquemment abordée sous plusieurs angles par plusieurs clubistes. C’est bien la preuve que c’est une difficulté majeure. Ou, comme dirait l’un d’eux, pointilleux, que : Ca n’est pas faux; jusqu’à preuve du contraire…   C’est curieux, mais beaucoup ont l’air de ne pas le percevoir… Trouver le mot juste, la phrase juste, même sans prétendre à la littérature; Quel boulot… !

Trop court, on s’y trompe. Mais si on développe trop, on lasse vite. Si on emploi un langage un peu trop technique, intellectuel, partisan, on risque le rejet pur et simple. Et l’objectif est manqué.  Où s’arrêter ?

Evidemment, quand on reste dans le strict factuel, la question ne se pose pas. Les faits, tous les faits, rien que les faits. C’est bien… Mais le commentaire est libre. 

L’Art

L’art lui, parle directement aux émotions, provoque la réflexion. Pour l’art (plastique) « contemporain », comme pour la musique « contemporaine », il faut avoir les codes. (Sur l’acception du mot « contemporain » en art, trop vaste sujet, ça n’est pas mon propos ici).  Pas toujours facile… Ca nous est un peu étranger.  Mais de notre culture classique, de tous les arts, on a compris les codes, mêmes «sans s‘y connaître » ; on les comprend directement. On aime ou pas; mais on sait ce que ça veut dire. (Contrairement aux mots dont on ne perçoit pas toujours le sens).. Au moins ceux de notre culture. Pour les autres arts, (nègre, aborigène, esquimau, etc..) ça demande parfois un petit apprentissage. Pas toujours.. Certains travaux d’arts premiers nous touchent à l’âme, directement alors que nous n’en connaissons pas la signification.

Certains ici s’expriment par le croquis, comme Richard Bonobo presque chaque jour. On peut aimer ou pas sa graphie, mais le message est souvent très clair. Caustique, Pas besoin d’un long discours. Comme tous les caricaturistes et dessinateurs de presse.

Ficanas relate comment la force d’une installation, muette, à Menton, mais qui « parlait » des réfugiés de la Méditerranée a perturbé les xénophobes locaux, au point de la jeter à la mer

https://blogs.mediapart.fr/ficanas/blog/120616/menton-les-migrants-sont-rejetes-la-mer`

Car l’art parle, oui Madame, oui Monsieur ; au lieu d’écrire… Sauf la musique et la danse (liées) qui « jouent », et à mon sens vont plutôt à la sensibilité, et non pas à l’intelligence. (Quoique… ?)

L’art, il faut l’écouter par les yeux, contrairement à nos billets, qu’il faut lire avec les oreilles ; et grandes ouvertes encore, si on veut « entendre » son contradicteur.

Vous me direz peut être : « Mais! la littérature est un art, et qui touche la sensibilité aussi bien que l’intelligence pourquoi n’est elle pas ici ?.. De l’art en mots, qu’on lit et qu’on écoute. La littérature, peut être, mais nos billets… Et puis, j’avais précisé « plastique », car je ne sais pas où la placer quand certains poèmes arrivent même à former des dessins.

Le cinéma, le 7ème art. Oui, bien sùr… Mais je ne suis pas très compétent.. Et puis, il passe d’abord par l’écrit du scénario et le dessin. Certains storyboards sont de pures merveilles . Donc voir ci dessus.... Mais on voit bien parfois, comment l’image «tue» le propos. A trop la soigner, on perd le fond. Esthétisme… La aussi, où s’arrêter ?..

La tétlévision, je ne suis pas de ceux qui crachent dessus, mais il me semble, qu'elle ne communique pas. Elle se contente d’affirmer sa Loi du plus fort. On ne peut pas échanger avec elle. 

Les mots-art

Ils parlent évidemment à la sensibilité Et à l’intelligence..  Une édition entière y est consacrée « Boulevard des mots dits ».  La poésie, la chanson, le théatre, la harangue, comme acteurs de la société. Je ne me sens pas légitime à l’aborder. Les rédacteurs interviendront s’ils le souhaitent.

Certains interviennent par le contrepet, comme Moel Jartin, qui par sa dérision, replace vite l’importance de nos billets et commentaires dans leur relativité. Il écrit « Le Contrepet catalyse les vertus cathartiques de l’exploration de l’ego par les mots. Il déclenche des rêves éveillés. Il est un puissant antidote à la pensée unique » Mais même s’il travaille les mots, il touche notre sensibilité… En dissolvant ce que nous venons d’écrire, et en en faisant jaillir un lapin comme du chapeau du magicien, il déclenche une émotion d’émerveillement. C’est un art, à mon sens.

Et Mozart ?    Je préfère Bach…   :-) 

BON BAISERS d’AVIGNON, 

Où le festival Off va bientôt nous donner à voir ses 1 416 spectacles cette année, de mots, de danse, de musique et de mime; de magie, de poésie et de contes. Si vous ne savez pas ce que c’est qu’un monde de dingues. Il faut venir vous étourdir de bonheur… J’en reparlerai.

Cordialement

Nico 94

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.